Une leçon de Moebius

moebius-lesson

Une his­toire ”authen­tique” que je n’avais jamais enten­due en France et qui semble être deve­nue légen­daire en Amé­rique du Nord. Pour plus d’informations sur son ori­gine et ses éven­tuelles décli­nai­sons, je vous conseille d’aller lire les com­men­taires du lien où je l’ai dégot­tée.

mer­ci à Pedro pour le lien.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

6 commentaires

  • Mais a t il ou non des­si­né qqchose sur la feuille ?
    Car ce n’est pas très (trait) clair .
    Eton­nant témoi­gnage qui ne m’étonne pas :)

  • Oui oui (un mas­ter­chief). Je mets la ver­sion offi­cielle qui est encore plus jolie :

    In the Ask­with and Tay­lor ver­sion, the sto­ry is nar­ra­ted from the first per­son and begins : “In the mid-80s I was the mana­ger of the Sil­ver Snail comic shop.” I don’t know if this strip is meant to auto­bio­gra­phi­cal – and if so, if it tru­ly hap­pe­ned to Mark Ask­with – but the Sil­ver Snail is a real comic shop in Toron­to (which paral­lels but doesn’t quite match up with the men­tion of a “Cana­dian Comics Show” in the page pos­ted here). The set­ting is the Sil­ver Snail in 1987, during a signing visit where Moe­bius is at the comic shop.

    The kid in the Ask­with comic is named Mat­thew. He’s 13 and des­cri­bed “loyal Moe­bius fan” with “sophis­ti­ca­ted taste.” Mat­thew waits in line and gets Moe­bius to sign a book. Then he waits in line again and asks Moe­bius to draw a sketch for him. The mana­ger (Ask­with?) tells Mat­thew that he’s asking for too much since Moe­bius is just there to sign, but Moe­bius agrees and draws a beau­ti­ful, intri­cate dra­wing of a “Star­wat­cher.”

    Mat­thew takes the sketch, gets back in line, and when he gets to the front again, he asks Moe­bius to ink the dra­wing. Moe­bius says, “I will do this.” He picks up a thick black mar­ker and inks the sketch, tur­ning it into a blot­chy black mess.

    Moe­bius says, “I have rui­ned your dra­wing.”

    Mat­thew replies, “I have asked for too much.” He hangs his head.

    Moe­bius says, ” We have both lear­ned some­thing.” The end.

  • J’ai une anec­dote trés con quant aux dédicaces:La scéne se passe dans la rue;il pleut;une dame inter­pelle une comé­dienne-theatre-la prie de bien vou­loir signer son maigre bout de papier avec son bout de vieux crayon;le résul­tat est un chif­fon obs­cur et humide;la comédienne-gentille-s’en désole;la vieille dame,pas le moins du monde:”C’est pas grave,je le r’copierai à la mai­son”.
    Il me semble que le public éton­ne­ra toujours,didn’t he?..

  • @julien : oh non, je la trouve jolie cette his­toire : fina­le­ment, c’est la ren­contre qui est impor­tante, pas la signa­ture :-)

    @Ray­mond : en règle géné­rale, je plante mon des­sin quand on en demande trop (et il y a des gens exi­geants).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *