Série de l’été – Twin Peaks (saison 3)

peggy-lipton-twin-peaks

Peggy Lipton nous a quitté il y a peu de temps. Lipton inter­pré­tait Norma Jennings, gérante du restau­rant Double R Diner où elle propo­sait une tarte aux cerises divine. C’est cette nouvelle qui m’a donné envie de faire une série de billets sur les séries puisque je n’avais pas trouvé le temps de dire un petit mot sur la saison 3 de Twin Peaks, la série (réelle­ment) culte de David Lynch.

Trop vieux pour être vrai

J’ai accueilli l’annonce d’une troisième saison de Twin Peaks avec un détache­ment surhu­main. Je ne croyais pas que ça se ferait vraiment et ensuite je n’imaginais pas le voir de sitôt. Et un jour, je me suis deman­dé si c’était sorti en Blu Ray. Décou­vrir que je pouvais acqué­rir la saison d’un seul clic m’a laissé abasour­di. Je n’avais plus aucune excuse, il fallait accep­ter d’être confron­té à un projet qui semblait perdu d’avance. D’autant plus que les critiques s’étaient révélées dans l’ensemble élogieuses, certains parlant même de la plus belle œuvre de Lynch.

twin-peaks-saison3-05

Vingt ans après

La saison 2 se termi­nait avec le double maléfique de l’agent Cooper prenant sa place après que Laura Palmer lui ait donné rendez-vous dans vingt ans. C’est sur cette promesse que s’est monté le projet, ce qui est assez incroyable car après le flop de Inner Empire bien barré et peu excitant au final, on pensait que les produc­teurs ne voulaient plus entendre parler de Lynch cinéa­site. Mais il faut croire que le rêve ne s’arrête jamais.

twin-peaks-saison3-04

Quatre Cooper pour le prix d’un

Je ne vais pas rentrer dans le détail du résumé, l’intrigue est très riche avec de nombreux person­nages.
Au bout des vingt années écoulées, le méchant Cooper (qui sème mort et désola­tion sur son passage), ne veut pas revenir dans la Chambre Rouge. Il échafaude un plan machia­vé­lique et crée un double qui leurre le vrai Cooper. Voilà ce dernier coincé à Las Vegas dans le rôle d’agent d’assurance avec femme et enfant, complè­te­ment décalé par le voyage de retour sur Terre (genre 36 heures de décalage horaire).

Noir cerise

Ce qui frappe le plus en premier dans cette saison, c’est que Lynch a voulu se faire plaisir sans oublier les fans. On retrouve donc un maximum d’acteurs de la série, hors les décédés et, après vingt ans ils sont nombreux, chaque épisode est l’occasion de rendre un hommage. Plus frappant, Lynch a fait appel à des comédiens qu’il a utili­sé pour ses films (Naomi Watts, Laura Dern…). Et, alors qu’il aurait pu partir sur quelque chose de diffé­rent, Lynch choisit de travailler l’univers origi­nal (série + film) en dévelop­pant des choses justes entre­vues (Diana, qui n’est qu’une person­nage virtuel à l’intention de laquelle l’agent Cooper enregistre des messages, l’agent inter­pré­té par David Bowie qui revient sous forme de théière géante dans un surmonde paral­lèle). La vraie grosse absence, c’est le person­nage de Donna Hayward inter­pré­té par Lara Flynn Boyle dans la série et qui a refusé le rôle, pour cause de scènes assez chaudes, dans le film. C’était un de mes person­nages préfé­rés et j’aurais été curieux de le voir évoluer.

twin-peaks-saison3-02

Mais le vrai coup de génie, c’est de montrer petit à petit que la Chambre Rouge n’est qu’une partie d’un univers plus large. Rester sur les mystères origi­nels aurait senti le réchauf­fé. En faire les bases d’une mytho­lo­gie plus vaste (nouvelles entités maléfiques, nouveaux lieux chtarbes) relance l’univers de manière sédui­sante, on retrouve le senti­ment de mystère de la série origi­nale, senti­ment renfor­cé par les choix artis­tiques de Lynch. Sans compter le retour de Laura Palmer dont la mort est consi­dé­rée comme l’élément fonda­teur de TOUT.

L’arbre mort et la théière

Ce qui a susci­té l’avalanche de commen­taires enthou­siastes, c’est le fait que Lynch a eu visible­ment carte blanche. Épisode horri­fique purement expéri­men­tal, scènes qui s’étirent dans le grotesque, guests stars qui ont juste une scène, éléments narra­tifs à peine reliés à l’histoire centrale qui permettent à d’anciens person­nages d’exister sans parasi­ter le récit, il y a de quoi faire peur aux amateurs de séries plus classiques. On frôle le n’importe quoi (le person­nage de l’arbre mort ou la théière/​Bowie ont de quoi faire douter) mais ce n’est en fait pas si impor­tant, ce sont des éléments acces­soires d’un univers suffi­sam­ment riche pour qu’on ne s’y attarde pas. Ce qui est impor­tant, c’est que Lynch conti­nue à faire peur avec juste de la mise en scène, qu’il propose des choses jamais vues ailleurs propres à enrichir notre propre univers mental et démontre que l’on peut faire du cinéma ou de la série avec une ambition artis­tique qui peut toucher un public plus large que les amateurs d’art moderne.

La retraite à 80 ans

Je termi­ne­rai avec ce qui me semble le seul point faible de cette troisième saison : l’âge des acteurs des saisons précé­dentes. Une bonne partie d’entre eux ont large­ment atteint l’âge de la retraite par rapport au métier qu’ils font même si aux États-Unis on peut se retrou­ver à bosser longtemps. Le couple formé par l’agent Andy et la standar­diste Lucy fait un peu pitié (même si j’imagine que ça a dû beaucoup amuser Lynch d’en faire des person­nages immuables dans leurs rapports et aspects physique) et on se demande comment ces agents du FBI peuvent travailler à un âge aussi avancé. Comme Norma Jennings, qui aurait dû vendre son restau­rant depuis longtemps.

Mais que ces menues réserves ne vous refroi­dissent pas. Si vous aimez le travail de Lynch, c’est incon­tour­nable. Si vous aimez les expériences narra­tives, les choses qui grattent, c’est indis­pen­sable. Chapeau bas.

Et j’irai acheter la saison 4 si elle a la moindre chance de voir le jour.

Part 1
Il y a aussi des jeunes dans Twin Peaks saison 3. Mais pour combien de temps ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *