Le Livres des bêtes que l’on appelle sauvages, illustré par Louis Henri Deluermoz

deluermoz-demaison-livre-betes-appelle-sauvages-couv Après ma découverte du travail de Louis Henri Deluermoz – cf. mon billet ici – j’ai voulu en voir un peu plus et j’ai investi dans ce recueil d’histoires d’animaux africains écrit en 1929 par André Demaison moultement réédité et qui devait être offert aux garçons amoureux de la Nature. Dommage que le texte ait vieilli – beaucoup d’histoires de coloniaux – parce que les illustrations auraient mérité de ne pas sombrer dans l’oubli. Widipédia raconte que l’histoire d’ Ouara la lionne qui finit par mourir misérablement au zoo de Vincennes a suscité une telle émotion à l’époque que le ledit zoo a été complètement repensé.
J’ai scanné ici l’intégralité des images.




  • Auteur de BD et bavard impénitent | Contact | Bio/Biblio | Dernier album: La revanche du grand singe blanc (Vents d'Ouest - 2013).

    10 commentaires

    • Répondre octobre 15, 2012

      julien

      Merveilleux cadeau!Merci pour le partage.

      • Répondre octobre 15, 2012

        Li-An

        @julien: on le trouve pas très cher :-) Ça va, je ne me suis pas ruiné.

    • Répondre octobre 16, 2012

      Tororo

      Grande idée de les avoir toutes scannées, merci Li-An!
      Elles ont beaucoup mieux vieilli que le texte en effet (ah, l’ombre des manguiers et des prodigieux bananiers…).

      • Répondre octobre 17, 2012

        Li-An

        @Tororo: pas du tout vieilli même quand on voit ses éléphants. Je me demande si Franquin connaissait son travail.

    • Répondre octobre 18, 2012

      thierry robin

      Très chouette.
      ça va de la fourmi à l’éléphant!
      J’aime bien la patte art déco mêlée au dessin d’observation.

      • Répondre octobre 18, 2012

        Li-An

        @thierry robin: moi j’aime la vigueur du trait, la gestion des masses – surtout pour un éléphant !

    • Répondre octobre 18, 2012

      julien

      Le lionceau repu est également extraordinaire.Sans génie particulier,sans singulariser la composition,ce cher Louis-Henri sonne juste et disperse un charme étonnant dans ces « petits » dessins.Fabuleux.J’y r’tourne!

      • Répondre octobre 18, 2012

        Li-An

        @julien: c’est vrai que son ego n’apparaît pas. Il ne cherche pas à faire son malin.

    • Répondre octobre 21, 2012

      olivier

      • Répondre octobre 21, 2012

        Li-An

        @olivier: je ne sais pas qui a inspiré qui puisque Deluermoz est plus vieux de deux ans. Il n’y a rien sur le Web sur les rapports entre les deux artistes. Si Deluermoz participe à la création de la Société des Peintres Animaliers, Jouve en prendra la présidence plus tard. Je pense qu’il faut remonter un peu plus haut pour trouver les sources d’influences ou alors ils se détestaient franchement :-)

    Laisser une réponse