Les mémoires de papa Moumine – Tove Jansson (Nathan Poche)

Tove Jansson, roman­cière et des­si­na­trice fin­lan­daise, crée la famille Moumine en 1945. Étranges per­son­nages vivant dans un étrange uni­vers, ils deviennent très popu­laires en Finlande puis dans le reste du monde grâce notam­ment aux BD publiées d’ailleurs récem­ment en France par Le Lézard noir. Mais ce n’est pas la ver­sion BD qui m’a atti­ré… J’ai croi­sé les Moumines la pre­mière fois dans … Métal Hurlant. Dionnet par­lait d’un recueil d’illustrations publié par le Chêne ou quelque chose comme ça. On y voyait un petit bon­homme tout blanc avec une chan­delle dans un noir tout hachu­ré. Ensuite vint le des­sin ani­mé réa­li­sé au Japon (que j’ai long­temps cru réa­li­sé par Myiazaki) très éco­lo et très calme à la fois. Mais on ne trou­vait tou­jours rien en France ou alors je n’ai pas eu la chance de tom­ber des­sus. Nathan comble ce manque et on peut donc décou­vrir ce monde empli de créa­tures éton­nantes qui semblent échap­pées d’un rêve.
Dans ce tome, papa Moumine raconte sa jeu­nesse, com­ment il s’est échap­pé de l’orphelinat pour vivre de grandes aven­tures, sa ren­contre avec Fredrickson l’inventeur ou Edouard le gigan­tesque Dronte. Comme c’est un per­son­nage par­ti­cu­liè­re­ment imbu de lui-même, ça se veut très héroïque et c’est le déca­lage qui fait le charme de la chose. Les illus­tra­tions sont simples et belles à la fois. Dommage qu’il n’y ait pas de ver­sion sur un meilleur papier. Je n’ai pas essayé la BD qui me semble moins riche visuel­le­ment par­lant.

une maison magnifique

un fantôme qui se vexe facilement

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

23 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *