Jordi Longarón, illustrateur espagnol

Jordi Longarón est né en 1931 en Espagne. Il réa­lise des illus­tra­tions, BD et cou­ver­tures avant de tra­vailler dans le comic strip états-unien en des­si­nant le per­son­nage Friday Foster, le pre­mier per­son­nage afro-américain à avoir son propre titre (une pho­to­graphe de mode qui devient top model) et qui sera inter­pré­té au ciné­ma par Pam Grier. En France, il a réa­li­sé nombres de cou­ver­tures pour des romans de gare notam­ment des édi­tions Gerfaut dont les cou­ver­tures pleines de mili­taires (notam­ment nazis) m’ont tou­jours intri­guées. C’est ce côté lit­té­ra­ture moite et bas de gamme qui m’a pro­ba­ble­ment don­né envie d’en faire un billet ici.

À remar­quer une his­toire courte dans un numé­ro spé­cial Aventure de Pilote où il fait la cou­ver­ture.

longaron

longaron-01

longaron-03

longaron-09

longaron-13

longaron-16

longaron-02

longaron-04

longaron-05

longaron-07

longaron-08

longaron-10

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

11 commentaires

  • Amusant : j’ai trou­vé ce numé­ro de Pilote il ya quelques mois ! Incompréhensible qu’il soit res­té qua­si­ment incon­nu. Son héroïne afro-américaine a eu des pro­blemes avec la presse sudiste, non ? Il a bos­sé avec Font aus­si, je crois. Ca me rap­pelle un peu Puig. Pour une fois je trouve que les mises en cou­leurs ne nuisent pas à son magni­fique des­sin en noir et blanc

  • La sono­ri­té “Friday Foster” m’a tou­jours emballé.Dessin vivant et voluptueux.A la Jesus Blasco,Aldoma Puig,comme le dit si bien Totoche.Parution en France dans le men­suel “Quinze ans”.Un article dans le dico de Filippini en 1989.
    Typique de l’époque:ces fonds de couleurs,expressifs de la ges­tuelle ner­veuse et assurée.Trés beau tout cela.
    Par contre je ne crois pas qu’il ait repris cette bande (il passe la main à Gray Morrow peu avant la fin de la série)mais l’a illus­tré dés le départ avec Jim Lawrence au scé­na­rio.

    • Je vois que j’ai affaire à des connais­seurs de la BD ibé­rique. Ce n’est pas très clair cette his­toire de Friday Foster, le Wiki étant ambi­gu là-dessus (“After two years of deve­lop­ment, the strip was illus­tra­ted by Spanish car­too­nist Jorge Longarón”) mais je pense que je vais cor­ri­ger puisque tu en sait plus que moi là-dessus (je n’ai jamais croi­sé ce fameux 15 ans).

  • On ne trouve en fait que 3 courts récits espa­gnols dans ce nume­ro, les deux autres sont de l’excellent José Bielsa, tou­jours dans ce fameux “style” des des­si­na­teurs cités par Julien, ain­si que du tan­dem Victor Mora/Luis Garcia.
    (On remar­que­ra que le récit de Longaron est dédié à Chester Himes)
    (Sinon pour les couv des livres de poches, bien dans leur époque, on pour­ra évi­dem­ment faire le rap­pro­che­ment avec un autre grand auteur Espagnol : Antonio Parras)

  • Pour conti­nuer dans les infor­ma­tions inutiles, son nom est évo­qué (alors que la plu­part des autres ont été trans­for­més) dans le tome 5 des Professionnels de Carlos Giménez. Il y est ques­tion d’une planche qui lui est faus­se­ment attri­buée : comme quoi le mar­ché des faux ne date pas d’hier !

    • Une planche entière, c’est du bou­lot. Si c’est tiré d’une his­toire vraie, plus pro­ba­ble­ment une planche réa­li­sée par quelqu’un d’autre qui lui est attri­buée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *