Dansons comme Woody Woodpecker avec Bob Fosse

Je n’ai jamais dit ici mon goût pour les choré­gra­phies de Bob Fosse – dynamiques, sexy et d’une moder­ni­té intem­po­relle. Et je n’avais jamais enten­du parler de Sweet Chari­ty, son premier long métrage (1969) qui a été un four complet à sa sortie. Remake des Nuits de Cabiria de Felli­ni, il narre les déboires senti­men­taux d’une entraî­neuse (Shirley McLaine). Le prétexte à quelques numéros excep­tion­nels dont ce The Rich Man’s Frug emmené par une torride Suzanne Charney où Fosse réussit à marier démarches carica­tu­rales proches du film d’ani­ma­tion à la Warner et robes ultra courtes.
À regar­der tous les matins pour se mettre en train.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

2 Commentaires

  1. juliensays: julien

    Même la caméra se fait grâcieuse et se dandine,détendue,mais assurée,admirablement:volutes et coups secs.
    Zut,alors,c’était bien !

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *