La Vierge Froide et autres racontars (Jorn Riel, Gwen de Bonneval & Hervé Tanquerelle – Sarbacane)

Bon, ce n’est pas vrai­ment de l’actualité puisqu’arrive une seconde four­née des nou­velles de Jorn Riel adap­tées par Tan­que­relle et de Bon­ne­val. J’ai mis un peu de temps pour lire cet album 1. parce que je pré­fé­rais au moins décou­vrir le texte ori­gi­nal avant d’attaquer l’adaptation ( cf. ici) 2. la BD a vu son pre­mier tirage épui­sé rapi­de­ment et je me suis retrou­vé un peu couillon. J’avoue que j’étais un peu inquiet au feuille­tage. Beau­coup de dia­logues, peu de grands espaces. Mais une fois entré dedans, on retrouve sans pro­blème les per­son­nages de chas­seurs pau­més dans le Groen­land, pas­sant le temps à se racon­ter des his­toires quand la nuit polaire s’étend. Le sens de la cari­ca­ture de Tan­que­relle fait mer­veille et Bon­ne­val gère par­fai­te­ment son adap­ta­tion en la ren­dant très visuelle. C’est vrai que ça manque un peu de nanas mais, en cette période hyper gir­ly, on savoure l’odeur mus­quée du mâle soli­taire dans sa cabane au fond de la ban­quise à droite, juste après l’ours blanc émé­ché. Plus qu’à attendre Le Roi Oscar.

vierge-froide-bonneval-tanquerelle-pl

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

1 commentaire

  • retrou­vez l’adaptation théâ­trale à paris !

    Enfin au théâtre, les racon­tars Arc­tiques de Jorn Riel adap­tés !

    En novembre 2011 au Funam­bule !!!

    Le Funam­bule – Mont­martre

    53 Rue Saules, 75018 Paris

    Métro : Lamarck – Cau­lain­court

    tel/​résa : 01 42 23 88 83

    http://​www​.funam​bule​-mont​martre​.com

    Les Etoiles Polaires se jouent du mar­di au same­di à 21h30 tout le mois de novembre 2011 — la repré­sen­ta­tion dure 1h20.

    Le Pitch : Ah le grand nord !

    Vivre au grand air dans une nature fan­tas­tique et sau­vage ! Sur­vivre seul avec son traî­neau et ses chiens, au pays des ours blancs…

    Sauf que sur la Côte Nord-Est du Groen­land, on n’est pas tout seul et qu’on ne choi­sit pas ses com­pa­gnons de baraque.

    Sauf qu’un ours blanc c’est une tonne de rage pure qu’on n’entend même pas débou­ler avec le vent qui vous hurle dans les oreilles.

    Sauf qu’il fait nuit la moi­tié de l’année et qu’on passe son temps bour­ré à l’alcool de patate à tré­bu­cher sur des merdes de chiens gelées pour s’étaler par­mi les car­casses de boîtes de cor­ned-beef.

    Heu­reu­se­ment qu’il y a Emma. La plus brillante des étoiles polaires… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *