dBD n°47 d’octobre 2010 : soyons schizo

dbd-47-oct-2010 Le lecteur curieux qui voudra s’infor­mer sur mon Gauguin et qui achéte­ra ce numéro de dBD aura un léger vertige schizo­phré­nique. Pendant que la rédac­tion me place dans les cinq albums impor­tants du mois, Olivier Maltret ne comprend pas ce qu’il se passe : il n’y a pas de filles à gros seins qui courent sur des plages de sable blanc et un héros sévère­ment burné qui révolu­tionne la peinture. Ben oui mon gars, fallait lire l’inter­view de trois pages pour comprendre que je ne voulais pas tomber dans les clichés habituels sur le peintre et Tahiti. Mais les clichés, c’est telle­ment rassu­rant pour certains …

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

20 Commentaires

  1. says: Eric Tao

    Avec DBD il ne faut pas s’attendre non plus à un niveau critique ahuris­sant ! Mais c’est vrai que dans l’inco­hé­rence édito­riale ils font très fort. Qu’ils n’aiment pas un album c’est leur choix mais faire un entre­tien avec un auteur, publier des planches, pour ensuite le descendre quelques pages plus loin ce n’est pas de la schyzo­phré­nie c’est de la faute profes­sion­nelle ou de la gouja­te­rie, au choix. Je serais toi je serais passa­ble­ment énervé… Ou consterné.

    1. says: Li-An

      @Eric Tao :

      M. Bosser s’est excusé pour ce grand écart édito­rial. Je ne peux pas vraiment en deman­der plus (et ça ne manque pas les occasions d’être énervé). Parce que lui, il aime beaucoup l’album :-) Donc le rédac chef aime beaucoup mais pas le critique qui s’en est chargé. C’est comme ça…

  2. says: olivier

    Je crois qu’ils nous aient arrivé le même genre de chose avec ce Mag pour ”les carrés” …Ou un autre mag .
    En tous cas une bien belle visibil­té ça c’est sur , et c’est cela qui est important :)

    Après, les avis… ”c’est comme le trou du cul, tout le monde en a un”

    N’est ce pas ? ;)

  3. says: Julien

    Peu importe;je crois trés fort que je vais aimer ce nouveau livre…Je ne peux m^me plus évoquer mes réticences quant à la couverture:Elle me semble etre devenue ”évidente” et m’attire réellement.

  4. Merci du compliment.

    C’est juste que c’était la première fois que je recevais un scéna­rio si bien bouclé. J’ai dit oui tout de suite.
    De plus, ça me confron­tait à plein de nouveaux problèmes à résoudre.
    C’était un travail intéressant.

  5. says: kris

    @ lin an

    Inter­view sur ”Gauguin” très enrichis­sante. C’est à l’artiste de donner sa vision des choses, pas au critique.
    Critique qui a certai­ne­ment pondu son papier indépen­dam­ment, antérieu­re­ment, et sans lire le dossier consa­cré à l’album.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *