Les italiennes canon de Kremos/Ramponi

Kremos – The Lost Art of Niso Ramponi (Lost Art Books)

kremos-ramponi-couva

La dernière petite folie graphique que je me suis faite récemment, c’est l’achat des deux ouvrages consacrés aux dessins humoristiques de Niso Ramponi (1924–2002), illustrateur et animateur italien – une boutique en ligne faisait un prix pour les deux.
Ramponi a littéralement débuté en travaillant avec Fellini: dans la Rome de l’après guerre, Fellini a monté un petit studio de portraits photographiques pour les GI et il invente des décors que Ramponi peint. Les deux vont être engagés sur un petit film d’animation destiné à accompagner la sortie du film Rome, ville ouverte de Rossellini – projet avorté.

Ramponi a plusieurs cordes à son arc: il est illustrateur humoristique mais surtout animateur – il travaille beaucoup pour la télévision italienne – et enfin enseignant. Les deux livres publiés par Lost Art Books se concentrent sur la partie humoristique et particulièrement le magazine Travasissimo où il multiplie les jeunes femmes aux formes particulièrement attirantes (d’abord sous le pseudonyme de Kremos avant qu’un artiste au même nom ne menace de le poursuivre) à l’époque ou Guido Lollobrigida, Sophia Loren et d’autres starlettes italiennes font fantasmer le monde entier par leur nature généreuse.

Le premier recueil est consacré aux dessins noirs et blancs.

kremos-ramponi-02

kremos-ramponi-01

kremos-ramponi

Le second ouvrage reprend les images couleurs. Sur le moment, en feuilletant les deux livres rapidement, je me suis dit que j’aurais très bien pu me contenter de la version couleurs aux images plus riches. Mais les images noir et blanc comportent quelques pépites: le trait délié de Ramponi mérite vraiment le coup d’œil.

kremos-ramponi-couvb

kremos-ramponi-08

kremos-ramponi-07

kremos-ramponi-06

kremos-ramponi-04

Paradoxalement, après les noirs et blancs, j’ai été un peu déçu par la première partie de la version couleurs. Le dessin est plus figé et les couleurs assez mal utilisées jusqu’en 1958 où tout se tient bien mieux et Ramponi déploie sa classe.

Les deux livres sont accompagnés d’introductions et les textes italiens des gags sont traduits en anglais. Les deux livres sont très riches en contenu – uniquement des reproductions de magazine me semble-t-il – mais le papier choisi est très moyen – un peu transparent. Le choix de la couverture du recueil couleurs est assez catastrophique parce qu’elle ne reflète en rien l’esprit et le travail de Ramponi. Probablement un original disponible que l’éditeur a préféré à une reproduction. Et ne vous attendez pas à des gags de haut vol même si une plongée dans l’Italie de l’époque côté sourire va rappeler le cinéma italien d’alors.




  • 4 commentaires

    • Zut,encore un mouru.
      Très bon,là encore;si évident,n’est-ce pas?
      La couleur semble être injectée de purs morceaux de vulgarité,typique carte postale du tonton Gilbert (mais rédigée par sa femme Josiane).
      Le trait disparaissant,le charme est vraiment absent.

      • Ah c’est de l’humour bien terre à terre un peu peu grivois, un peu macho. Mais ses femmes sont vraiment très belles – au sens physique du terme.

    • Bonjour,
      Quel est ce site qui propose l’offre pour les 2 tomes ?
      C’est vraiment superbe !
      Merci d’avance,

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *