W. Heath Robinson et son copain Bill

Publié en 1912. Bill the Minder raconte les aventures bizarres de Bill et ses cousins. W. Heath Robin­son écrit le texte et l’illustre. Ses images noir et blanc sont toujours aussi fasci­nantes dans leur préci­sion. Je suis fan. Le livre a été moulte­ment réédi­té et est donc facile à trouver.

J’ai trouvé ces images sur le blog de Pieran­ge­lo Boog qui est un illus­tra­teur réaliste fanta­sy obsédé par l’image dessi­née et qui publie sur son blog nombre de livres anciens illus­trés et, en parti­cu­lier, publiés en Allemagne, ce qui nous donne des images jamais vues sur le web.

bill341-heath-robinson
faut pas se louper

bill019x-heath-robinson
avoir un bébé sur la tôte

bill041-heath-robinson
Macro­nite aigüe

bill063-heath-robinson
colis­si­mo

bill069-heath-robinson
la jeunesse de Macron

bill081-heath-robinson
vous n’êtes pas Syrien au moins ?

bill110-heath-robinson
poulet

bill143-heath-robinson
un riche heureux

bill159-heath-robinson
une rose parmi les roses

bill165-heath-robinson
coup de balai rue de Solférino

bill205-heath-robinson
encore Macron

bill217-heath-robinson
manger ou mourir, il faut choisir

bill255-heath-robinson
bébé vole

bill287-heath-robinson
démar­cheur Engie

bill323-heath-robinson
démar­cheur Engie (bis)

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

7 commentaires

  1. C’est marrant je suis allé voir une confé­rence à l’occa­sion de la sortie d’un nouveau livre sur son travail et j’ai réali­sé que William Heath Robin­son est surtout connu dans le monde anglo­phone pour ses illus­tra­tions montrant des machines incroyables avec plein de poulies et de bouts de ficelles, à tel point que son nom est devenu un nom commun pour décrire une machine infer­nale inuti­le­ment compliquée.

    http://​www​.wired​.co​.uk/​a​r​t​i​c​l​e​/​h​e​a​t​h​-​r​o​b​i​n​s​o​n​-​d​e​s​e​r​v​e​s​-​a​-​m​u​s​eum

    • Oui, j’ai parlé de cet aspect de son travail ailleurs sur ce blog qui l’a rendu très populaire en Grande-Bretagne. Il va falloir que je vérifie pour ce nouveau livre.

  2. Il y a de quoi être fasci­né en effet.Précis,délicat,sublime d’équilibre.Le décor semble pesé au plus près.L’art à la balance.
    Je me suis surpris à penser à Gotlib devant The merchant’s wife,faux airs des vieillards pervers du maître..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *