Daisies (Claire Wendling – Métamorphose)

wendling-daisies-couv

Claire Wendling, c’est la fille qui venait se réfugier sur le stand Margouillat pour échap­per aux dédicaces, c’est la bavarde qui discu­tait sur fr​.rec​.arts​.bd dans les années 90, c’est la débutante qui sortait un premier album au pinceau et je bougon­nais que c’était promet­teur, c’est la surdouée qui imposait le retour à la mode US tendance Frazet­ta ou Jeff Jones ou plutôt le retour des Austro Hongrois (Klimt), bref un dessin réaliste sédui­sant, c’est la star que Soleil débau­chait au nez de Delcourt, c’est l’absente qui laissait tomber la BD pour partir aux States faire de l’ani­ma­tion, c’est l’incon­tour­nable qui sort réguliè­re­ment des artbooks collec­tés avec avidi­té par les amateurs de dessin. Une fille pas facile à cerner finalement…
Il y a un proverbe népalais qui dit ”jeune surdoué au dessin ne fait pas longtemps de la BD” et j’ai toujours regret­té que Wendling ait préfé­ré les sirènes des gros studios d’ani­ma­tion. Elle a prouvé qu’elle était une dessi­na­trice de BD impec­cable qui aurait pu bouscu­ler le classi­cisme de l’époque et manquait plus qu’à devenir un auteur complet. J’ignore si ça se fera un jour mais en atten­dant, il faut se conten­ter de dessins épars qui dessinent un univers en creux. Après le Cycliste, c’est la ”presti­gieuse” collec­tion Métamor­phose dirigée par Barba­ra Canepa et Clothilde Vu qui récupère les crobards/​dessins de la diva. Je mets ”presti­gieuse” entre guille­mets parce que je ne suis pas encore vraiment convain­cu par les choix édito­riaux même s’il faut saluer la quali­té de fabri­ca­tion des ouvrages en question (et s’ils pouvaient refaire leur logo, ça me ferait aussi plaisir). Ce Daisies ravira les fans éperdus mais me laisse un petit goût de pas assez dans la bouche. Les dessins présen­tés sont issus d’une fanta­sy un peu gentillette plutôt frustrante (des petites filles avec de grosses bêtes en boucle) et une grande partie est consa­crée aux affiches réali­sées par Wendling pour le Dépar­te­ment de la Charente, recherches incluses. Et où sont passées les couver­tures des comics US (si vous savez où les trouver sur le Net, je suis preneur) ? Et ça s’arrête en 2008 ? Bref, j’en sors frustré. Je n’arrive pas à me convaincre que Wendling se contente de dessi­ner des elfes rondouillards et des nains tordus. Mais je suis peut-être le seul ?

tête en l'air, amoureux

décrocher la lune

jolies jambes

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
Rejoindre la conversation

24 Commentaires

  1. says: Eric Tao

    Le travail d’illus­tra­tion des auteurs de bande dessi­née est assez peu visible finale­ment, les éditeurs rechignent à en éditer car les tirages sont assez confi­den­tiels. Même Moebius a été laché par Caster­man, et le travail de Stardom c’est presque de la micro-édition de luxe en terme de tirage. Je suis donc un peu surpris quand je vois ce genre d’ouvrage, ils ne vont pas toucher beaucoup de monde sur le nom de Claire Wendling, et ça explique certai­ne­ment l’option ”fééerie”, qui elle, est un peu plus commerciale.
    En ce qui concerne son travail dans a bande dessi­née je ne connais que les premiers Lumière de Lamalou, une série qui m’a assez vite déçu passé les 2 premiers tomes. Elle-même ne semblait pas telle­ment aimer la bande dessi­née (ou le milieu ?) si je me souviens bien un entre­tien des années 1990.

  2. says: urbatrof

    Claire Wendling, archi-connue dans le milieu.… telle­ment connue et admirée (voire jalou­sée) , qu’à un moment , entre collègues au Port, on tirait des vannes ! :
    ” – Mais qu’est-ce qu’elle fout Claire ? Elle fait plus rien ??!!!
    – Bof tu sais, elle n’as plus trop le temps !
    – Mouais sûr, entre le ménage, la vaisselle et la cuisine ! C’est une femme quoi ! niark niark !!”

    Bon blague à part, c’est un bouquin que j’achète les yeux fermés en atten­dant un retour en grande pompe ( si graphi­que­ment elle ne s’est pas fait dépas­ser depuis peu par un nouveau génie).

  3. says: Li-An

    @Totoche : ouïe aïe aïe

    @Eric Tao : oui mais là tu parles du scéna­rio, Éric :-) Moebius c’est compli­qué : les oeuvres complètes des Humanos ont lancé une espèce de ”mode Moebius” qui a permis ensuite à Aedena puis Caster­man puis reLes Humanos de capita­li­ser. Je pense que les amateurs se sont raréfiés et surtout il semble­rait que les futurs ayants droits fassent de la résis­tance sur la publi­ca­tion d’ouvrages sur son travail qui échap­pe­rait à leur contrôle. Stardom, c’est des ventes très légères.
    Dans le cas de Wendling, les recueils du Cycliste ont reçu un accueil très favorable du public et, surtout, les amateurs de beau dessin US ont fait circu­ler l’info. En vendant aux States, les bouquins touchent un public bien plus large que celui de Soleil. Mais c’est vrai que la BD pure lui était assez diffi­cile. C’est un travail de toute façon un peu frustrante pour un dessi­na­teur pur. Moebius, avec sa schizo, a bien géré les deux parties BD/​illustrations.
    Pour ce qui est des illus­tra­tions par les auteurs BD, on remar­que­ra déjà qu’il y a peu d’auteurs impor­tants qui pratiquent réguliè­re­ment les deux activi­tés et ils finissent par voir un bouquin publié. Je commence une liste et on va bien voir qui j’oublie : Tardi, Chaland, Moebius, Pratt, Hergé… Il manque surtout Franquin a la pelle dont on a publié qu’une partie infime de son travail d’illustration.

    @urbatrof : fais atten­tion à ne pas te cogner dans la porte de la librairie.

  4. says: julien

    Claire Wendling,c’est l’exemple fort(on peut en citer quelques autres,on va le faire,attentionnnn)d’une dessi­na­trice-et ce bouquin délicieux,frustrant,et formi­dable renforce cette idée-qui depuis des années-et je vais arreter mes digres­sions qui agacent tout le monde-une dessi­na­trice qui donne l’image d’un talent étouf­fant qui passe des heures à ”prépa­rer” quelque chose,un quelque chose comme un roman­cier accumu­le­rait des manuscrits,des bouts d’idées chez lui avant son ”grand roman”.
    Est-ce que Claire Wendling attend ce moment ?
    Pas d’accord concer­nant son retrait de la BD.C’est de la longue distance et ça ne l’amuse plus.Ce fut un hasard,une chance rapide,une tache dont elle s’est acquit­tée sans parve­nir à l’aimer.Le paradoxe assez pathé­tique est que ces recueils d’illus­tra­tions renvoient l’image d’une auteure qui fuyant la routine et la lassi­tude de la bd,se retrouve à enchai­ner des pages et des pages de dessins,une route assez terne…
    Cependant,son travail évolue,dépasse le simple plaisir et amusement;il y a une profon­deur et une sincé­ri­té touchante.
    A mes yeux,Claire Wendling n’est pas un génie,une surdouée.C’est une jeune femme qui travaille,travaille sans cesse​.Je ne crois pas au génie habité mais je veux bien croire qu’à force de travail,elle sait etre visitée par la grace;ça,oui!..
    Je lui souhaite de s’accom­plir dans son ”grand roman”,un jour!Ne serait-ce que pour nous,admiratifs.

  5. says: Doc Mars
  6. says: julien

    Dans la compo­si­tion et attitudes on dirait WENDLING;pas du tout dans la finition,et traits(Là,on jurerait du ”vieux” BENOIT SPRINGER)…

  7. says: Julien

    Quelques autres chemins à suivre :
    WWW​-CLAIRE​-WENDLING​.NET
    (Et puis,toujours dispo­nible-Au Québec,et ailleurs-le n°26 de CASEMATE avec un trop court entre­tien de Claire Wendling par Marie-Madeleine Rigopou­los où l’on apprend qu’à l’ori­gine de DAISIES il y a un recueil pour les USA qui plut à SOLEIL avec qui Claire était en contact pour un autre projet,maintenu,adaptant ALICE AU PAYS DES MERVEILLES;oui;encore.
    Où l’on apprend égale­ment que,comme Stéphane Colman,la santé de C.Wendling compro­met des travaux au long cours…La BD n’est sans doute plus réélle­ment dans ses envies et ses choix…)
    Enfin,toujours dispo­nible chez les excel­lents gens de DU 9,un entre­tien paru dans L’INDISPENSABLE en 1998.Du caractère.

  8. says: walder

    Bonjour,
    Je suis tombé par hasard sur ce post en cherchant des infos sur Wendling.
    Je suis plutôt d’accord avec l’ensemble des commentaires…
    Le dessin c’est beau c’est bien, mais après il faut voir ce qu’on en fait !
    Cela dit la dame rest ma reférence en terme d’art pur :

    Mes albums de Bande dessi­née sortant début 2011, je lance ma petite campagne de communication !
    3 albums :
    Otaku­land chez Delcourt
    Maximum et Minimum aux Humanoids associes
    Tokyo Vibes chez Nethod et Akiléos
    Mon blog :
    http://​walder​world​.blogspot​.com

    Je me suis crée une page ”pro ” face book ! prenez deux seconde pour y souscrire, Merci !!

    http://​www​.facebook​.com/​p​a​g​e​s​/​W​a​l​d​e​r​/​1​5​6​3​1​1​8​2​4​3​8​4​1​9​7​?​r​e​f​=​sgm

    Walder

  9. says: Julien

    Oui,je vois le genre:”LI AN,j’aime beaucoup tes albums et surtout le prochain,au fait y a quequ’un qui serait intéres­sé par un mobil’­home année 1992 avec un auto radio neuf et je rajoute trois cassettes des new kids on the block…”Je plaisante.
    Cela dit la timidi­té étant pénible quand elle s’attache à vous,WALDER a parfai­te­ment raison d’y aller au culot​.Et bon courage à lui​.Et à tout le monde,d’ailleurs.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *