Vittorio Giardino (Vincenzo Mollica & Antonio Vianovi – Glamour Book)

giardino-glamour-book-couv

Le Giardino de Glamour Book, je le traque depuis mes dix sept ans, depuis que je l’ai croi­sé dans les rayon­nages de la librai­rie La Parenthèse de Nançy. Il m’avait paru trop cher à l’époque et j’ai tou­jours espé­ré le trou­ver à un prix abor­dable mais il sem­blait me nar­guer. Invisible – sinon chez quelques amis que je ne pou­vais décem­ment déva­li­ser – avant Internet, je l’ai aper­çu ensuite chez des libraires en ligne ita­liens qui n’expédiaient pas à l’étranger et un col­lègue trans­al­pin me jurait qu’on le trou­vait encore à un prix très abor­dable… il y a dix ans. Pour mon anni­ver­saire, j’ai déci­dé de me l’offrir en tom­bant sur une occa­sion irlan­daise pas trop oné­reuse – disons moins chère que ce que l’on voit sur EBay, clô­tu­rant une quête de 30 années. D’ailleurs il ne me reste plus que le recueil The Studio de Dragon’s Dream à dégot­ter et je pour­rai bazar­der toute ma col­lec…

giardino-glamour-book9

giardino-glamour-book4

Dans un for­mat ita­lien de 26 cm x 24 cm, c’est un livre bour­ré jusqu’à la gueule de des­sins et planches de Giardino, par­ti­cu­liè­re­ment cen­tré sur l’année 1983, une année très pro­li­fique visi­ble­ment (le livre a été publié en 1986). On découvre ses pre­miers tra­vaux illus­trés, des ex libris, des illus­tra­tions pour des fan­zines, des quo­ti­diens, des recherches et des planches inédites. La par­tie prin­ci­pale est en noir et blanc et suit une évo­lu­tion par thème chro­no­lo­gique et une seconde par­tie en cou­leurs pré­sente des planches d’ albums, les cou­ver­tures inédites et offi­cielles, quelques illus­tra­tions (les deux cou­ver­tures pour Glamour) et l’ensemble des illus­tra­tions réa­li­sées pour une his­toire publiée dans Je Bouquine (pas vrai­ment inté­res­santes, dom­mage). Une biblio­gra­phie com­plète le tout. Pas d’interview ou de com­men­taires oiseux, c’est vrai­ment de l’image. Seul regret, l’absence d’illustrations publiées dans Glamour – une revue éro­tique ita­lienne des années 80 au for­mat car­ré pleine d’illustrations com­man­dées à des des­si­na­teurs BD et de pho­tos coquines plus ou moins de bonne défi­ni­tion, un vrai fan­tasme d’obsédé sexuel visuel et très inégale par ailleurs. Mais le conte­nu du port folio La fenêtre – repris dans la bio­gra­phie Mosquito il me semble – y est bien.

giardino-glamour-book8

giardino-glamour-book6

Giardino, c’est un des­sin assez aty­pique tout en res­tant clas­sique: une ligne claire réa­liste qui refuse les cli­chés, qui cherche la nar­ra­tion la plus lim­pide, qui s’intéresse aux per­son­nages avant le décor et des jeunes femmes légères jamais vul­gaires (bon, là, tout est rela­tif). D’ailleurs, je me suis assez ennuyé à l’exposition malouine qui était consa­crée à son tra­vail. Les planches étaient belles mais un peu vides à contem­pler. L’intérêt c’est quand même l’histoire chez Giardino. Le recueil sou­ligne de manière mar­quante l’évolution de son des­sin jusqu’à la matu­ri­té. En cinq ans, il passe d’un gra­phisme un peu flou, pas par­ti­cu­liè­re­ment réa­liste, hési­tant, au trait très juste qu’il n’abandonnera plus.

giardino-glamour-book5

Et enfin, divine sur­prise, quelques planches d’un album de Max Friedman, annon­cé comme “le sui­vant” et qui n’est jamais paru à ma connais­sance puisque c’est Jonas Fink qui a sui­vi avant No Pasaran.

L’évolution

Deux planches d’une aventure inédite de Max Friedman

giardino-glamour-book2

giardino-glamour-book3

Et pour ter­mi­ner, une page hom­mage à Corto Maltese…

hommage à Corto Maltese
hom­mage à Corto Maltese

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *