Crobard été 2009 (4)

15 commentaires

  1. Excellent, très vivant ! Ca fait un peu penser à du Weisbuch en plus souple, je sais pas si tu connais. Mais, trève de références, c’ est tout simple­ment du très bon dessin.

  2. Au bout de combien de crobards collec­tion­nés a t’on notre set de table?(dessin trés bon,trés juste,nerveux,trés ”réhabi­li­tons la plume”-oui,c’est pas de la plume?)

  3. Ah non, ce n’est pas de la plume mais une espèce de roller fin (j’ai oublié la marque). C’est du crobard, je ne me balade pas avec mon encre de Chine :-)

  4. Bon, réessayons un post. Ca n’est pas passé l’autre jour…
    Alors, oui effec­ti­ve­ment on pense à Weisbuch, d’accord avec Oralik. (Sauf que lui travaille(ait?) (décédé, non?)en grand format, et peut-être plus au pinceau, si j’ai bonne mémoire.)

  5. C’est dans les crobards que l’essence du talent se mesure.
    Ici, outre l’excel­lence de la compo­si­tion (répar­ti­tion efficace des noirs et des blancs dans la case), outre le poids bien rendu des person­nages (par les ombres et le sens des hachures), outre la justesse du dessin (le précis galop de la bête dévalant une pente), il y a surtout la rencontre de la forme et du fond à savoir l’impres­sion (par le jeté du trait)que la vitesse d’exé­cu­tion du dessin est la même exacte­ment que la vitesse de la course de l’animal.
    Du grand art Li-An.
    Black Dolfin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.