Moderne Olympia (Catherine Meurisse – Futuropolis M’O)

meurisse-moderne-olympia_02

Ben coïn­ci­dence, je suis allé visi­ter le Musée d’Orsay avant de lire cet album que j’avais ache­té avant la visite.
Moderne Olym­pia est tout à fait dans la lignée des pré­cé­dents ouvrages de Melle Meu­risse puisqu’il parle de pein­ture et plus lar­ge­ment des pein­tures visibles au musée d’Orsay – là où on peut admi­rer l’Olym­pia de Manet (et son fameux chat noir). Miss Olym­pia est du côté des Refu­sés, elle est donc obli­gé de cache­ton­ner dans les grandes pro­duc­tions de l’Art Offi­ciel (les Bou­gue­reau, Gérôme, etc…), ce qui la satis­fait pas, elle qui vou­drait deve­nir une vedette de la pein­ture. Elle tombe amou­reux d’un Romain, ce qui déplaît fort à Vénus, la star qui le vaut bien, qui décide de lui don­ner une bonne leçon. Pen­dant ce temps, l’époque des tour­nages en stu­dio est pas­sé et les toiles se font en exté­rieur. C’est que une toile, c’est une pein­ture mais aus­si une séance de ciné­ma, vous sui­vez ?

Je ne sais pas com­ment Meu­risse écrit ses scé­na­rios mais on a l’impression d’un délire marabout/​deficelle d’une inven­tion débri­dée. Puisqu’une toile c’est du ciné, alors Olym­pia est une actrice et on rajoute une couche de Sha­kes­peare ce qui per­met de faire réfé­rence à West Side Sto­ry et tout ça avec les tableaux d’Orsay qui défilent comme décors ou per­son­nages de l’histoire. En résu­mé : ça parle pein­ture mais comme si la pein­ture c’était du ciné­ma et même du ciné­ma comé­die musi­cale, un truc que j’ai tou­jours vou­lu faire en BD. Pour le coup, c’est de la BD qui néces­site une bonne base cultu­relle pour appré­cier les vannes et j’imagine qu’on la goûte vrai­ment bien si on a le musée encore frais dans la mémoire. Je me demande si c’est aus­si rigo­lo quand on n’y a jamais mis le pied (au Musée), il fau­dra que vous me le disiez.
Quoiqu’il en soit, de la BD inven­tive, culti­vée, débri­dée et d’une viva­ci­té de des­sin réjouis­sante – on croit voir du Bré­té­cher de temps en temps, c’est quand même pas si cou­rant – mal­heu­reu­se­ment. Ça va quand même être dur à vendre aux parents de col­lé­giens, on y voit une belle col­lec­tion de trous de cul.

meurisse-moderne-olympia

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

2 commentaires

  • Amou­reux du des­sin de C.Meurisse.Dans ses illustrations;par endroits dans ce livre,l’ombre de Beu­ville (admiré,et pro­cla­mé) plane un peu plus qu’avant.Bon signe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *