Jiří Trnka illustre des contes

Jiří Trn­ka (1912 – 1969) est mon­dia­le­ment connu pour ses films d’animation qui ont por­té haut l’école tchèque. Book Gra­phics pré­sente des illus­tra­tions réa­li­sées pour des contes pour enfants. J’adore son tra­vail au trait qui a une cer­taine fami­lia­ri­té avec celui de Haus­man.

jiri-Trnka

jiri-Trnka_02

jiri-Trnka_03

jiri-Trnka_04

jiri-Trnka_05

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

  • Tou­jours étonnant.C’est la grande sub­ti­li­té à grands coups de bonnes pattes;le ren­du est bou­le­ver­sant.
    A admi­rer sur une musique d’Antonin Dvoràk.

    • En tous les cas, j’aime beau­coup sa décons­truc­tion de l’anatomie. Et je n’ai jamais pen­sé à asso­cier un des­sin à une musique.

  • Je n’étais pas du tout fami­lier de l’oeuvre d’illustrateur de Trn­ka. Les des­sins à la plume sont effec­ti­ve­ment superbes. Joli tra­vail d’équilibre entre le volume et le plat (si ça veut dire quelque chose).

    • Je ne vais pas faire croire que je connais­sais son tra­vail d’illustrateur avant de voir ces images. Je serai curieux de voir autre chose de lui dans ce genre mais j’imagine que les livres publiés sur son tra­vail doivent sur­tout se por­ter sur l’animation.

  • Dans un entre­tien avec René Hausman,est racon­té son voyage en Tché­co­slo­va­quie (l’interview date de 1988) et sa décou­verte d’un uni­vers proche de Jiri Trnka,et l’idée qu’il n’y a là aucun cloi​son​ne​ment​.Il découvre un cer­tain Scwank­mayer qui tra­vaille à la lan­terne magique.A Prague,ce lieu couvre spec­tacles de mimes,théatre,musique,projections de cinéma.L’artiste expose,il est éga­le­ment peintre.L’illustration,la décoration,films d’animation…Je sup­pose de Trn­ka a embras­sé le métier de la même manière.Aussi totale​.Je recom­mande fort ce Scwank­mayer dont l’oeuvre pos­sède une force aus­si impressionnante.(Scwankmayer ou Jan svank­ma­jer)

    • J’avais en effet croi­sé l’Alice de Jan Švank­ma­jer. Il a un uni­vers très violent qui ne laisse pas de marbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *