Jamsan

Jamsan est un illus­tra­teur coréen dont le travail s’ins­pire forte­ment de ce que l’on pouvait voir dans les années 60/​70 avec une recherche de vivaci­té dans le trait, un mélange de textures tradi­tion­nelles – gouache, aquarelle – sauf qu’ici je n’arrive pas à voir dans quelle mesure c’est géré par l’ordi­na­teur. La moder­ni­té au service d’une énergie subtile qui semble passée de mode.

jamsan05

jamsan-bossu-notre-dame_20

jamsan

jamsan02

jamsan01

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires

    • @Tororo : il y a quand même tout un courant qui cherche à retrou­ver un feeling ”à l’ancienne” avec l’ordi. Mais ils oublient la pression impor­tante : celle de se planter.

  • En effet (si j’ai bien compris ce que tu veux dire), quand on travaille en ”tradi­tion­nel”, on admet souvent plus facile­ment qu’on fera mieux d’arrê­ter et de repar­tir de zéro, alors qu’avec le numérique la tenta­tion est perma­nente, de choisir d’essayer de sauver un truc mal parti au lieu de recom­men­cer en tenant compte de ses erreurs… mais on peut apprendre à résis­ter à cette tenta­tion, non ? (si la deadline le permet, évidem­ment : le raccour­cis­se­ment constant des deadlines, c’est un ennemi plus redou­table que les facili­tés offertes par la technique).

    • @Tororo : je dirai plutôt qu’en tradi, on sait qu’on part pour un objet défini­tif. Les erreurs se paieront chères et on sera éventuel­le­ment contraint à recom­men­cer. En numérique, on passe son temps à revenir en arrière. Du coup, l’erreur n’apporte aucune éventuelle innova­tion et surtout, il n’y a pas de sensa­tion de ”chemin sans retour”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *