Stories B (Massimo Mattioli – l’Association)

couv

Fin des années 80. ”Corto Maltese”, le magazine. Les auteurs italiens de l’époque, tous plus ambitieux et doués les uns que les autres. Et au milieu, Mattio­li et ses délires dickiens, ses cases toutes identiques, ses recherches narra­tives, ses clins d’oeil rock, comix ou horri­fiques, ses BD géomé­triques, ses histoires sans queue ni tête. Des histoires courtes. Étranges. Et belles. Du Mattio­li, quoi…

perversion mécanique

m à j du 06/​07/​08 : juste un petit mot pour souli­gner le travail de Mattio­li sur la narra­tion. Certaines de ces histoires sont une suite d’images reliées unique­ment par le texte. Une autre se contente de montrer des figures géomé­triques. Dieu sait si je déteste les expériences stériles, les artistes nombri­listes mais dans le cas de Mattio­li, il y a toujours une espèce de fièvre conta­gieuse, une dérision qui emporte tout.

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

7 commentaires

  1. Es-tu sûr qu’il soit passé dans ”Corto” ?
    N’était-ce pas plutôt dans ”Chic”, un magazine bd qui a eu une assez courte vie dans les 80’s (un peu trash et racoleur), mais au sommaires bien fournis.
    On y trouvait de belles pages de Got sursa­tu­rées de couleur, mais aussi Libera­tore, Clave­loux, Kelek, Loustal… et des espagnols et bien d’autres, un peu dans le genre ”écho des savanes” quand ils faisaient encore de la bd.

  2. Ben, j’ai mis ce que j’ai lu dans la BD. C’était peut-être la version italienne (moi aussi j’ai été surpris, j’avais une vision très sérieuse du magazine en question).

  3. Et en plus, le magazine s’appelle ”Corto Maltese” (et non ”Corto” comme en France). Merci pour cette préci­sion, Totoche.

Laisser un commentaire