Top of the Lake – une série de Jane Campion

top-lake-campion

Une série conçue par un met­teur en scène de ciné­ma répu­té, un lac, un cadavre dans le lac, un flic confron­té aux poli­ciers locaux… Ça ne vous dit rien ?
En vision­nant le pre­mier épi­sode de Top of the Lake, la série BBC créée par Jane Cam­pion dont j’aimais déjà beau­coup le tra­vail – tous les jeu­dis sur Arte – j’avais comme des four­mis de Twin Peaks dans les mol­lets. Cam­pion se déclare grande fan du tra­vail de David Lynch et on retrouve des échos ami­caux. On retrouve aus­si comme un air d’agent Star­ling du Silence des Agneaux de Jona­than Demme dans le per­son­nage prin­ci­pal inter­pré­tée par Eli­sa­beth Moss.

top-lake-campion_02

Thui est une jeune fille de 12 ans qui se retrouve enceinte. De qui ? Elle ne veut pas le dire. Robin Grif­fin est poli­cière char­gée des mineurs et elle voit son séjour auprès de sa mère trou­blé par cette enquête qu’elle vou­drait mener au bout. Le père de Thui est une espèce de baron local hyper macho affu­blé de deux fils tatoués qui ne sup­porte pas de voir débar­quer sur son ter­ri­toire une com­mu­nau­té de femmes à la dérive menée par une étrange gou­rou (Hol­ly Hun­ter).

Pour l’instant, il n’y a qu’une seule sai­son de Top of the Lake et pas de seconde sai­son offi­ciel­le­ment annon­cée. On remar­que­ra que le sus­pens ini­tial ne vient pas de ”qui a tué” mais ”qui a fécon­dé”. Ce pre­mier épi­sode m’a bien accro­ché avec des per­son­nages très intri­gants, une enquê­trice en conflit avec les habi­tudes locales et une thé­ma­tique autour de la vio­lence faite aux femmes qui démarre bien. J’avoue que je suis bien plus exci­té par les pay­sages de Nou­velle-Zélande que ceux de Wes­te­ros et Essos.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

8 commentaires

        • Comme ce n’est pas une série US, c’est pas­sé sous les radars geeks/​réseaux sociaux. À noter que la BBC pro­duit ces der­nières années des séries ou mini-séries qui m’enthousiasment. Et en France, on a Nico­las LeFloch qui est au mieux gen­tillet.

            • C’est vrai. Mais j’ai beau­coup de mal avec la façon dont sont fil­mées les séries fran­çaises. J’ai dû regar­der un épi­sode mais je n’ai pas du tout accro­ché.

              • Peut-être que tu devrais essayer ”Les reve­nants”, qui a des par­ti-pris de réa­li­sa­tion plus ori­gi­naux… Même si le scé­nar tourne un peu en eau de bou­din, il y a une cer­taine beau­té fan­tas­ma­go­rique…

                • Ah oui, j’essaierai ça quand ça pas­se­ra en clair. La thé­ma­tique est déjà plus accro­cheuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *