Wondrous Strange (collectif – Bulfinch)

couv

La nouvelle est tombée sur mes téléscripteurs en provenance du monde entier ( Le Bourget, St Denis de La Réunion…), Andrew Wyeth est mort. Quoi, ce grand illustrateur connu pour ses pirates (et l’influence qu’il a eu sur un type comme Roca) était encore en vie ??? Ben non, en fait c’est le fiston qui nous a quitté. C’est que c’est une grande famille que les Wyeth et on y est peintre de père en fils. Après N.C. Wyeth, celui qui nous intéresse le plus sur ce blog, il y a Andrew Wyeth, peintre figuratif (un peu symboliste sur les bords) qui est très côté dans le monde de l’Art et enfin James Wyeth, fils du précédent. Du coup, plusieurs livres s’amusent à regrouper des oeuvres des trois afin de ratisser large. Celui que je vous présente aujourd’hui va encore plus loin puisqu’il va jusqu’à rajouter à la liste Howard Pyle qui a été le mentor du patriarche de la famille (N.C. pour ceux qui ne suivent déjà plus).
Pour ce que j’en sais, c’est le plus beau livre sur Pyle et N.C. Les peintures ne sont pas nombreuses mais soigneusement choisies ,superbement reproduites et largement suffisantes pour l’amateur curieux (29 pour chacun des artistes à peu près). Un petit texte permet à chaque fois de situer tout ce beau monde, leur travail et leurs inspirations. Je rappelle brièvement que Pyle (1853 – 1911) est considéré comme le père de l’illustration US de la fin XIX début XX, créant littéralement une école qui fera le bonheur des magazines et éditeurs pendant de longues années, réfléchissant sur la notion d’illustration de texte et faisant la promotion d’une narration dans l’image. Son travail sur les pirates notamment est entré dans le patrimoine visuel mondial. N.C. Wyeth (1882 – 1945) est son digne héritier et son travail sur « L’île aux trésors« , « Le dernier des Mohicans« , « Robinson Crusoë » j’en passe et des meilleurs va marquer à vie les adolescents US.

Pyle

Pyle

N.C. Wyeth

N.C. Wyeth

Andrew Wyeth

James Wyeth

Un livre consacré à N.C. Wyeth et réalisé par Michel Lebris, N.C. Wyeth, l’esprit d’aventure, vient de sortir en France. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le feuilleter (si quelqu’un peut en dire un mot rapidement).

merci à Hobopok et Serge

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

28 commentaires

  • NC (quel drôle de prénom) était bien connu c’est entendu, mais je vois pas qu’il y ait de quoi cracher sur feu Andrew ni James. A moins bien sûr qu’ils n’aient honteusement pompé Roca ou Rossi.

  • Paix à leur âme. Merci à eux dans l’au-delà pour nous avoir enchantés, et pour continuer à le faire. Tiens, justement, la relève est-elle assurée?

  • Trés belle découverte(personnelle)d’un art expressif,qui a le mérite de ne pas jouer dans la nuance;ce Pyle m’émeut terriblement,fait (re)vivre une histoire,sort tout ce qu’il a en lui;brillant.
    Peut on avoir un peu plus de James?Le choix de couv’ est remarquable,et incite à la découverte(elle est de..?).

  • J’ignore si on peut trouver d’autres choses de James sur le Web. Sa palette est très proche de celle de son père (pour mon oeil peu averti) mais je ne compte pas développer, c’est très éloigné de ce que j’aime.

    @Boyington : ben, c’est une école qui continue à inspirer encore des gens (je pense à Gari Gianni http://www.garygianni.com/ ou… Roca). Frazetta est aussi dans la lignée spirituelle même si son travail technique est très différent.

  • ce bouquin rock à mort ! tu vois que t’as du goût ;)

    Il y en a pas mal d’autres sur l’école Brandywine trouvable sur Budplant et qui ne sont pas dénués d’intérêt pour ceux qui s’intéressent à l’affaire (Roca a la collec ;)
    « Visions of adventure » peut être une chouette entrée en matière mais effectivement Wondrous strange semble être le plus riche et le plus beau.

    Je n’ai pas encore vu celui de Le Bris mais pour en avoir parlé avec lui lorsqu’il le faisait (ça claque cette phrase), il semble qu’il soit bourré d’inédits, Le Bris étant celui qui a le plus de docs, d’éléments, de manuscrits,etc sur ce bon Stevenson,il a pas mal de choses aussi sur ces collaborateurs réguliers comme Pyle ou Wyeth, donc son bouquin doit valoir des points.

    voilà pour ce que j’en dis..

  • Superbe.
    J’adore Wyeth, dont j’ai connu l’existence il y a environ dix ans en tant qu’amateur et fan de Jeffrey Jones, qui est un « suiveur », comme on pourrait dire.
    Du coup j’avais acheté un bouquin à Paris qui m’a ravi.
    …Vous avez déjà feuilleté un beau livre de peinture de Jones ?
    C’est magnifique.

    Merci en tous cas pour linfo et pour cette chasse au trésor qui est lancée.

  • Le site Wyeth semble offrir un peu plus de visuels qu’auparavant.
    Pour l’œuvre de ce cher NC on peut s’offrir le catalogue raisonné (arraisonné par Roca) pour la modique somme de 400 $.
    visible sur brandywinemuseumshop.org

    (Éthérées les peintures de Jeffrey Jones !
    Li-An ! tu as bu ! quitte ce clavier ! )

  • @Hobopok : le temps ?

    @vasco : il me semble que c’est très « liste » comme bouquin. Ben, moi je trouve les peintures de Jones un peu… je ne sais pas. On voit peu les visages, c’est très « peinture » avec plus un travail sur des masses de couleurs que véritablement un concept fort.

  • bonjour , en fait je suis à la recherche de piste pour mieux connaitre les illustrateurs americain , noir americains je dirais mais aussi blanc comme benton , crumb et tous ces dessins populaires (années 30 peut être) j’ai l’impression qu’il y a une vraie tradition la dessous mais je ne trouve rien , j’imagine que c’est classé dans les dessins humoristiques ?) on retrouve cette tendance en Argentine assi il me semble ; bon je sais c’est vague et ça n’a rien à voir avec Wyeth qui est réaliste ,
    superbe blog by the way ! lam

  • @lam : oula, c’est une vaste question. Le plus simple est d’aller farfouiller sur les sites de ventes en ligne US genre Amazon ou Budplant.com (il est spécialisé dans l’image). Pour ce qui est de l’illustration proprement dite, on peut commencer par Famous Illustrators mais il est devenu cher le salaud. Il y a aussi la fameuse revue Illustrations. En farfouillant sur mon site, tu devrais trouver des liens vers des sites et des noms d’artistes des années 10/30. Par contre, je ne connais aucun livre consacré aux illustrateurs noirs US (il n’y en avait aucun dans les années 10/30 qui aient fait carrière). Je ne connais guère que Leo Dillon qui soit noir (je parle d’artiste reconnu dans le domaine de l’illustration depuis plus de 20 ans).

  • bah j’aimais bien son travail plein de mystere ( meme si je prefere largement celui de son pere )et puis je m’etais « attache » a ce peintre via ce bouquin …that’s it !

  • Cher LI AN,Phil Casoar parle abondemment(et trés bien)dans le Fluide Glacial qui sort ces jours-ci du livre de Michel lebris:140 oeuvres proposées et commentées(HOEBEKE)…J’y apprends entres autres(quelle vie!)que ces « illustrations » sont de véritables toiles,huile,de 1m sur 1m20…Encore merci pour cet artiste que tu m’as fait découvrir!!!

  • Oui, les illustrateurs de l’époque faisaient en réalité des tableaux. Ça a évolué avec le développement des illustrations de publicité où la gouache a été souvent préférée pour aller plus vite. Je ne sais pas si c’est dit, mais Wyeth a réalisé des peintures qui ensuite étaient transformées en gravure… noir et blanc ! pour l’impression.

  • @Li-An :
    J’ai offert le Jones de Futuro et le fameux Idyl, plus complet, (et c’est pas fini) à une illustratrice qui bosse sur un de mes scénars (one shot BD). J’ai ces albums (et art books et comics … etc etc) de Jeffrey Jones et je propage la bonne parole.
    Jeff Jones est un Dieu … enfin … une déesse.

    • Alors est-ce que Idyl contient les histoires du Futuro ? En me baladant, sur le web et ses images, je confirme mon sentiment d’une certaine froideur, d’une pose un peu alambiquée.

  • Les Préraphaélistes aussi étaient alambiqués alors ? Parce que pour ma part on est dans le même univers mélant romatisme et fantastique, ode à l’antiquité et au moyen-âge… dans une sotre de nonchalence evanescente.
    C’est tout le charme d’un Jeff Jones.

  • On trouve difficilement plus tordu qu’un Préraphaélite ! :-) Un maniérisme fascinant et déprimant à la fois.

  • J’avais détaillé le contenu de « Jones 30/40 » dans BDOVORE :

    Histoires noir et blanc parues pour la plupart dans l’Echo des savanes/Special USA, dont : 22 pages d’Idyl (sur combien en tout ?), 4 grands dessins pleine page, « Co-incidence »; « Luce »; 1 page de croquis, et les 3 pages de l’histoire « Spirit of 76 ».
    Plus en 2eme et 3eme de couverture : « Notes pour une bio-bibliographie de jeff Jones, par Marc Duveau.

    Je ne sais pas si ça peut aider…

    • Oui, mais ça ne répond pas à la question qui était « Est-ce qu’Idyl contient des choses en plus du 30/40 ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *