dBD n°47 d’octobre 2010 : soyons schizo

dbd-47-oct-2010 Le lecteur curieux qui voudra s’infor­mer sur mon Gauguin et qui achéte­ra ce numéro de dBD aura un léger vertige schizo­phré­nique. Pendant que la rédac­tion me place dans les cinq albums impor­tants du mois, Olivier Maltret ne comprend pas ce qu’il se passe : il n’y a pas de filles à gros seins qui courent sur des plages de sable blanc et un héros sévère­ment burné qui révolu­tionne la peinture. Ben oui mon gars, fallait lire l’inter­view de trois pages pour comprendre que je ne voulais pas tomber dans les clichés habituels sur le peintre et Tahiti. Mais les clichés, c’est telle­ment rassu­rant pour certains …

 

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

20 commentaires

  1. Avec DBD il ne faut pas s’attendre non plus à un niveau critique ahuris­sant ! Mais c’est vrai que dans l’inco­hé­rence édito­riale ils font très fort. Qu’ils n’aiment pas un album c’est leur choix mais faire un entre­tien avec un auteur, publier des planches, pour ensuite le descendre quelques pages plus loin ce n’est pas de la schyzo­phré­nie c’est de la faute profes­sion­nelle ou de la gouja­te­rie, au choix. Je serais toi je serais passa­ble­ment énervé… Ou consterné.

    • @Eric Tao :

      M. Bosser s’est excusé pour ce grand écart édito­rial. Je ne peux pas vraiment en deman­der plus (et ça ne manque pas les occasions d’être énervé). Parce que lui, il aime beaucoup l’album :-) Donc le rédac chef aime beaucoup mais pas le critique qui s’en est chargé. C’est comme ça…

  2. Je crois qu’ils nous aient arrivé le même genre de chose avec ce Mag pour ”les carrés” …Ou un autre mag .
    En tous cas une bien belle visibil­té ça c’est sur , et c’est cela qui est important :)

    Après, les avis… ”c’est comme le trou du cul, tout le monde en a un”

    N’est ce pas ? ;)

  3. Peu importe;je crois trés fort que je vais aimer ce nouveau livre…Je ne peux m^me plus évoquer mes réticences quant à la couverture:Elle me semble etre devenue ”évidente” et m’attire réellement.

  4. Merci du compliment.

    C’est juste que c’était la première fois que je recevais un scéna­rio si bien bouclé. J’ai dit oui tout de suite.
    De plus, ça me confron­tait à plein de nouveaux problèmes à résoudre.
    C’était un travail intéressant.

  5. @ lin an

    Inter­view sur ”Gauguin” très enrichis­sante. C’est à l’artiste de donner sa vision des choses, pas au critique.
    Critique qui a certai­ne­ment pondu son papier indépen­dam­ment, antérieu­re­ment, et sans lire le dossier consa­cré à l’album.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.