Nausicaä de la Vallée du Vent ( Hayao Miyazaki – Glénat )


Bon, c’est vrai, pas tout à fait « englou­ti » le tré­sor mais il mérite un coup de pro­jec­teur. Si tout le monde connaît l’œuvre ani­ma­tion de Miya­za­ki, je suis tou­jours éton­né du peu de réac­tions que je ren­contre quand je parle du seul man­ga des­si­né par l’auteur de Prin­cesse Mono­noke (entre autres chefs d’œuvre), par­ti­cu­liè­re­ment auprès des lec­teurs peu por­tés sur le man­ga. En géné­ral ils pleur­nichent que le man­ga c’est mal des­si­né, que ça ne raconte pas des his­toires de la trempe du der­nier petit génie Sud Afri­cain ou Fin­lan­dais et quand j’insiste un peu ils font remar­quer que le sens de lec­ture « ala­la, c’est trop dur de droite à gauche ». Et du coup ils me bas­sinent avec leur vision de la BD sans avoir lu une des BD les plus mar­quantes du siècle pré­cé­dent.
Miya­za­ki publie l’histoire entre 1982 et 1994 dans le maga­zine japo­nais Ani­mage et c’est tout de suite un grand suc­cès au Japon. L’histoire suit Nau­si­caä, prin­cesse d’une petite tri­bu évo­luant dans un monde post apo­ca­ly­tique où la nature (plantes et insectes) a muté et se révèle toxique pour l’être humain. Sur cette Terre dévas­tée, les conflits poli­tiques autour d’un Empire déchi­ré par les luttes intes­tines se concentrent autour de la recherche des tech­no­lo­gies per­dues qui ont pour­tant déjà prou­vé leur noci­vi­té. Por­teuse d’un rêve de paix, Nau­si­caä va impo­ser sa vision d’une huma­ni­té en har­mo­nie avec son envi­ron­ne­ment. On retrouve évi­dem­ment les obses­sions éco­lo­gique du Japo­nais mais aus­si une magni­fique his­toire pleine de fureur et d’émotion, por­tée par un des­sin magni­fique.
Jean-David Mor­van m’avais fait décou­vrir les fas­ci­cules publiés au Japon et il m’a fal­lu quelques années avant de réus­sir à dégot­ter le pre­mier volume d’une édi­ton japo­naise de luxe…quelques mois avant que Glénat ne publie enfin, en 2001, la ver­sion fran­çaise. J’étais lit­té­ra­le­ment fas­ci­né par la mise en page et sur­tout le gra­phisme un peu mou mais ter­ri­ble­ment expres­sif (Miya­za­ki a recon­nu sa dette envers Moe­bius et son Arzack dont l’influence est évi­dente sur les pre­mières planches) qui était à 100 cou­dées au des­sus du com­mun des man­gas et l’histoire ne m’a pas déçu. On pour­ra remar­quer que l’édition fran­çaise a un trait repro­duit en gris alors que l’édition ori­gi­nale tire plu­tôt vers le mar­ron (ma ver­sion grand luxe tire vers un gris bleu/marron).


clic

d’autres man­gas de Miya­za­ki ici http://www.buta-connection.net/mangas/ (mer­ci à Jérôme pour ce lien).

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, , ,

25 commentaires

  • Super, Nau­si­caä, et le des­sin ani­mé est assez fidèle au man­ga des­si­né, les cou­leurs en plus. J’ai été long­temps réfrac­taire aux man­gas, mais j’ai fini par accro­cher grâce à des séries comme "Zipang", "Spi­rit of the sun" de Kai­ji Kawa­gu­chi, ou "Gunnm" de Yuki­to Kishi­ro. Après, la pro­fu­sion de trucs à l’eau de rose pour ados amou­reux me rebute tota­le­ment… mais fau­drait peut-être que je mette le nez dedans (les man­gas) pour savoir vrai­ment ce que ça vaut. Toute façon, en plus, leurs gra­phismes m’attirent pas du tout. Mer­ci Li-An pour avoir mis à l’honneur ce mon­sieur res­pec­table qu’est Mia­za­ki. C’est un maître abso­lu, à mon avis. Après, c’est vrai qu’il n’est plus du tout englou­ti, la série grand for­mat de Glé­nat est même expo­sée actuel­le­ment, bien en vue, au Furet de Lille, par exemple. (Faut dire que la sor­tie du des­sin ani­mé l’an der­nier per­met de re-boos­ter la vente des bou­quins)

  • Mais, pas de pro­blème ! Il ya aus­si des petits génies japo­nais (on en reparle quand tu veux ;-)) … Et puis Miya­za­ki est plus qu’un PETIT génie.
    Pour­quoi a-t-il fal­lu attendre si long­temps pour avoir une tra­duc­tion fran­çaise ? (on était obli­gé d’acheter les Nau­si­caä en ver­sion US, en petit for­mat tout moche).
    C’est incom­pré­hen­sible ! Si ce n’est pas du nom­bri­lisme fran­co-belge …
    Mais la vraie baffe, je l’avais reçue quelques années aupa­ra­vant, en décou­vrant Aki­ra de Oto­mo en kiosques …

  • Ah ben oui, il y a un cof­fret. Il est bien ? J’ai la ver­sion souple "petit for­mat" mais si ça existe en plus beau, je veux bien inves­tir.
    Le man­ga est quand même bien plus riche que l’adaptation ani­mée qui en a été faite.
    Aki­ra, j’ai un peu de mal. J’aime beau­coup le des­sin (post Moe­bius :-)) mais l’histoire est vrai­ment trop lour­dingue à suivre (au bout d’un moment, je sature com­plè­te­ment). Mon fis­ton a bien accro­ché. C’est vrai que ça a été le pre­mier grand man­ga tra­duit en fran­çais et ça a mar­qué beau­coup de monde à l’époque.

  • Pour l’adaptation ani­mée je par­lais sur­tout de l’histoire. Il ne reste sou­vent pas grand chose des bou­quins de BD en géné­ral, dans les films qui en sont tirés.

  • J’avoue que pour "Aki­ra" , une fois l’onde de choc pas­sée … j’ai décro­ché avant la fin aus­si ; en revanche, le des­sin ani­mé était à la hau­teur.
    Quid du "Icare" de Moeb et Tanig ?

  • Je ne connais­sais pas ce man­ga (et pour­tant je n’y suis pas du tout réfrac­taire). Les images et vos com­men­taires donnent envie. Encore des occa­sions de se rui­ner…

  • En fait, Nau­si­caa n’est pas le seul man­ga de Miya­za­ki… Il a signé quelques autres bou­quins, la plu­part assez courts… On en trouve des extraits (ou les épi­sodes entiers dans cer­tains cas) tra­duits à cette adresse : http://www.buta-connection.net/m...
    (je ne pour­rais dire si c’est bien ou pas vu que c’est la pre­mière fois que je tombe là-des­sus)

  • Et en fait, apparm­ment, il a fait encore plein de petites his­toires… Le site n’en publie qu’une par­tie (mais parle de "ses nom­bre­sues petites his­toires de tanks" dans l’intro à "Le retour de Hans")

  • Si on aime Miya­za­ki, il faut voir (comme dirait Vas­co ;-)) "Le Tom­beau des Lucioles" de Taka­ha­ta du stu­dio Ghi­bli (ça y est, je chiale, rien que d’y repen­ser).

  • Le Grand Schtroumpf nous a pour­tant dit de ne pas tout schtroump­fé sur inter­sch­troumpf ! Vous allez vous faire schtroump­fer !
    Je me deman­dais comme ça si sur les sites japo­nais, on trouve aus­si en inté­gra­li­té les planches d’auteurs euro­péens en libre-ser­vice sur inter­net ?
    Tant mieux pour nos mirettes et notre porte-mon­naie si Miya­za­ki renonce à ses droits (… ?) , mais bon, ça risque de ne pas moti­ver des masses Mr Glé­nat.

  • Totoche, tu sais ce qu’il te dit Vas­co, à pro­pos du "tom­beau des lucioles" ?
    Eh ben d’abord, que c’est pas tout à fait le même style que Miya­za­ki !
    et que … ensuite… on peut (abso­lu­ment) voir "le tom­beau des lucioles" mais il FAUT avoir des mou­choirs…
    (et c’est pas le même style que Mya­za­ki, en plus ! )

    Bon, je pré­fère les rêve­ries de Miya­za­ki (les atro­ci­tés de la réa­li­té c’est pas trop mon truc), et je ne savais pas que Nau­si­caa (que je n’ai pas vu) exis­tait en BD !!! (you­pi, mais Rhaa ! encore des frais… et des piles bou­quins… je ne te dis pas mer­ci, Li-An !).
    Sinon,"Le voyage de Chi­hi­ro" est assez balaise aus­si.

  • Vas­co > Et pour­tant, leur col­la­bo­ra­tion a débu­té il y a plus de 30 ans …
    Mais, tu as rai­son, heu­reu­se­ment qu’ils gardent cha­cun leur style.
    Je trouve néan­moins que "Pom­po­ko" et "Por­co Ros­so" , par exemple, ne sont pas plus éloi­gnés du "Tom­beau des Lucioles" que du "Voyage de Chi­hi­ro" ou que du "Châ­teau dans le Ciel".

  • Et per­sonne ne cite "Kiki la petite sor­cière" qui est un de mes pré­fé­rés ?
    Ces his­toires de tan­kiste alle­mands ont créé une petite polé­mique (en France ?). Cer­tains ont fait la moue en disant qu’ils ne pou­vaient pas fré­quen­ter un type qui racon­tait des his­toires avec des héros qui se situaient du mau­vais côté de la bar­rière. Ça m’a fait pen­ser à ce met­teur en scène fran­çais qui refu­sait de vision­ner les films de East­wood au pré­texte que c’était un ciné­ma fas­ci­sant. "Ils sont capables de tout, c’est à ça que l’on recon­nait les cons".

  • Pan sur le bec !
    Tu m’étonnes que Pom­po­ko me fasse plus pense à du Taka­ha­ta : c’en est ! (bon j’ai une excuse : il y a des mor­ceaux de Miya­za­ki dedans pour don­ner du gout).
    Alors je vais dire "Toto­ro" au lieu de "Pom­po­ko".
    C’est vrai, Vas­co, il n’y a pas le côté "fan­tas­tique" chez Taka­ha­ta. Je pen­sais plu­tôt à d’autres thèmes comme : la guerre, le rap­port à la nature, les rap­ports enfants-adultes, la recherche du parent per­du … pour faire le paral­lèle avec Miya­za­ki et éven­tuel­le­ment moti­ver (quelle pré­ten­tion !) quelques lec­teurs du blog …

  • Pas beau­coup de man­gas chez toi, Li-An. J’mets ça ici : ça serait sym­pa de par­ler d’un jeune illus­tra­teur et bédéiste de man­gas fran­çais, for­mé à Paris, et vu sur Arte dans l’émission "femmes asia­tiques, femmes fan­tômes", Nico­las Hito­ri De. Des images de per­son­nages euro­péens, mais habillés un peu punks, ins­pi­rés de pho­tos de jeunes japonais(es) qui se font leurs propres fringues. Il tra­vaille aus­si pour la revue Witch. M’est avis qu’il ira loin. Son site, http://www.nicohitoride.com/galerie_1.html .

    • Oua­ouw… Vous connais­sez mon légen­daire cynisme, mais Miya­za­ki, je tombe à genoux. J’espère qu’il ne va pas mettre autant de temps que pour Nau­si­caa

  • Bon­soir

    Je suis très heu­reuse , en tant que japo­naise , de ren­con­trer des fans de Nau­si­caä comme toi .

    Moi je pré­fère Nau­si­caä de BD à celui du film d’animation .

    Très bon week-end à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *