Fables – covers by James Jean (Vertigo)

couv-fables-james-jean

Né à Taiwan et grandi à New York, James Jean est engagé à la sortie de son école d’Art par Vertigo pour réaliser les couvertures pour le comics Fables (les personnages des contes passent de leur monde à notre monde contemporain). En sept ans, ces 86 couvertures font faire de lui une des figures les plus marquantes de l’illustration US, dépassant le simple cadre des fans comics pour contaminer la publicité et les magazines. Il faut dire que son travail légèrement froid, très réfléchi, où les références vont de la peinture ancienne au cinéma contemporain détonne dans un milieu visuellement calibré. Son univers très personnel, sa recherche de compositions et de cadrages originaux forcent le respect.
À sa sortie, ce recueil de couvertures a été vite épuisé et je ne me suis procuré que très récemment cette seconde édition. Le livre, maquetté par Jean, présente le travail de construction de l’image jusqu’au résultat final. Jean travaille avec des techniques classiques (crayon, encres, aquarelles, acrylique…) qu’il remâche ensuite à l’ordinateur.

oh, une aire d'autoroute !

les cadeaux de Noël

ceci n'est pas une oeuvre abstraite

de saison

James Jean a arrêté les couvertures de comics et oscille entre commandes prestigieuses et peinture.

14 commentaires

  • J’ai oublié de faire un couplet sur les couvertures bien plus accrocheuses que les contenus des fascicules. Une mode qui est en train de se répandre chez les franco belges.

  • Ah,c’est trés étonnant;trés bon.Sur le fil,vraiment,pour ne pas tomber dans le pompeux pompier…Où comment un tigre stylé sauve tout une illustration de l’outrance-gros-bras.Et puis,beaucoup d’idées!

  • @Totoche : moi non plus (mode schizo).

    @Julien : il n’est pas très pompier. Ce n’est pas l’effet de réalité qui l’intéresse mais réellement la combinaison d’éléments symboliques et parlants.

  • James Jean est un mec très très doué. Et très intriguant, son évolution technique est, pour moi, assez atypique : plus on remonte dans le temps plus on voit des peintures à l’huile bien chiadées, des trucs qu’on trouverait peut etre plus en « fin de parcours ». Son style actuel est pourtant assez différent, moins « croutesque ».Ca prouve son amour pour le dessin qu’il essaye de mêler à la peinture, d’où selon moi sa technique très en glacis, très « maigre ». Son prof de modele vivant, Mike Mattesi (Disney), a surement influencé son dessin dans le sens du mouvement, mais en même temps on sent Hokusai et tout son background asiatique qui ressort à chaque composition Ca donne un style incroyable qui « réconcilie » des champs différents. C’est peut etre pour ça qu’il est populaire. Enfin bref, moi je déteste. Non, je déconne.

    • Bon, alors vous détestez ou vous aimez ? Je n’ai pas tout compris :-) C’est sûr que c’est un malade de dessin quand on voit ses carnets de croquis…

  • Hmmmm;le stylo bic,au soir de sa vie,un peu baveux(Pas trop,attention),se permettant m^me une agilité propre au crayon…A quelques heures de sa mort,le Bic nous offre encore quelques derniers traits estompés.Merci Baron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *