T.S. Sullivant

T.S. Sulli­vant (1854 – 1926) est un illus­tra­teur US humoris­tique connu à l’époque pour son goût pour les person­nages anima­liers. Ses person­nages sont irrésis­tibles et je ne comprends pas qu’il soit tombé dans l’oubli. On pourrait republier ces dessins tels quels. Ces images sont tirées du fameux site ASIFA mais on peut en trouver dans les versions noir et blanc de la revue ”Images”. Son sens de la carica­ture avec des person­nages très ronds semble ne pas avoir été ”copié”. Après moults commen­taires, on peut dire qu’il a inflen­cé l’équipe Disney et Walt Kelly, le créateur de Pogo, notam­ment.

l'alcool est l'ennemi de l'hippopotame

un gag incompréhensible pour moi

de magnifiques chapeaux

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

24 commentaires

  • Je rajoute le lien. Je m’en doutais qu’il devait y en avoir par là-bas (rahhh, il faudrait qu’ils voyent à amélio­rer l’ergo­no­mie de leur site).

  • Superbe. Le deuxième dessin me fait beaucoup penser à Laurel et Hardy. Au fond, on retrouve chez Sulli­vant un peu le même type d’humour, avec ce style à la fois raffi­né et ”énorme”.

  • Je pense que les costumes aident à faire le lien avec le cinéma muet. Mais c’est vrai que c’est un comique basé sur le physique des person­nages, les contrastes visuels…

  • Et le 3éme dessin est un petit chef d’oeuvre de composition;admirez le jeu de regards!..Merci LI AN(quoique,voilà une frustra­tion supplémentaire,un livre imagi­naire à rever…);Bon,MERCI.

  • Moi, ce qui me fait rire, c’est que l’autruche mange avec ses pattes. Une idée étonnante puisqu’en général, les dessi­na­teurs utilisent les ailes comme mains.

  • Pas copié ?
    Cette image fait très fort penser au dessin du chameau une planche de Gaston… dans le zoo

    Il y a fort a parier que Franquin connais­sait le travail de ses aînés,
    et savait s’en inspi­rer.
    Je n’ai pas dis copier !

    J’adore le style de carica­ture et d’encrage de T.S. Sulli­vant.
    ça fait rudement plaisir de voir des carica­tures d’ani­maux, et pas une carica­ture des créatures des anima­teurs de Disney comme on verrait aujourd’­hui…

  • Je serai très étonné que Franquin ait eu connais­sance de l’oeuvre de Sulli­vant. Je ne connais aucun livre qui lui soit consa­cré et dans les années 70, les gens qui connais­saient son travail aux États-Unis devaient se compter sur les doigts d’une main.

  • Alors peut etre Max Cabanes,dont les débuts ont cette allure là,finement pensés et dessinés…Plus je regarde ces dessins de Sullivant,plus je trouve cela brillant…Mais ça mérite­rait une autre étude que celle du dessin propre:Celle du ton,de cet humour trés étrange,trés proche d’une relative folie,de cette époque…

  • Je ne suis pas spécia­liste de Franquin, mais moi aussi je songe à lui en voyant ce genre de bestioles.

    Tout de même, Franquin a dit avoir été influen­cé dans sa jeunesse par les dessi­na­teurs améri­cains, puis il a aussi fait de l’ani­ma­tion (avec Morris) dans les années 40 en Belgique, et a fait un séjour au Etats-Unis en 48.

    D’un autre côté, Sulli­vant a eu beaucoup d’influence sur les anima­teurs améri­cains. Il n’est donc pas incon­gru de se dire qu’il a pu connaître ce dessi­na­teur.

    En tous cas si on prend ses ”4 aventures de Spirou” (dont les histoires datent de 48, 49, 50 ) on y trouve une belle galerie d’ani­maux très similaires dans leur mobili­té et le traite­ment carica­tu­ral.

    Dans ”les plans du robot” il y a une belle séquence avec un sanglier ; un superbe cheval clownesque dans ”Spirou fait du cheval” et ”chez les pygmées” tout un choix d’ani­maux de la savane et de la jungle dont un léopard qui vaut le détour…

    Ensuite on peut conti­nuer le recen­se­ment dans toute sa produc­tion et se dire qu’il a pu digérer cette influence parmi d’autres.

  • Bah,je me trompe sans doute,mais je ne crois pas que Franquin ait été un jeune auteur curieux,avide du travail des autres;par la suite,oui,mais il est proba­ble­ment vain de chercher des filiations,du moins conscientes,dans ce cas précis(à part Cabanes,je me répète;ooh,mais Franquin aimait beaucoup le Cabanes des débuts-qui lui rappe­lait des influences lointaines,alors?)

  • @kris : C’est marrant cette compa­rai­son entre Sulli­vant et le ”style Disney”, parce que les anima­teurs de Disney ne cachaient pas que Sulli­vant était une grande source d’ins­pi­ra­tion… Paraît qu’on dit qu’il a inspi­ré plus direc­te­ment la séquence de ”la danse des heures” de Fanta­sia, même si on parle plus volon­tiers d’une influence de Heinrich Kley (dont Li-An a d’ailleurs déjà causé). Paraît que Walt Kelly (l’auteur de ”Pogo”) le recon­nais­sait aussi comme une influence majeure.
    Je tiens ces infos d’une notice d’une page dans la revue ”Neuvième art” de 2006, en intro­duc­tion de 2 double-pages de l’auteur…
    (bon sinon, je sais c’est pas bien, j’ai honte, si ça se fait pas ce message n’a qu’à être suppri­mé mais je tenais à attirer l’atten­tion de quelqu’un vers une série de strips améri­cains que j’ai décou­vert il n’y a pas longtemps, c’est ”Cul-de-sac” de Richard Thomp­son : http://​www​.gocomics​.com/​c​u​l​d​e​sac ) ‑ça n’a rien à voir avec le sujet qui nous occupe (sinon que c’est améri­cain) mais je trouve ça superbe à de multiples égards et personne n’en cause…)

  • @Jérôme : quelqu’un en a déjà parlé ici-même :-) Il va falloir se pencher sur ce cas Thomp­son :-)
    J’aurai tendance à penser que la danse est direc­te­ment issue de Kley (il y a des illus­tra­tions de danses de croco­diles et d’hip­po chez Kley) mais c’est vrai que les anima­teurs ont pioché aussi dans Sulli­vant. D’ailleurs je vais corri­ger mon billet sur cette histoire d’influence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *