Wondrous Strange (collectif – Bulfinch)

couv

La nou­velle est tom­bée sur mes télé­scrip­teurs en pro­ve­nance du monde entier ( Le Bour­get, St Denis de La Réunion…), Andrew Wyeth est mort. Quoi, ce grand illus­tra­teur connu pour ses pirates (et l’influence qu’il a eu sur un type comme Roca) était encore en vie ??? Ben non, en fait c’est le fis­ton qui nous a quit­té. C’est que c’est une grande famille que les Wyeth et on y est peintre de père en fils. Après N.C. Wyeth, celui qui nous inté­resse le plus sur ce blog, il y a Andrew Wyeth, peintre figu­ra­tif (un peu sym­bo­liste sur les bords) qui est très côté dans le monde de l’Art et enfin James Wyeth, fils du pré­cé­dent. Du coup, plu­sieurs livres s’amusent à regrou­per des oeuvres des trois afin de ratis­ser large. Celui que je vous pré­sente aujourd’hui va encore plus loin puisqu’il va jusqu’à rajou­ter à la liste Howard Pyle qui a été le men­tor du patriarche de la famille (N.C. pour ceux qui ne suivent déjà plus).
Pour ce que j’en sais, c’est le plus beau livre sur Pyle et N.C. Les pein­tures ne sont pas nom­breuses mais soi­gneu­se­ment choi­sies ,super­be­ment repro­duites et lar­ge­ment suf­fi­santes pour l’amateur curieux (29 pour cha­cun des artistes à peu près). Un petit texte per­met à chaque fois de situer tout ce beau monde, leur tra­vail et leurs ins­pi­ra­tions. Je rap­pelle briè­ve­ment que Pyle (1853 – 1911) est consi­dé­ré comme le père de l’illustration US de la fin XIX début XX, créant lit­té­ra­le­ment une école qui fera le bon­heur des maga­zines et édi­teurs pen­dant de longues années, réflé­chis­sant sur la notion d’illustration de texte et fai­sant la pro­mo­tion d’une nar­ra­tion dans l’image. Son tra­vail sur les pirates notam­ment est entré dans le patri­moine visuel mon­dial. N.C. Wyeth (1882 – 1945) est son digne héri­tier et son tra­vail sur « L’île aux tré­sors« , « Le der­nier des Mohi­cans« , « Robin­son Cru­soë » j’en passe et des meilleurs va mar­quer à vie les ado­les­cents US.

Pyle

Pyle

N.C. Wyeth

N.C. Wyeth

Andrew Wyeth

James Wyeth

Un livre consa­cré à N.C. Wyeth et réa­li­sé par Michel Lebris, N.C. Wyeth, l’esprit d’aventure, vient de sor­tir en France. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le feuille­ter (si quelqu’un peut en dire un mot rapi­de­ment).

mer­ci à Hobo­pok et Serge

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

28 commentaires

  • NC (quel drôle de pré­nom) était bien connu c’est enten­du, mais je vois pas qu’il y ait de quoi cra­cher sur feu Andrew ni James. A moins bien sûr qu’ils n’aient hon­teu­se­ment pom­pé Roca ou Ros­si.

  • Paix à leur âme. Mer­ci à eux dans l’au-delà pour nous avoir enchan­tés, et pour conti­nuer à le faire. Tiens, jus­te­ment, la relève est-elle assu­rée ?

  • Trés belle découverte(personnelle)d’un art expressif,qui a le mérite de ne pas jouer dans la nuance;ce Pyle m’émeut terriblement,fait (re)vivre une histoire,sort tout ce qu’il a en lui;brillant.
    Peut on avoir un peu plus de James?Le choix de couv’ est remarquable,et incite à la découverte(elle est de..?).

  • J’ignore si on peut trou­ver d’autres choses de James sur le Web. Sa palette est très proche de celle de son père (pour mon oeil peu aver­ti) mais je ne compte pas déve­lop­per, c’est très éloi­gné de ce que j’aime.

    @Boying­ton : ben, c’est une école qui conti­nue à ins­pi­rer encore des gens (je pense à Gari Gian­ni http://www.garygianni.com/ ou… Roca). Fra­zet­ta est aus­si dans la lignée spi­ri­tuelle même si son tra­vail tech­nique est très dif­fé­rent.

  • ce bou­quin rock à mort ! tu vois que t’as du goût ;)

    Il y en a pas mal d’autres sur l’école Bran­dy­wine trou­vable sur Bud­plant et qui ne sont pas dénués d’intérêt pour ceux qui s’intéressent à l’affaire (Roca a la col­lec ;)
    « Visions of adven­ture » peut être une chouette entrée en matière mais effec­ti­ve­ment Won­drous strange semble être le plus riche et le plus beau.

    Je n’ai pas encore vu celui de Le Bris mais pour en avoir par­lé avec lui lorsqu’il le fai­sait (ça claque cette phrase), il semble qu’il soit bour­ré d’inédits, Le Bris étant celui qui a le plus de docs, d’éléments, de manuscrits,etc sur ce bon Stevenson,il a pas mal de choses aus­si sur ces col­la­bo­ra­teurs régu­liers comme Pyle ou Wyeth, donc son bou­quin doit valoir des points.

    voi­là pour ce que j’en dis..

  • Superbe.
    J’adore Wyeth, dont j’ai connu l’existence il y a envi­ron dix ans en tant qu’amateur et fan de Jef­frey Jones, qui est un « sui­veur », comme on pour­rait dire.
    Du coup j’avais ache­té un bou­quin à Paris qui m’a ravi.
    …Vous avez déjà feuille­té un beau livre de pein­ture de Jones ?
    C’est magni­fique.

    Mer­ci en tous cas pour lin­fo et pour cette chasse au tré­sor qui est lan­cée.

  • Le site Wyeth semble offrir un peu plus de visuels qu’auparavant.
    Pour l’œuvre de ce cher NC on peut s’offrir le cata­logue rai­son­né (arrai­son­né par Roca) pour la modique somme de 400 $.
    visible sur brandywinemuseumshop.org

    (Éthé­rées les pein­tures de Jef­frey Jones !
    Li-An ! tu as bu ! quitte ce cla­vier ! )

  • @Hobo­pok : le temps ?

    @vas­co : il me semble que c’est très « liste » comme bou­quin. Ben, moi je trouve les pein­tures de Jones un peu… je ne sais pas. On voit peu les visages, c’est très « pein­ture » avec plus un tra­vail sur des masses de cou­leurs que véri­ta­ble­ment un concept fort.

  • bon­jour , en fait je suis à la recherche de piste pour mieux connaitre les illus­tra­teurs ame­ri­cain , noir ame­ri­cains je dirais mais aus­si blanc comme ben­ton , crumb et tous ces des­sins popu­laires (années 30 peut être) j’ai l’impression qu’il y a une vraie tra­di­tion la des­sous mais je ne trouve rien , j’imagine que c’est clas­sé dans les des­sins humo­ris­tiques ?) on retrouve cette ten­dance en Argen­tine assi il me semble ; bon je sais c’est vague et ça n’a rien à voir avec Wyeth qui est réa­liste ,
    superbe blog by the way ! lam

  • @lam : oula, c’est une vaste ques­tion. Le plus simple est d’aller far­fouiller sur les sites de ventes en ligne US genre Ama­zon ou Budplant.com (il est spé­cia­li­sé dans l’image). Pour ce qui est de l’illustration pro­pre­ment dite, on peut com­men­cer par Famous Illus­tra­tors mais il est deve­nu cher le salaud. Il y a aus­si la fameuse revue Illus­tra­tions. En far­fouillant sur mon site, tu devrais trou­ver des liens vers des sites et des noms d’artistes des années 10/30. Par contre, je ne connais aucun livre consa­cré aux illus­tra­teurs noirs US (il n’y en avait aucun dans les années 10/30 qui aient fait car­rière). Je ne connais guère que Leo Dillon qui soit noir (je parle d’artiste recon­nu dans le domaine de l’illustration depuis plus de 20 ans).

  • bah j’aimais bien son tra­vail plein de mys­tere ( meme si je pre­fere lar­ge­ment celui de son pere )et puis je m’etais « attache » a ce peintre via ce bou­quin …that’s it !

  • Cher LI AN,Phil Casoar parle abondemment(et trés bien)dans le Fluide Gla­cial qui sort ces jours-ci du livre de Michel lebris:140 oeuvres pro­po­sées et commentées(HOEBEKE)…J’y apprends entres autres(quelle vie!)que ces « illus­tra­tions » sont de véri­tables toiles,huile,de 1m sur 1m20…Encore mer­ci pour cet artiste que tu m’as fait décou­vrir!!!

  • Oui, les illus­tra­teurs de l’époque fai­saient en réa­li­té des tableaux. Ça a évo­lué avec le déve­lop­pe­ment des illus­tra­tions de publi­ci­té où la gouache a été sou­vent pré­fé­rée pour aller plus vite. Je ne sais pas si c’est dit, mais Wyeth a réa­li­sé des pein­tures qui ensuite étaient trans­for­mées en gra­vure… noir et blanc ! pour l’impression.

  • @Li-An :
    J’ai offert le Jones de Futu­ro et le fameux Idyl, plus com­plet, (et c’est pas fini) à une illus­tra­trice qui bosse sur un de mes scé­nars (one shot BD). J’ai ces albums (et art books et comics … etc etc) de Jef­frey Jones et je pro­page la bonne parole.
    Jeff Jones est un Dieu … enfin … une déesse.

    • Alors est-ce que Idyl contient les his­toires du Futu­ro ? En me bala­dant, sur le web et ses images, je confirme mon sen­ti­ment d’une cer­taine froi­deur, d’une pose un peu alam­bi­quée.

  • Les Pré­ra­phaé­listes aus­si étaient alam­bi­qués alors ? Parce que pour ma part on est dans le même uni­vers mélant roma­tisme et fan­tas­tique, ode à l’antiquité et au moyen-âge… dans une sotre de non­cha­lence eva­nes­cente.
    C’est tout le charme d’un Jeff Jones.

  • On trouve dif­fi­ci­le­ment plus tor­du qu’un Pré­ra­phaé­lite ! :-) Un manié­risme fas­ci­nant et dépri­mant à la fois.

  • J’avais détaillé le conte­nu de « Jones 30/40 » dans BDOVORE :

    His­toires noir et blanc parues pour la plu­part dans l’Echo des savanes/Special USA, dont : 22 pages d’Idyl (sur com­bien en tout ?), 4 grands des­sins pleine page, « Co-inci­dence » ; « Luce » ; 1 page de cro­quis, et les 3 pages de l’histoire « Spi­rit of 76 ».
    Plus en 2eme et 3eme de cou­ver­ture : « Notes pour une bio-biblio­gra­phie de jeff Jones, par Marc Duveau.

    Je ne sais pas si ça peut aider…

    • Oui, mais ça ne répond pas à la ques­tion qui était « Est-ce qu’Idyl contient des choses en plus du 30/40 ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *