Manteau magique et épée d’acier

Retour sur la planète des chats (Wasterlain ‑ Lily Mosquito)

retour-planete-chat-wasterlain-couv

Est-ce qu’il est bien raison­nable de faire une chronique sur ce nouvel album de Waster­lain ? C’est un auteur que j’adore mais dont les dernières œuvres sont moins dans mes goûts (soyons politi­que­ment correct). En même temps, il m’a donné telle­ment de plaisir ‑ et il conti­nue quand je relis ses albums ‑ que j’ai décidé d’acheter ce nouvel opus du docteur Poche au moins pour le soute­nir psycho­lo­gi­que­ment. Mais est-ce ça vaut le coup d’un point de vue objectif ?

La planète des chats est une merveille de BD. Le départ involon­taire du docteur Poche avec une bande de gamins surdoués pour une planète à l’état moyen­âgeux peuplée d’animaux parlants était prétexte à de grands moments héroïques et surréa­listes, des person­nages hauts en couleur et une touche Waster­lain dans la narra­tion toujours un peu en recul et amusée. Un truc qui devrait faire partie de toutes les biblio­thèques BD qui se respectent.
Ce retour arrive plus de trente ans après la parution origi­nale (1981) et cela se ressent un peu. Surtout sur le person­nage de Poche. À ses débuts, le docteur Poche est un jeune médecin sympa­thique embar­qué dans des histoires fantas­tiques. Avec Karabouilla, il avait pris une densi­té très rare à l’époque dans la BD franco-belge ”jeunesse”. La planète des chats est un peu l’aboutissement du person­nage puisque Waster­lain va ensuite l’utiliser pour toutes sortes de projets décalés (un hommage à Hergé dans Le renard bleu puis des gags surréa­listes où Poche devient un peu ridicule et énervé. Cette évolu­tion fait un peu penser à celle de Spirou de Franquin avec Panade à Champi­gnac où les prota­go­nistes histo­riques sont ridicu­li­sés. Il faut dire que les aventures étaient passées du côté de Jeannette Pointu qui vivait des choses plus intenses que le docteur Poche.

Quand Waster­lain a relan­cé pour Caster­man le docteur Poche, c’était pour le coup du vrai ”jeunesse” sans beaucoup de degrés de lecture. Le person­nage, en régres­sant, avait perdu de son charisme et de son charme, voire de sa folie. En repre­nant le docteur à l’époque de sa gloire (et des souve­nirs émus des fans), Waster­lain s’est retrou­vé un peu encom­bré. Poche a perdu son côté posé qui faisait juste­ment le charme de la juxta­po­si­tion avec un univers décalé.

retour-planete-chat-wasterlain

Dans cette nouvelle aventure, le voilà de retour sur la planète anima­lière agres­sée par des cochons ET pas contents. Il va se joindre au combat avec ses anciens amis et de nouveaux. Comme pour les albums origi­nels, il y a des clins d’œil à l’Histoire de France (ici le général de Gaulle) mais qui n’ont pas la force du parcours façon Jeanne d’Arc de la petite héroïne de 1981. Seul le passage du petit chat adopté par des ours et qui ignore sa vraie nature apporte un peu de nouveauté.

Alors, une vraie décep­tion ? Pas vraiment. J’imaginais bien que cette nouvelle histoire ne risquait pas de révolu­tion­ner les choses. C’est un peu dommage mais il faut le prendre comme le soutien d’un éditeur à un auteur qui a appor­té énormé­ment à la bande dessi­née. L’achat du livre tient plus du geste symbo­lique que du plaisir de lecture.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

9 Commentaires

  1. Boyingtonsays: Boyington

    C’est bien fichu, sûr, mais ça fait partie des BD qui me bloquent pour une raison majeure, la greffe d’une tête animale à un corps humain. Bizar­re­ment, à part peut-être avec les albums de Sokal, j’ai toujours eu une réticence pour ce procé­dé adopté par certains dessi­na­teurs. Alors que ça ne me dérange pas plus que ça lorsque je regarde certains films de SF qui pratiquent le genre. J’ai besoin d’une psycha­na­lyse a priori…

    1. Li-Ansays: Li-An

      En fait, ce n’est pas tout à fait le cas. On est plus proche de Mache­rot : des animaux qui se comportent comme des humains (ou Black­sad). D’ailleurs, chez Waster­lain, les person­nages peuvent de temps en temps se compor­ter comme des animaux.

      Dans le même genre, il y a Atlas&Axis qui font pipi comme des chiens normaux – https://​www​.li​-an​.fr/​b​l​o​g​/​b​d​-​d​u​-​m​o​m​e​n​t​/​l​a​-​s​a​g​a​-​d​a​t​l​a​s​-​a​x​i​s​-​t​-​1​-​p​a​u​-​a​n​k​a​ma/.

  2. juliensays: julien

    Tendre billet (d’un amour éconduit,en somme).Soutenir ceux qu’on a telle­ment aimé.C’est d’autant plus dur de l’ entendre dire (même si sa vie l’explique terriblement)son insatis­fac­tion devant ”La planète…” qu’il juge ”mal dessiné”,etc…Acheté.Mais pas vraiment lu.‘Peux pas.

  3. Totoche Tannenensays: Totoche Tannenen

    C’est quand-même triste qu’il n’y ait pas eu d’arran­ge­ment pour que ce soit pré-publié dans Spirou comme cela a pu parfois se faire jadis pour des séries ”histo­rique” passées chez d’autres éditeurs (Lucky Luke, les Schtroumpfs, Natacha…)

    1. Li-Ansays: Li-An

      En même temps, je serais le rédac chef de chez Spirou, je ne serais peut-être pas super enthou­siaste. Ce n’est pas un très bon album et pas une série populaire.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *