Yunge illustre violemment le Roi Lear

John Yunge-Bateman (1897 – 1971) est un illus­tra­teur britan­nique ressor­ti de son tombeau par John Coulthart à l’occa­sion de la mise en vente sur iBeille d’une version illus­trée du Roi Lear réali­sée en 1930.
Yunge-Bateman – qui signait à l’époque Yunge – était visible­ment forte­ment inspi­ré par le grotesque-gothique de Harry Clarke, ce qui nous donne à admirer des images très tendan­cieuses d’un point de vue sexuel avec des person­nages qui roulent des yeux atroce­ment. C’est étonnant et, autant vous préve­nir tout de suite, Yunge n’a pas conti­nué dans cette voie là et il est un peu compli­qué de trouver des exemples de son travail.

Quoiqu’il en soit, ce sont les scans toujours impec­cables de Book Graphics que je vous propose aujourd’­hui.

yunge-roi-lear-08

yunge-roi-lear-07

yunge-roi-lear-05

yunge-roi-lear-02

yunge-roi-lear-01

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

  • De très grande classe,une ligne superbe,délicate;Il a du être nourri de cette école,celle de ses jeunes années,et n’a pu y échapper?Peut être aurait il désavoué ses influences ?

    • Aubrey Beard­sley étant le père de tous ces graphistes à la ligne super claire britan­niques – et hors de la Grande Breton­ne­rie – c’est tout à fait évident. Mais d’un autre côté, c’est aussi déjà éloigné de Beard­sley d’une certaine manière.

  • Beard­sley était même cité comme une des influences graphiques de Hugo Pratt à l’expo à Angou­lême. Je ne sais pas si c’est Pratt qui le dit ?

    • Je n’ai pas lu une tonne de bouquins sur Pratt mais je ne pas lu ça. C’est possible dans l’his­toire du trait simpli­fié. Il faudrait deman­der à un vrai fan qui a tout lu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *