Georges Beuville (Gargantua)

Les éditions Gargan­tua, sous la direc­tion éclai­rée de Marc Lizano et Joël Legars, propose un petit artbook sur le grand Beuville dont j’ai moulte­ment parlé sur ce blog. À peine 32 pages qui zooment sur le travail de plume et de gouache, cherchant à montrer la matière et le rendu plus que l’image elle même. C’est frustrant et émouvant à la fois. Beuville simpli­fie la forme et dépose les couleurs pas taches, c’est très stimu­lant, ça donne une vie intense. Ça donne surtout une furieuse envie de se mettre au boulot.

patte de velours et alchimiste

le mystère de la bouteille pleine

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique promo
Partagez ce contenu

16 commentaires

  1. Le choix édito­rial est un risque:Proposer,non un recueil,mais un point de vue alors que l’oeuvre m^me ne connait aucune édition sous autre forme(Pour le moment,mais ça va venir)ce qui écarte proba­ble­ment un plus large public;je suis trés heureux de la position de Marc Lizano,qu’il faut encourager;stimulant,en effet.Faut-il rappe­ler le courage et l’audace d’un ”petit” éditeur de donner un vrai premier livre sur Georges Beuville ?

  2. 10 € pour 32 pages en moyen format de photo­gra­phies en gros plan prises de travers,
    on peut appeler ça de l’audace.
    Beuville mérite large­ment que l’édi­tion se ré intéresse à sont travail.
    J’éspère que ce sera par des jeunes éditeurs moins éclairés.

    • Je sens comme de l’iro­nie derrière tout ça :-) C’est vrai que je me suis deman­dé où ils allaient mais j’ai réelle­ment eu du plaisir à voir la matière du travail de Beuville :-)

  3. C’est injuste;ces 10 malheu­reux euros ne sont pas usurpés.Ouvrage modeste mais en rien baclé ou trahis­sant l’homme qu’était Beuville…(Bon,moi,j’dis ça)

  4. Un poil injuste, parce que n’ayant pas eu l’objet en main.
    Surtout déçu vu tous les articles positifs précé­dant cette parution.

    J’ai lu sur Actuabd un commen­taire qui ne vantait pas la quali­té des reproductions.
    Les images mises en ligne ici confortent ces reproches, voire les accentuent.
    Sur le site de l’édi­teur il faut fouiller dans le blog pour comprendre que ce arte-bouque a un parti pris fort, et que les détails du pourquoi devraient arriver.
    Ce n’est pas évoqué sur le catalogue du site, ni sur Amazon​.fr par exemple où il y a une ”Présen­ta­tion de l’édi­teur” (est ce que c’est un texte juste repris par Amazon ?), qui zappe aussi cela complè­te­ment. Commer­cia­le­ment c’est limite.

    Et ensuite, oui 10 € les 32 pages moyen format souple je trouve ça cher, même pour un petit éditeur.

    Prendre des photos de la matière est très intéres­sant. Seule­ment ça l’est en regard de l’image plein cadre.

  5. Ce parti pris ne sert pas son travail je trouve.

    Quel est le but : faire un livre ” arty” ou servir l’oeuvre d’un artiste ?

    Je dis cela en jugeant d’après ton article car je n’ai pas encore eu le bouquin entre les mains.

    Mais ce n’est qu’un avis…

  6. La dernière phrase du commen­taire de JC est en effet la réserve que l’on peut reconnaitre.Ce ne sont pas les 10 euros qui heurtent,faut pas déconner;mais la frustra­tion du nombre de page(MARSU-PRODUCTION,qui n’est pas un petit a un joli petit stock d’ ”art-book” sur/​de/​par Franquin au prix réelle­ment prohibitif;mais si;souvenez-vous)

  7. En juin 2011, les éditions charrette propo­se­ront un ouvrage sur Beuville.

    Nous travaillons actuel­le­ment sur la couver­ture et sur la quali­té des scannes. Nous espérons pouvoir très prochai­ne­ment vous présen­ter la couverture.

    Nous pouvons déjà parler de l’objet :

    96 pages + couverture
    Format fini : 165 x 240 mm – format à la française (Myrtil Fauvette, Café Panique, Archi­pels… etc..)

    Papier : 320 g/​m2 – Inapa Création Feutre – blanc
    Impres­sion : Au recto : quadri­chro­mie +vernis satiné

    96 pages
    Papier : 190 g/​m2 – Offset
    Impres­sion : noir + 1 couleur

    Nous travaillons égale­ment sur un autre projet. Il ne s’agit pas d’un ouvrage mais bel et bien de faire revivre le travail de Beuville autre­ment. Impos­sible d’en dire plus. Nous atten­dons la validation.

  8. Dédicaces Thibault Poursin, Marc Lizano & Joël Legars le samedi 05 mars de 14h à 18h30 à la librai­rie Album Bercy (01 53 33 87 88), dans à Paris XIIè pour les sorties de Crispa­tions et des remords d’un livreur de saucisses, ainsi que Louise (en avant-première).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.