Les contes de Grimm illustrés par Arnold Roth

Arnold Roth est un illus­tra­teur états-unien, né en 1929, qui a tra­vaillé sur de nom­breux sup­ports. Il a col­la­bo­ré aux pro­jets édi­to­riaux d’Har­vey Kurtz­man, réa­li­sé des cou­ver­tures pour le New Yor­ker et publié des ouvrages à thème dont un Poor Alma­nac qui a peut-être ins­pi­ré celui de Richard Thomp­son.

Voi­ci des illus­tra­tions tirées d’un recueil illus­tré de contes de Grimm. Il y a un côté Ser­gio Ara­go­nès en plus artis­tique si j’ose dire.

attention au courant d'air
atten­tion au cou­rant d’air
transportée par la musique
trans­por­tée par la musique
plage de vacances
plage de vacances
y'a un truc qui pousse là
y’a un truc qui pousse là

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

6 commentaires

  • Magni­fique. Ma période pré­fé­rée de Roth est celle de Hum­bug. Al Jaf­fee a fait de belles choses aus­si dans les années 50, et est assez proche de Roth aus­si. Ils sont moins connus que Davis, Wood, Dru­cker, c’est dom­mage.

    • Si tu peux trou­ver un exemple de son tra­vail sur Ham­bug je suis curieux de voir ça. Al Jaf­fee, je connais­sais de nom.

  • Arnold Roth dans Hum­bug
    Sinon, à l’occasion je scan­ne­rai des pages. Jaf­fee a fait les fameux « Fold-in » dans Mad, quand on plie l’illustration en cou­leurs de double page, une troi­sième image appa­rait. Il est res­té fameux pour ça, un recueil a même été publié, que j’ai ache­té. Mais ses pre­miers tra­vaux, plus gra­phiques, plus « BD » ou car­too­nesques, me semblent plus inté­res­sants. Proches de Roth ou même de Elder.

  • Ce n’est pas très heu­reux mais… je pré­fère un let­trage « pla­qué » sur les cases, qui dit ce qu’il est, plu­tôt qu’une police de carac­tère infor­ma­tique qui essaie de sin­ger un let­trage BD fait à la main. (Ces let­trages « méca­niques » rétros, c’est toute une époque, peut-être la nos­tal­gie m’égare…) Les polices de carac­tère infor­ma­tiques conti­nuent aujourd’hui à enlai­dir des planches de BD, même s’il y a des exemples heu­reux de typos bien fichues (tra­duc­tions de Crumb chez Cor­ne­lius par exemple)

    • Oui, c’est un peu comme les gens qui kiffent les trames grises auto­col­lantes. Mais je suis d’accord : au moins à l’époque, ils avaient l’excuse de ne pas pou­voir faire autre­ment ou mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *