Une galerie Flickr consacrée à J.C. Leyendecker

classe

bateau sur l'eau

le charme de l'uniforme

J.C. Leyen­de­cker 1874 – 1951) est né en Allemagne et arrive aux States à l’âge de 8 ans. Son style très propre aux couleurs éclatantes en fait un des illus­tra­teurs de son époque les plus populaires et garde toute sa force (je suis étonné qu’il ne soit pas plus repom­pé de nos jours). Une galerie intéres­sante de Mamluke ratta­chée à un groupe de discus­sion. Il n’existe pas de livre consa­cré à Leyendecker.

m à j du 09/​07/​08 : plusieurs livres consa­crés à son travail sont annon­cés. Voir ici https://​www​.li​-an​.fr/​?​p​=​9​3​9​#​c​o​m​m​e​n​t​-​4​996.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
Rejoindre la conversation

36 Commentaires

  1. says: Benoit

    Merci pour cette (et ces!) décou­verte. Quelle classe, quelle assise dans le dessin, quelle styli­sa­tion et quelle écono­mie de moyens. C’est splendide.

  2. says: Li-An

    Oui, il a réelle­ment un sens aigu de la styli­sa­tion. Sa façon de poser les ombres avec des hachures colorées fausse­ment lâchées est très étonnante. Il faudrait que je tende vers ça…

  3. says: Boyington

    Le traité des corps scuptu­ral, pour certaines peintures, (est-ce son origine qui veut cela!), rappelle imman­qua­ble­ment l’art patrio­tique allemand durant la deuxième. Enfin je trouve. Non ?

  4. says: Li-An

    Non, c’est l’esthé­tique de l’époque. Un renou­veau du culte du corps qui a traver­sé tout l’Occi­dent et quelque soit les choix politiques (facho ou coco ou démocrate).

  5. says: julien

    Hello;deux petites remarques:J.C.Leyendecker appar­tient à une généra­tion peu”visitée”et c’est bien chouette de lui consa­crer ce petit billet(brillant),génération qui a bien connu les catalogues de mode où la photo­gra­phie ne s’impo­sait pas encore(un français,Rémy Bourlès,y oeuvra longtemps pour Le bon marché,Galeries Lafayette,Le printemps…).
    Les deux 1éres images ici rappellent aussi beaucoup,l’influence n’est peut etre que hasard,le travail de Marc Malès de ces dernières années avec cette élégance longiligne,trés posée,qui ne peut empecher d’intriguer…

  6. says: boyington62

    Li-An > t’aurais dû faire prof d’Arts Plastiques ;-)
    (Bon, on va essayer autre­ment pour le ”grava­taire”)

  7. says: Boyington

    Quand même, je trouve que ce sont les allemands surtout qui ont ”mis le paquet” là-dessus, pendant leur rêve de grandeur. Tiens, y avait pas eu un spécial (à suivre) consa­cré à cela au fait?…

  8. says: Boyington

    Ben voilà, c’était tout con. J’ai des yeux et je ne vois point… Alors Totoche, t’as vu, le grava­taire est arrivé.

  9. says: totoche

    Bravo Major, cette mission était pourtant parti­cu­liè­re­ment délicate ! J’en touche­rai 2 mots au colonel Lard :-)

  10. says: Li-An

    Papy : les Nazis ont surtout beaucoup laissé de traces sur cet engoue­ment (cinéma, peinture, sculp­ture…). Et les diffé­rents films sur l’époque ont retenu ce côté des choses.

    Totoche : Joubert est un héritier graphique de cette philo­so­phie du corps sain confron­té à la Nature qui a donné le scoutisme notamment.

  11. says: Doc Mars

    Si J.C. dessi­nait surtout de beaux jeunes hommes c’est plus prosaï­que­ment qu’il les aimait comme cela. ;o)
    Me suis toujours méfié des vieux adultes en culotte courte (de peau ou autre tissu)qui veulent apprendre la Nature aux jeunes.
    Sur le culte du corps voir Les Dieux du stade de Leni Riefens­tahl (1936).

  12. says: Li-An

    Avant que ça ne dérape, je tiens à souli­gner que je refuse que l’on démarre sur ce blog sur les éventuels goûts autres qu’ar­tis­tiques de Joubert . Vous êtes prévenus…

  13. says: Boyington

    Si on parlait un peu d’art… Il me revient à l’esprit le travail d’Aziz et Cusher, avec notam­ment cette expo http://​www​.azizcu​cher​.net/​p​a​g​e​/​e​x​h​i​b​i​t​i​ons , dans laquelle les deux artistes présen­taient des photos géantes sur le corps humain, retou­chées à l’ordi­na­teur. L’exal­ta­tion du corps, mais asexué, comme des clones, des person­nages parfaits mais sans humani­té. Une attaque en fait, dirigée contre le retour à l’ordre, la morale améri­caine, l’eugénisme…
    Le corps a fasci­né les artistes de tout temps je crois, et tous les ”messages” peuvent se trans­mettre par lui.

  14. says: totoche

    Li-An > C’est dommage. :-))))

    Tous les ingré­dients étaient pourtant réunis pour partir en tête-à-queue !

    Je n’ose imagi­ner ce qu’au­rait pu donner le même billet chez Appol­lo !
    :-D

  15. says: Boyington

    Ouais, mais aujourd’­hui (et hier) il est devenu un peu prétexte à tout dans l’expres­sion ; le meilleur et le pire, sincè­re­ment ou non chez l’artiste. Un qui me troue le cul (oups,sorry) c’est bien l’aus­tra­lien Ron Mueck :
    Bon d’accord, l’hyper­réa­lisme c’est pas nouveau, mais quand c’est en relief et à des dimen­sions hors norme, ça ne laisse pas indif­fé­rent. °_​°

  16. says: Li-An

    Supers liens Vasco !

    Son travail est quand même très diffé­rent de celui de Rockwell dans le fond et la forme.

  17. says: vasco

    Je ne sais pas si Leyen­de­cker aimait les films de gladia­teurs mais en tous cas son style est très huilé dans cette page.
    Mais on trouve aussi des choses très rockwel­lienne ailleurs (et pour cause Rockwell l’admi­rait et ils bossaient tous les deux pour le Satur­day Evening Post):
    http://​www​.jcleyen​de​cker​.blogspot​.com/
    Toutes les couvs Satur­day Evening Post par là :

    et aussi des pages avec des esquisses et des détails sur ”illus­tra­tion art” :
    http://​illus​tra​tio​nart​.blogspot​.com/​s​e​a​r​c​h​?​q​=​l​e​y​e​n​d​e​c​ker

  18. says: Li-An
Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *