Crobard été 2009 (4)

Longchamp

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

15 Commentaires

  1. says: oralik

    Excellent, très vivant ! Ca fait un peu penser à du Weisbuch en plus souple, je sais pas si tu connais. Mais, trève de références, c’ est tout simple­ment du très bon dessin.

  2. says: julien

    Au bout de combien de crobards collec­tion­nés a t’on notre set de table?(dessin trés bon,trés juste,nerveux,trés ”réhabi­li­tons la plume”-oui,c’est pas de la plume?)

  3. says: Li-An

    Ah non, ce n’est pas de la plume mais une espèce de roller fin (j’ai oublié la marque). C’est du crobard, je ne me balade pas avec mon encre de Chine :-)

  4. says: Boyington

    Bon, réessayons un post. Ca n’est pas passé l’autre jour…
    Alors, oui effec­ti­ve­ment on pense à Weisbuch, d’accord avec Oralik. (Sauf que lui travaille(ait?) (décédé, non?)en grand format, et peut-être plus au pinceau, si j’ai bonne mémoire.)

  5. says: Black Dolfin

    C’est dans les crobards que l’essence du talent se mesure.
    Ici, outre l’excel­lence de la compo­si­tion (répar­ti­tion efficace des noirs et des blancs dans la case), outre le poids bien rendu des person­nages (par les ombres et le sens des hachures), outre la justesse du dessin (le précis galop de la bête dévalant une pente), il y a surtout la rencontre de la forme et du fond à savoir l’impres­sion (par le jeté du trait)que la vitesse d’exé­cu­tion du dessin est la même exacte­ment que la vitesse de la course de l’animal.
    Du grand art Li-An.
    Black Dolfin.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *