Moebius (9)

Halte !
clic l’image

Une image qui m’a tou­jours frap­pé par son effi­ca­ci­té et sa sim­pli­ci­té de réa­li­sa­tion (sans comp­ter qu’elle est assez énig­ma­tique).

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

20 commentaires

  • Aaaah, Moe­bius. Elles sont sym­pas toutes ces cou­ver­tures qu’il a faites dans les 70s. Son des­sin s’est afi­né et sty­li­sé par la suite. Du coup dans ce style de pein­ture, à part les cou­ver­tures de Blue­ber­ry, j’ai l’impression qu’il n’a pas fait énor­mé­ment de choses.

  • Couv d’un bon roman de Gor­don Dick­son, série Dor­sai, le tome 3 :
    "La Stra­té­gie de l’erreur" (Tac­tics of mis­take, 1970) chez OPTA, coll. Galaxie-bis n° 31/116, 4ème tri­mestre 1973.
    "leurs jeux
    seront des pla­nètes
    leurs pions
    des civi­li­sa­tions…

    Et pour leurs par­ties, pour leurs guerres, ils lan­ce­ront sur des années-lumière des flottes des­truc­trices de vais­seaux-for­te­resses.
    Entre les bra­siers redou­tables des étoiles, ils plan­te­ront des dra­peaux d’acier.
    Leurs géné­raux seront des monstres géniaux et leurs sol­dats des mutants mer­ce­naires, né sur un monde minus­cule et déso­lé : Dor­sai.
    Ils seront les enfants de l’humanité.
    Pro­di­gieux, avides et cruels.
    Aus­si fous et orgueilleux que leurs ancètres du 20ème siècle…

    La Galaxie, la Voie Lac­tée seront leur uni­vers.
    Un tour­billon de socié­tés dif­fé­ren­ciées nées des que­relles de notre Vieille Terre, un cos­mos à la dimen­sion des ambi­tions humaines."

  • J’ai le bou­quin mais je ne l’ai tou­jours pas lu. Visi­ble­ment, Moe­bius était le des­si­na­teur "offi­ciel" des couv des romans de Dick­son chez Opta.

  • Ben en fait, en Giraud, il y a quand même pas mal de trucs à la gouache et en effet, en Moeb un peu moins mais son tra­vail était plus ligne claire sous cette signa­ture, d’où des encres et de l’acrylique. De toute manière, il faut rela­ti­vi­ser : si ces des­sins existent, c’est bien parcequ’il avait des com­mandes qui allaient dans ce sens. Par exemple, moi, j’ai très peu de choses en cou­leur parce que per­sonne ne me demande rien :-))

  • Giraud à com­men­çé a gagner sa vie, outre la B.D (débuts pros à 16 ans) comme illus­tra­teur d’encyclopédie jeu­nesse larousse, je crois, avec mézière.
    C’est là qu’il a mis au point sa techique de gouache. La plu­part des gens, tu leur dis gouache, ils pensent à la gouache mer­dique du col­lège uti­li­sée par des gamins qui ne savent pas des­si­ner. M… les cou­ver­tures de blue­ber­ry, c’est de la gouache ! Quels mor­ceaux ! La pein­ture, c’est l’art d’utiliser des pig­ments. Huile, aqua­relle, acry­lique, gouache, peut importe !! J’ai enten­du récem­ment un gui­ta­riste de talent (incon­nu) jouer avec une gui­tare clas­sique et ensuite un aoud maro­cain. Chan­ger d’instrument ne change pas le talent.
    Moe­bius, il a fait aus­si des couv’ plus fina­li­sées à la gouache, et beau­coup pensent que c’est for­cé­ment de l’acrylique (qu’il à uti­li­sé d’autres fois).

  • Ah, c’est un grand débat que l’utilisation gouache/acrylique de Moeb/Gir. Par exemple, il m’a fal­lu des années pour com­prendre qu’il uti­li­sait l’acrylique (j’étais jeune et fou, je croyais qu’il fai­sait tout à la gouache). Pour les des­sins "soi­gnés", je suis curieux de voir tes pro­po­si­tions vu que j’ai l’impression que tout ce qui est propre est de l’acrylique chez lui. Par exemple "Nez Cas­sé" c’est de l’acrylique mais j’ai des doutes sur "Angel Face".

  • Jeune et fou, moi itou j’étais. Il y en ou je me gourre. Angel face je mise­rai sur de la gouache.
    L’homme a l’étoile d’argent, visi­ble­ment de la gouache. Blueb’ très clean sur ce coup, je croyais que c’était une affiche de cinoche, quand j’étais môme ! Meilleure que l’album !
    L’image Moe­bius n°9 est très "rough", mais ça ne vient pas de la teh­nique uti­li­sée.
    La même réa­li­sée le même jour, avec la même inten­tion, à l’acrylique ou a l’huile aurait don­né le même résu­tat.
    La tech­nique de gir pour des illus pous­sées, à la gouache entre autre est impres­sion­nante…
    bda.creamen.net/forum2/vi…

  • Je dirai aus­si gouache pour Angel. L’homme à l’étoile aus­si. De toute manière, tous les pre­miers Blueb sont gouache (et c’est très affiche de cinoche parce que c’est repi­qué sur une couv de maga­zine film wes­tern). Je ne pense pas quand même qu’il y aurait eu le même ren­du à l’acrylique, notam­ment sur la flui­di­té des zones lumière (l’acrylique m’énerve un peu pour cette rai­son, le côté cou­leurs qui collent). La tech­nique de Gir est impres­sion­nante mais d’autant plus qu’on ne sent pas le tra­vail, il y a un côté "facile" fas­ci­nant.

  • Pour reve­nir à nez cas­sé, il a été publié long­temps après angel face.
    Cela marque peut-être le pas­sage de giraud à l’acrylique. Nez-cas­sé, repro­duite criarde est presque moche : Blueb’ à une figure orange et les mains grises…
    La der­nière carte serait aus­si de l’acrylique ? Vers le cha­peau j’aurais pariè le mien sur du jus gouache…
    Ce n’est pas évident de défi­nir celà face à des repros. De plus quelqu’un maî­tri­sant une tech­nique à ten­dance à bos­ser dans le même esprit dans une autre. J’ai vu un col­lège aqua­rel­liste bos­ser à l’acrylique… On aurait juré de l’aquarelle…
    De plus je ne fait abso­lu­ment pas confiance aux tech­niques cités dans les ouvrages…par des gens qui ne sont pas uti­li­sa­teurs de ces tech­niques, et qui mettent un peu au pif !
    Dans l’art book car­ré de star­dom, une scène de gun­fight de saloon, visi­ble­ment faite au pin­ceau est dite acry­lique + plume ???
    L’illu avec mex en avant-plan (annonce cycle du tré­sor) serait de l’acrylique (star­dom), mais les zones qui appa­raissent dans le fond (voir oeuvres com­plète de gir) me fond pen­ser à de la gouache. (+ l’époque de réa­li­sa­tion). Je dirais gouache + encre de chine…

  • Je crois que la der­nière carte c’est de l’acrylique. J’ai l’impression qu’à un cer­tain moment, il s’est rabat­tu sur les encres et les pein­tures acry­liques, plus pré­cises. Je pense que pour la scène saloon, ce doit être une erreur de maquette/texte. Pour l’annonce Pilote, je n’ai pas d’opinion défi­ni­tive :-)

  • Ces consi­dé­ra­tions sur le des­sin de Gir sont pas­sion­nantes.

    C’est Appol­lo je crois qui a dit un jour que "Tin­tin est moins bien des­si­né que Goya mais les textes sont mieux. Et ces textes sont moins bons que ceux de Flau­bert mais c’est mieux des­si­né".

    J’apprécie gran­de­ment Giraud comme Moe­bius mais au risque de cho­quer, Blue­ber­ry est moins bien des­si­né que Fre­de­ric Reming­ton (pour ne prendre qu’une source d’inspiration évi­dente)… Mal­gré tout le talent déployé, le des­sin de Giraud tra­hit à mon sens exa­gé­ré­ment l’apprentissage auto­di­dacte d’un jeune incon­tes­ta­ble­ment sur­doué, mais à qui ont man­quées les bases d’un solide ensei­gne­ment aca­dé­mique. Certes moins approxi­ma­tif et désin­volte que celui de Gil­lain son modèle, le réa­lisme selon Giraud est davan­tage un arti­fice sai­sis­sant qui prend le plus sou­vent son ori­gine sur une docu­men­ta­tion pho­to­gra­phique, qu’un res­ti­tu­tion men­tale tota­le­ment maî­tri­sée d’un corps en mou­ve­ment (et là je pense à notre Hein­rich Kley bien sûr !). D’où cet aspect, je trouve, un peu figé don­né aux per­son­nages qui appa­raissent dans ces gouaches des années 60/70. Si Gir n’a jamais été aus­si convain­cant que lorsqu’il des­si­nait le Spectre au Bal d’or, son art, était pour­tant loin d’être exempt de mal­adresses, tant au regard du gra­phisme pro­pre­ment dit que de la com­po­si­tion des plans et des planches.

    Aujourd’hui Gir des­sine sans aucun doute beau­coup mieux qu’il y a 30 ans, il satis­fait davan­tage aux règles de l’anatomie comme à celle de la mise en place de per­son­nages et des décors. Et pour­tant ! Les planches des der­niers Blue­ber­ry ne m’inspirent qu’un ennui poli, et, si elles témoignent d’un métier d’une grande sûre­té, il y manque pour­tant une éner­gie, une vigueur propre à la jeu­nesse, cette jeu­nesse intré­pide où les tripes pal­lient les insuf­fi­sances tech­niques.

    Ce sont-là livrées à la diable, des réflexions toutes per­son­nelles qui n’engagent bien sûr que leur auteur (c :

  • Je ne crois pas qu’il faille attri­buer l’entièreté de cette phrase à Appol­lo. La pre­mière fois que j’ai enten­du celle-ci, elle se pré­sen­tait sous la forme réduite "les textes (dans la BD) sont moins bons que ceux de Flau­bert mais c’est mieux des­si­né" et c’était André Pan­gra­ni dit Anpa, figure impor­tante de l’histoire du Cri du Mar­gouillat puis du Mar­gouillat qui la pro­fé­rait, en géné­ral à des­ti­na­tion des jour­na­listes incultes en BD (il y a un article du Quo­ti­dien de la Réunion où André est expli­ci­te­ment cité). La pre­mière par­tie est peut être une amé­lio­ra­tion appol­lo­do­rienne, seul les experts pour­ront conclure :-)

  • Bon reve­nons au sujet prin­ci­pal. Cher Oli­vier, ton com­men­taire est très moti­vant. J’ai été très inté­res­sé par ta com­pa­rai­son Kley/Giraud puisque, en tant que des­si­na­teur, je ne tra­vaille moi-même que très rare­ment avec de la docu­men­ta­tion (même si je fais des efforts et on ver­ra pour­quoi plus loin). Ça m’a tou­jours ennuyé et j’y voyais un exer­cice sco­laire, ce que j’essayais de fuir à l’époque (je suis l’exemple typique du des­si­na­teur "réa­liste" qui ne maî­trise pas l’anatomie, ce qui est une grave erreur pro­fes­sion­nelle et une héré­sie phi­lo­so­phique). D’ailleurs, de nom­breux auteurs tout à fait res­pec­tables m’ont conseillé de me tour­ner vers un des­sin "comique", ce qui m’a tou­jours éner­vé (réac­tion infan­tile). L’analyse des bases du des­sin Girau­dien que tu fais me semble tenir debout. Il est évident que le jeune Giraud ne maî­trise pas tout et que Blue­ber­ry dans sa période Char­lier ne pré­sente pas une maî­trise gra­phique sans tache. Mais ,comme tu le dis plus haut (et c’est sûre­ment fait exprès), la BD n’est pas un art gra­phique com­pa­rable au des­sin pur. C’est aus­si une nar­ra­tion, une his­toire qui obligent à dépas­ser le cadre du des­sin (si je pou­vais mettre ce concept en appli­ca­tion, je serai un homme heu­reux). De plus, son tra­vail de réfé­rence à des pho­tos vient 1.d’une faci­li­té à les tra­duire en des­sin 2.probablement aus­si d’un héri­tage des illus­tra­teurs US qu’il admi­rait (Pyle, Wyeth…) dont beau­coup tra­vaillaient avec modèle vivant. Encore un apar­té : j’ai de nom­breuses dis­cus­sions sur le des­sin avec Oli­vier Mar­tin qui pré­co­nise l’utilisation de pho­tos au moins une fois par planche pour soli­di­fier l’aspect visuel. Ce serait (sous toute réserve, je suis prêt à effa­cer ceci immé­dia­te­ment) un conseil don­né par Ros­si.
    Je ne suis pas d’accord avec l’éventuelle rai­deur des per­son­nages sur les gouaches/acrylique. Je pense qu’elle cor­res­pond au contraire à une volon­té de don­ner une pose hié­ra­tique. Il y a un désir d’apporter de la reli­gio­si­té aux scène qui cor­res­pond pile poil aux recherches Moe­biu­siennes.
    Je te rejoins de nou­veau sur l’évolution du tra­vail Moeb/Giraud qui est très inté­res­sant du point de vue tech­nique mais moins (en ce qui me concerne) du point de vue de l’inspiration (de toute manière, j’ai tou­jours un train de retard sur le tra­vail de Gir/Moeb). Cette évo­lu­tion a tou­te­fois le grand mérite d’exister.
    (carte de l’Avent inté­res­sante, j’expliquai jus­te­ment à une amie l’influence des publi­ci­tés Coca-Cola sur l’aspect esthé­tique du Père Noël).

  • salut ,
    je viens de tom­ber sur cette dis­cus­sion fort inter­es­sante et vue que tu m’as cite, je rea­gis …( un peu tard soit :) et je confirme ce que je t’ai dit quand a l’utilisations de pho­tos ( une ou plu­sieurs ) par planches .
    Cette contrainte est pas facile a tenir car elle implique de cher­cher de la doc ( et de perdre son temps et son ener­gie alors que l’on sait des­si­ner "la rue der­riee le personnage","le che­val qui se trouve dans le pre en arriere plan" ou " l’evier et la vais­selle " quand notre heros de papier se trouve affaire a laver ses cou­verts )…Et puis tout depend de ce que l’on veut dire avec son des­sin aus­si !
    En tout cas une chose est sur c’est que cela apporte de "nou­velles marques" , de "nou­velles pers­pec­tives " a son bou­lot ( je parle de des­sin a ten­dance rea­liste ).
    C’est une demarche par­mis d’autres …..
    a bien­tot !
    ps : effec­tiv­ment c’est Chris­tian Ros­si qui m’a parle de ca . je crois qu’il tient ce conseil de Jije , lequel a dut le divulgue aux autres ( Gir,Boucq …)
    Si vous croise Ros­si en dedi­cace demande lui confir­ma­tion !

  • A pierre. Si tu trouve REMINGTON meilleur des­si­na­teur que GIRAUD, jette un oeil sur les che­veaux en mou­ve­ment de RUSSELL ; Plus rough, son tra­vail me conve­nait à l’oeil moins que celui de reming­ton, plus léché, quand j’était ado (et bête, encore que je pro­grese len­te­ment…).
    Rus­sel est par bien des points plus inté­res­sant… Et je découvre von Schmidt, avec une pein­ture plus épaisse, et un sens du mou­ve­ment et de la com­po­si­tion embal­lant….
    Bon, après 7 ou 8 albums, gir n’était pas man­chot en des­sin. Il ren­dait obso­lète le des­sin de jijé, alors le top en B.D euro­péenne!!!
    Il ne faut pas juger un auteur de BD sur la base du seul des­sin.
    Pala­cios des­sine les visages (doc pho­to), les décors beau­coup plus réa­liste que Giraud*, et pour­tant Mac Coy est très dif­fi­ci­le­ment lisible, c’est char­gé, la lec­ture ne coule pas…
    * Gira des dizaines de qua­li­tés, pas celle d’un por­trai­tiste ! Eddy mit­chell, john wayne appa­raissent volon­tai­re­ment en gest star dans blue­ber­ry sans qu’ils soient dans les faits le moins du monde gra­phi­que­ment recon­nais­sables, et ça ç’est pas vou­lu.
    La base des pho­tos, c’est sur­tout pour les che­veaux que c’est indis­pen­sable pour un auteur réa­liste de wes­tern. Une doc tout les 3 ou 4 des­sins de che­veaux, conseil de GIR, de mémoire de lec­ture d’interview, qu’il tenait bien sûr de jijé.
    Pho­tos, cela va sans dire inter­pré­tées, redes­sin­nées, injec­tées dans son style de des­sin.
    Giraud est un As de la sug­ges­tion gra­phique, de l’encrage, du Décou­page.
    Ça me saoule que tous les savant en B.D nous rabattent les oreilles avec l’art du décou­page B.D de Mil­ton CANIF, alors qu’on a notre bon pt’it gars GIRAUD de france qui a depuis des lustres dépas­sé ce (son) maître dans ce domaine…
    Des­sin "réa­liste" pas réa­liste ? Truc mar­rant : Giraud à pas­ti­ché dans son style une planche de mor­ris qui a répon­du en des­sin­nant à la Moriss une Planche de La mine de l’alleman per­du. La grange que repré­sente GIR est constél­lée de petits traits, dans une sur­ren­chère pour faire réa­liste.
    La grange sur la planche de Moriss, dans sa sim­pli­ci­té noir blanc res­semble à une pho­to du même métal. C’est le seul élèment dans la planche de Moriss,mais qui me semble infi­nie­ment plus réa­liste que la grange des­si­née par giraud….

  • Ben Reming­ton c’est de la pein­ture ou de l’illustration, pas de la BD…
    Mer­ci d’avoir pré­ci­sé les choses, Oli­vier M. :-)

  • J’avoue que le côté « sup­por­ter » m’agace beau­coup. Un tra­vail est inté­res­sant si on peut en cau­ser et la cri­tique peut ne pas être judi­cieuse, elle per­met au moins à celui qui l’émet de faire des choix.

  • Que ça fait du bien un espace d’échange de consi­dé­ra­tions sty­lis­tiques entre affi­cio­na­dos (va par­ler de ça avec ton voi­sin ou ton col­lègue de bou­lot ; ça change de l’équipe de France , et pour­tant je joue aus­si au foot­ball…).
    Je trouve aus­si très bien que, mal­gré toute l’admiration que je porte à Gir/Moeb (pour moi le plus grand dessinateur/auteur de BD de ces cin­quantes der­nières années, quelqu’un qui dépasse la simple mis­sion de racon­teur en plus), cer­tains « osent » des réserves ma foi per­ti­nentes sur une icones. Avec d’ailleur toute l’intelligence qui le carac­té­rise je suis sûr que Moeb’ ne s’rait pas cho­qué…
    Encore mer­ci Li-An pour cette pla­te­forme d’échange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *