Heinrich Kley (2)

clic l’image
disco fever

là-haut dans la montagne

Comme les §%!!** de chez Télérama l’ignorent, je rappelle que la fameuse séance de bal hippopotamesco/crocodilesque de Fantasia est inspirée en grande partie par les dessins de Kley (de München, Allemagne).

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

21 commentaires

  • ces dessins sont assez fabuleux je trouve !

    Preston Blair reprend toute la séquence du ballet de fantasia dans son bouquin "l’animation sans peine"

  • J’ai découvert ce dessinateur à l’occasion de l’expo Disney au Grand Palais. Ses dessins sont simplement prodigieux. C’est du Buzzelli avant la lettre !

  • Ah, contrairement à Télérama, l’expo rend hommage au dessinateur. C’est plutôt une bonne nouvelle. On peut probablement le rattacher à Buzzelli dans le trait et dans une certaine influence anticléricale mais alors que Buzzelli est un artiste qui travaille sur l’angoisse, il y a de la légèreté et des sourires dans celui de Kley. Quoiqu’il en soit, la comparaison est intéressante.

  • Bon déjà, je vais remercier Séverine pour ses nombreux commentaires entouhiastes :-) Que tu ne connaisses pas Kley n’est pas étonnant, je l’ai découvert moi-même très tard. Quoiqu’il en soit, je suis ravi que tu découvres des choses sur ce blog, c’est une des raisons pour lesquelles je l’ai créé :-))

  • Ah ça le blog de Li-An…
    On y découvre plein de chose et dans une ambiance magnifique,
    merci le maître de maison.

    Syl, un voisin qui toque

  • >>On peut probablement le rattacher à Buzzelli dans le trait et dans une certaine influence anticléricale mais alors que Buzzelli est un artiste qui travaille sur l’angoisse, il y a de la légèreté et des sourires dans celui de Kley. Quoiqu’il en soit, la comparaison est intéressante.

    Merci (c:

    En fait j’ai opéré ce rapprochement après avoir relu la Révolte des Ratés, en retrouvant à la fois cet univers pseudo-mythologique et ce goût du grotesque. Quant au dessins anticléricaux de Buzzelli je les ai découvert à Bruxelles dans une expo du CBBD, -lieu minable et poussiéreux. Je me souviens qu’il ya avait là notament un dessin au lavis, pas piqué des vers, qui mettait en scène Jean-Paul II.

    Cependant, le dessin de Kley est manifestement plus fulgurant. Bien des exemple ici:

    http://www.coconino-world.com/si...

  • Les dessins de Kley montrés ici sont des croquis sans préparation. Pour vous dire le talent du monsieur… Kley partage sans conteste le goût du grotesque de Buzzelli. Bizarrement, j’ai toujours associé Buzzelli à Goya dans ce qu’il a de plus sombre et j’ai imaginé que le premier était espagnol mais j’ai subitement un doute…

  • Donc il est italien :-)) Mais je m’en rends compte que maintenant. Intéressant cette histoire de trait: les dessins publiés par Dover sont censés être tirés des carnets de croquis. Il a fait d’autres travaux plus élaborés (à l’aquarelle notamment, on peut en voir un exemple là li.an.free.fr/blog/index…. Le livre rouge est difficile à trouver.
    Linesandcolo.com fait un article sur lui http://www.linesandcolors.com/20... grands esprits se rencontrent) et Charley Parker dit qu’il est trouvable chez les bouquistes.

  • Buzzelli, Espagnol ? E pericoloso sbagliarsi (c:

    Sinon j’ai aussi été bluffé par la spontanéité du trait de Kley et j’ai scruté, autant que je le pouvais, les oeuvres en exposition. J’y ai décelé malgré tout les traces de croquis préparatoires (oh si peu !).

    Je viens de passer commande du bouquin Dover (couverture jaune) sur Amazon. Et j’ai hâte de le recevoir. Peut-on encore dégoter l’autre (couverture rouge) ?

  • C’est Wolinski qui a fait connaître Buzzelli en France à travers la revue Charlie Mensuel dont il fut l’inspiré rédacteur en chef pendant près de dix ans. Dans ses éditos W. racontait comment il allait s’approvisionner en Italie auprès de l’artiste lui-même. Je crois que tous deux étaient devenus amis. La première histoire de Buzzelli qu’il m’ait été donné de lire était Le Métier de Mario, récit des déboirs d’un "gigolo" conduit à la mort par l’amour dévorant que lui voue ses clientes, entrecoupé de visions oniriques dignes d’un Lynch ! Pour nous avoir donné ça à lire, Wolinski mérite, rien que pour ça, le vieux Wolinski, même un peu ridicule après qu’il s’est taillé une rosette dans son drapeau, mérite son titre dcerné à Augoulême (et puis il a créé Paulette).

  • Ah ben, zut, il va me falloir dire du bien de Wolinski ?? Si j’avais su… En tous les cas, voilà des anecdotes que je pourrai replacer sans problème :-)

  • Mais oui ! Wolinski a été des premiers à publier en France: Harvey Kurtzman, Munoz & Sampayo, J. Swarte, Régis Franc, Fmurr, Tardi (la Bascule à Charlot), Jano et Tramber… sans compter la réédition des Classiques Peanuts, Popeye, Krazy Kat, Lil’ Abner. Une oeuvre de découvreur à reconsidérer !

  • Charlie Mensuel était à l’origine l’adaptation française de la revue italienne Linus dont elle reprenait jusqu’à la typographie et la référence aux Peanuts.

    En plus des bandes qu’on y présentait, la revue brillait par la qualité de son rédactionnel, riche et varié: les chroniques de Frémion sur l’histoire de la bande dessinée, celles de J.-M. de Busscher sur l’architecture, celle de Manchette sur le polar, le dico SF d’Andrevon … Sans oublier le "Du côté des esthètes" de Willem ! Cette revue superbement maquettée et imprimée a été la meilleure des années 70 par son ouverture et cet équilibre savant chaque mois renouvelé entre création passée et présente, texte et dessin. On trouve sans difficulté, les numéros postérieurs au n°70 pour un euro cinquante chez les bouquinistes. Les numéros plus anciens sont malheureusement moins faciles à dégoter.

    Bravo pour ce blog qui lui aussi, fait la part belle à la découverte (je ne connaissais pas ce Russell Patterson !) et où j’ai justement atterri au détour d’une recherche d’image sur Kley. Mais … ce n’est plus un blog, c’est un salon (c:

  • En effet, c’est un salon qui se veut plein de surprises. J’avoue que je suis plus "Métal Hurlant" mais je vais essayer de relire de vieux Charlie pour voir si j’accroche au ton. En tous les cas, bravo pour cette défense passionnée :-)

  • Pauvre Syl, victime de mon mangeur de spams… (ne vous étonnez pas si votre commentaire ne veut pas sortir…il faut bien filtrer un peu).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *