Le cavalier à l’insecte (1/​4)

Une histoire typique­ment Arzackienne avec un person­nage qui se balade dans un monde impro­bable. Roue libre et pas de fin, évidemment.

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Remar­quables Quatre-pages;Moebius d’accord,mais même un Sergio Toppi s’invi­te­rai dans cette veine là.
    C’est la séréni­té du person­nage qui influe l’impas­si­bi­li­té de ton découpage,délicat.

    • Ah oui, c’est vrai que Toppi aussi aime bien les person­nages qui errent dans des mondes oniriques. Je n’avais pas vu ce rapport avec Moebius.