EO présente “Rubaiyat d’Omar Khayyam illustré par Edmund Dulac”

EO nous fait un mer­veilleux cadeau pour la nou­velle année: des scans tirées de l’édition ori­gi­nale du Rybaiyat illus­tré par Edmund Dulac. Et en plus, ils nous en parlent intel­li­gem­ment… De quoi mettre la honte à Jeff A. Menges et ses repro pour­rites.

je ne conduis pas ce soir

les joies du camping

je l'embrasse ou pas ?

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

7 commentaires

  • Quelle élégance;la ges­tuelle des corps,la com­pré­hen­sion de cha­cun de ces etres!Quelle insolence!On sent bien que Dulac n’a pas accom­pa­gné un mouvement(graphique,pictural…):Il en était l’essence m^me;il l’a peu à peu imaginé,depuis un héri­tage puis­sant et ample,se construi­sant ses limites,ses règles,ses possibilités;comme Schiele,ou Klimt,Moser…

  • Justement,les quelques élé­ments bio­gra­phiques laissent sous-entendre une forme,assez pathétique,de pres­tige au soir de sa vie:Reconnu,célébré mais dés lors enfer­mé comme un label,dont il n’aurait pu se déga­ger réellement.Faut se méfier d’internet quand on peine pour les infos mais j’ai lu qu’il avait illus­tré une série de timbres,son der­nier refuge d’illustrateur deve­nu bri­ta­nique rési­dant en Grande-Bretagne;il aurait ren­con­tré De gaulle(pour la col­lec’ de timbres de ce dernier)et illus­tré POUCHKINE,ultime oeuvre avant de mourir,en 1953.Mais les ques­tions res­tent les m^mes,au fond.Mais mon regard est biaisé;je ne peux m’empecher de l’associer à Vienne 1900,mouvement,élan,figé,statufié par la grippe espagnole(Visiblement il avait le vaccin).Et puis je me demande jusqu’à quel niveau une guerre mondiale(Deux,en l’occurence)peut conduire,éconduire le che­mi­ne­ment d’un style,d’une école,d’un artiste.(‘Scusez moi)

  • Ben la Première Guerre Mondiale a com­plè­te­ment bous­cu­lé la notion de “Beau”. Et ça, c’est dur pour les artistes…

  • Je me deman­dais pour­quoi la recherche ne le trou­vait pas… C’est en fait Chris Menges, un type qui fait des livres chez Dover consa­crés à tous ces illus­tra­teurs pas­sés. La qua­li­té de repro­duc­tion est déplo­rable (tu peux suivre le lien, il fonc­tionne main­te­nant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *