Todd Schorr, American Surreal (Last Gasp Press)

american-surreal-todd-schorr

25 x 38 cm, dos toi­lé, tranche dorée à l’or fin, images col­lées sur la cou­ver­ture, les Chinois font du beau bou­lot pas cher les amis… On se demande pour­quoi Dupuis ne fait pas impri­mer cer­tains recueils là-bas…
Todd Schorr est un peintre 100 % états-unien. Son tra­vail figu­ra­tif est nar­ra­tif et encom­bré de sym­boles issus de sa jeu­nesse: les États-Unis des années 50/70. Dessins ani­més, films d’horreur, publi­ci­tés ont ber­cé son enfance et il recrache tout ceci dans des oeuvres monu­men­tales hyper léchées. Ce livre qui sert aus­si de cata­logue pour une expo­si­tion au San José Museum of Art fait un réca­pi­tu­la­tif de son tra­vail à par­tir de 2003, détaillant soi­gneu­se­ment les phases d’incubation, d’inspiration puis de réa­li­sa­tion. Deux oeuvres sont mises en avant: A Pirate’s Treasur Dream, com­mande d’un col­lec­tion­neur fou, et Ape Worship, hom­mage à King Kong. Vu la taille défi­ni­tive des oeuvres (plu­sieurs mètres de dimen­sion), des zooms sur le tra­vail de Schorr sont par­ti­cu­liè­re­ment bien­ve­nus.
Schorr est une des têtes d’affiche d’un mou­ve­ment très “côte Ouest” qui fait un figu­ra­tif nar­ra­tif ins­pi­ré des codes de l’illustration enfan­tine. Ses artistes pré­fé­rés vont des Brueghel à Dali et on retrouve les influences voire des cita­tions mais dans un grand cham­bar­de­ment. De ce point de vue là, Schorr témoigne vrai­ment de son époque en trai­tant direc­te­ment de l’image popu­laire asso­ciée au besoin d’accumulation d’objets de consom­ma­tion.

Ape Worship - crayon préparatoire

A Pirate's Treasure Dream - peinture finale

A Pirate's Tresor Dream - détail

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

21 commentaires

  • Il est pom­pier dans la pré­ci­sion mais pas dans l’esprit puisque c’est évi­dem­ment très iro­nique et ça ne cherche pas un réa­lisme de situa­tion. J’aime beau­coup ses cieux :-)

  • Dis moi où t’es tu pro­cu­ré cet ouvrage ?

    C’est chouette ( et son image a King kong est excellent ) !

    Tu sais ce qu’il te reste à faire dans tes pro­chaines années ?

    Montez un pro­jets de livre réfé­ren­çant tous ces illus­tra­teurs que tu nous fait décou­vrir ou redé­cou­vrir , bon c’est du bou­lot soit , mais quel ouvrage au final !

    En tout cas mer­ci encore pour ce billet plein d’énergie en barre ;)

  • Par Amazon.fr direc­tos. Attention, il ne faut pas s’attendre à une ava­lanche d’images dif­fé­rentes: il doit tra­vailler assez len­te­ment. Mais ça m’a don­né envie de faire des trucs à l’acrylique :-)
    L’idéal serait de faire plu­tôt une revue :-)) Bah, le blog suf­fit bien pour l’instant.

  • L’ami Totoche va-t-il nous trou­ver du pom­page dans cette pro­fu­sion de trucs et machins? (La tête du “ver-clown” là, d’ailleurs, bizarre, elle me dit quelque chose…) Sinon, c’est sym­pa. Du néo-Bosch.

  • Et dans la mar­mite, ça me rap­pel­le­rait bien aus­si les Tales of the Crypt, et cour­sé par le démon noir volant à deux têtes, c’est pas la fée Clochette? Et le démon lui-même, y est-t-y pas un peu ins­pi­ré de l’androgyne de Megalex? Et… bon d’accord j’arrête, je deviens fati­gant là.

  • Il y a en fait des tas de “clins d’oeil” puisque c’est un tré­sor en réfé­rence à tous les objets à col­lec­tion­ner aux States. Les deux types dans la mar­mite font réfé­rence à Creepy si je ne m’abuse mais ma culture en ce domaine n’est pas par­faite.

  • Ouah le délire! J’ai zieu­té un peu ses pein­tures. On a l’impression qu’il a englou­ti tout ce qui a fait l’art, l’illustration, la BD, etc. du XXème, et qu’il res­sort tout cela aléa­toi­re­ment, avec une pré­ci­sion de cal­li­graphe du Moyen Age! Un peu de sur­réa­lisme, sau­pou­dré de pop art US, agré­men­té de des­sin ani­mé, épi­cé d’affiche années 50, par­se­mé de cubisme, et j’en passe. Le pire (le mieux) c’est que ça tient drô­le­ment la route. Au diable les affaires de pom­page qui nous occupent depuis des mois. C’est plus du pom­page, c’est de l’hommage… à tout! J’aime, non, j’adore.
    Montre-nous d’autre gars encore dans le genre Li-An, on va mou­rir moins bêtes.

  • Oui, c’est vrai qu’il s’amuse à mettre du cubisme ce qui est assez dérou­tant vu son tra­vail. Et c’est vrai aus­si qu’on a un peu l’impression que c’est aléa­toire tel­le­ment ses idées sont tor­dues. Mais quand on lit les com­men­taires dans le livre, on voit bien qu’il sait où il va.

  • On en prend plein les mirettes c’est le genre d’illus devant les­quelles on peut pas­ser des heures plein de réfé­rences joyeu­se­ments digérées!;O)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *