Satoshi Kon & Claude Chabrol

J’apprends quasi simul­ta­né­ment la mort des deux réali­sa­teurs. Je vais surtout rendre un petit hommage à Satoshi Kon, réali­sa­teur de films d’ani­ma­tions japonais dont les oeuvres ambitieuses et origi­nales sont très marquantes. Perfect Blue, Mille­nium Actress, Tokyo Godfa­thers et Papri­ka sont sorties aussi en France entre 1997 et 2006. Son univers est plutôt angois­sant avec un graphisme froid compen­sé par des couleurs chaudes. Cela fait longtemps que je ne les ai pas vision­nés mais mon préfé­ré était proba­ble­ment Tokyo Godfa­thers qui était parait-il inspi­ré du film de Ford dont j’ai parlé la semaine dernière et qui raconte la rencontre de trois paumés tokyoïte avec un bébé perdu. Les person­nages sont savou­reux et l’his­toire prenante. Satoshi Kon avait 46 ans.

Marie Chantal contre le Dr Kha

On ne présente plus Claude Chabrol, réali­sa­teur français pilier de la Nouvelle Vague à la longé­vi­té assez étonnante. Ces derniers temps, j’évi­tais de regar­der les redif­fu­sions qui passaient à la télé, plus ou moins déçu par certains de ses films. Il y a en quand même un que j’aime­rai revoir, c’est Marie-Chantal contre docteur Kha, une oeuvre de commande qui parodie les James Bond avec Marie Laforêt en aventu­rière décalée et intré­pide (en fait je ne me rappelle quasi plus rien du tout).

Mise à jour du 01/​11/​2013 : bon, impos­sible de montrer la bande annonce de ce film. Un ami bien gentil m’a prêté le DVD et j’avoue que je m’y suis rudement ennuyé…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
, , ,
Rejoindre la conversation

10 Commentaires

  1. says: Julien

    Je me permets de citer deux grands ”Chabrol”:Absolument pas séduisants,troublants et dérou­tants par leurs simpli­ci­té feinte et tortu­ré joyeusement;mais je les trouve fascinants:”LA ROUTE DE CORINTHE”(1967,avec Jean Seberg,dans une Grèce de contre-jours,de vert ”pétant”)et ”JUSTE AVANT LA NUIT”(1971,Michel Bouquet et François Périer;drame de la culpa­bi­li­té imcom­prise aprés un jeu sexuel qui a mal tourné).
    ARTE a diffu­sé un de ses premiers films tout récem­ment ”A DOUBLE TOUR”;le classique et admirable ”BETTY”,pur Simenon ;
    et je garde une faiblesse pour le classique et désabu­sé ”LA LIGNE DE DEMARQUATION”…Chabrol prépa­ré une adapta­tion nouvelle de ”BOULE DE SUIF”.Pour nous consoler,replongeons nous dans l’album de LI AN…

  2. says: Doc Mars
Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *