Valloton au Grand Palais

Hier, c’était sortie cultu­relle à Paris. Donc juste un petit mot sur Félix Vallo­ton (1865 – 1925), peintre et graveur franco-suisse, qui semble n’en avoir fait qu’à sa tête. Les amateurs d’images connaissent plutôt ses xylogra­phies mais la surprise venait des peintures qui semblent avoir influen­cé pas mal d’illus­tra­teurs – sa peinture un peu plate rappelle les techniques à l’acry­lique. Diffi­cile de parler de tout car Vallo­ton était très éclec­tique ‑oscil­lant entre peinture soignée et délire très relâché – mais certains tableaux ont gardé une moder­ni­té impres­sion­nante.
Allez, je mets tout en vrac.

En bonus, il y avait Braque (1882 – 1963) et j’avoue que je me suis ennuyé assez profon­dé­ment. Toutes ces recherches étaient proba­ble­ment passion­nantes à leur époque mais ça ressemble plus à de l’His­toire de la Peinture qu’à autre chose à mes yeux de béotien. Aucun soupçon d’émo­tion à la vue de choses inertes et intel­lec­tuelles au possible. Pour le coup, Vallo­ton et ses cadrages qui rappellent le cinéma ou la photo­gra­phie d’aujourd’­hui faisait bien plus moderne.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *