Un canon et Georges de la Tour

Pour ce album Georges de la Tour, j’ai travaillé à la table lumineuse. Crayon sur papier croquis puis encrage au feutre sur papier impri­mante – ben comme Fantômes blancs en fait.
Dans cette planche, ce pauvre Georges se fait moquer par la solda­tesque française. Trop dur pour lui.

crayon-geordes-delatour-li-an-01

crayon-geordes-delatour-li-an-02

crayon-geordes-delatour-li-an

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
Rejoindre la conversation

13 Commentaires

  1. Totoche Tanne­nen En personne. Avec son cousin Quentin. Fais toi passer pour un auteur syndi­qué – les auteurs syndi­qués peuvent récupé­rer un badge. Guillaume Decaux : c’était Rembrandt qui avait un appareil à lumière.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *