Le Cri du Margouillat n°3


clic cou­ver­ture Michel Faure

Que voi­là un numé­ro mar­quant pour l’équipe du Margouillat puisque c’est celui qui fut pré­sen­té à Angoulême invi­tés que nous étions par Pierre Pascal alors en charge du fes­ti­val. Après moults sus­pens (par­tiels repor­tés, héber­ge­ment miracle…), je bra­vais avec Anpa et Goho neige et pluie (oui déjà à l’époque) pour décou­vrir la capi­tale de la BD… Si vous avez lu des récits exta­tiques sur ce genre d’expérience sachez que je fus fri­go­ri­fié et peu embal­lé. Il faut dire que je n’ai jamais été chas­seur de dédi­caces…

marg
clic

J’apparais encore au comi­té de rédac­tion de ce numé­ro 3, uni­que­ment par gen­tillesse ou oubli de Boby. On ramer­que­ra qu’Appollo et Serge Huo-Chao-Si sont aux abon­nés absents. Au cour­rier, on parle de nous dans Circus et Tintin. La grande classe.

au plafond
clic

Séné crée son oeuvre maî­tresse avec “Zistwar pla­fon” qui narre en créole les mésa­ven­tures de mar­gouillats, cafards et autres bébêtes loca­taires des cases réunion­naises. Le Margouillat com­mence à s’intégrer pour de bon dans la culture locale.
Suit un son­dage qui nous révè­le­ra que nos lec­teurs ne sont pas lycéens comme nous l’espérions mais étu­diants ou … pro­fes­sion libé­rales. Alors à quoi elles ser­vaient nos belles pages d’info qui jus­ti­fiaient nos sub­ven­tions (deux pages sur l’orientation, une sur le nom des rues de St Denis …) ?

fait soif
clic C’est aus­si dans ce numé­ro que débarque en force l’ami Téhem avec une his­toire en 3 planches et un strip. Téhem tra­vaille déjà avec un fan­zine orléa­nais (!) ArtNak et apprend par sa famille l’existence du CdM à qui il envoie illi­co des planches. Nous le ver­rons pour la pre­mière fois à cet Angoulême (il parait que l’Assoce fai­sait aus­si par­tie des nôtres) et, à la vue des moyens dont nous dis­po­sons, il décide de consa­crer son éner­gie à notre maga­zine.

vive Moeb
clic Dans la série “les gens qui ne font que pas­ser”, Cicci nous laisse sept pages avec des cris­taux et des Citroëns dans le désert (toute res­sem­blance…).

petits meurtres entre amis
clic Anpa conti­nue à diver­si­fier ses cas­quettes et lance la rubrique “Critic’s” BD appe­lée à un grand ave­nir. Autant l’avouer, j’ai été hor­ri­ble­ment jaloux pen­dant de longues années de ne pas pou­voir m’exprimer moi aus­si sur la ques­tion. Albums chro­ni­qués “Meurtre dans le phare” de Clerc & Landon (un pro­fond schisme par­ta­geait le CdM entre pro Clerc et pro Chaland. Pour ne pas chan­ger, j’avais un peu de mal à choi­sir mon camp), “La mai­son dorée de Samarkand” de Pratt, “Palmer spe­cial num­ber one” de Micheluzzi, “Route vers l’enfer” de Goossens (mer­ci à Anpa de me l’avoir fait décou­vrir), “Sita-Java” de Teulé et Gourio (jamais lu celui-là) et “Saison des amours” de Reiser.

space
clic Afleon vient faire un petit tour et puis s’en va.

ça pique

roulez jeunesse
clic Et fina­le­ment Philippe Rochet nous donne deux magni­fiques pages. Il a fal­lu ce billet pour apprendre que ce mon­sieur habite tou­jours la Réunion et que je ne l’ai jamais ren­con­tré.

Contribution per­son­nelles: éh bien pas grand chose pour ce numé­ro, juste deux illus­tra­tions pour le feuille­ton d’Alfred Lénine p.23 et 25 (1+2)et une planche “Comptine” p.54
des crocodiles volants un gros type

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

  • Corèk, ça c’est de la BD-péi !

    Hallucinant Séné !
    A côté Vaughn Bode et Moebius pour­raient presque avoir l’air de faire de la BD clas­sique !!!
    Il des­si­nait avec Zamal ou quoi ?
    Tu l’as connu ?
    Et Mad ?
    (sou­pir …)

  • J’ignore s’il des­si­nait avec zamal mais zamal il y avait de temps en temps… Je l’ai croi­sé plu­sieurs fois. C’était quelqu’un de très sym­pa et cha­leu­reux (il est mort d’une crise car­diaque en montagne-il était guide de haute mon­tagne). Mad, je l’ai mieux connu à une époque, j’ai même pas­sé une semaine de vacances avec lui chez Michel Faure :-). Régulièrement, je pense à lui en me deman­dant ce qu’il aurait pu publier s’il était encore par­mi nous…

  • Tiens, j’avais la cou­ver­ture de ce numé­ro en pos­ter. J’ai pas­sé bien du temps, toute jeune fille que j’étais, à réflé­chir à son sens pro­fond.
    (parce que bon, si les mar­gouillats mor­daient les fesses des gens, ça se sau­rait…)

    Et main­te­nant? Eh bien, main­te­nant, je pense qu’il suf­fit d’accepter l’image comme elle est: une belle jeune femme qui ne se laisse pas faire.

  • Oulala, si tu connais­sais un peu mieux les his­toires tor­dues que pou­vait pondre Michel Faure tu ne serais pas aus­si sur­prise, amie Oph :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *