Ungerer et les fantômes

Né en 1931, Tomi Unge­rer vient de nous quit­ter et ce sont les petits Alsa­ciens qui le pleurent le plus. Mes lec­teurs auront remar­qué que je n’ai jamais par­lé de lui aupa­ra­vant car son tra­vail était très éloi­gné de mes goûts de jeu­nesse. Je recon­nais évi­dem­ment son talent et sa créa­ti­vi­té (c’est un des pre­miers illus­tra­teurs fran­çais « modernes » qui s’exporte aux États-Unis et qui ose un dis­cours poli­tique) mais son gra­phisme d’une sim­pli­ci­té ter­ri­ble­ment effi­cace n’a jamais déclen­ché de crise d’enthousiasme chez moi.

Comme je ne peux pas faire décem­ment une illus­tra­tion pour lui rendre hom­mage, je vous pré­sente plu­tôt une suite de des­sins éro­tiques à base de fan­tômes dont le concept m’a tou­jours beau­coup amu­sé. Je ne sais pas si j’ai toute la série ici.

tomi-ungerer-fantomes-erotiques

tomi-ungerer-fantomes-erotiques-01

tomi-ungerer-fantomes-erotiques-02

tomi-ungerer-fantomes-erotiques-03

tomi-ungerer-fantomes-erotiques-04

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

3 commentaires

  • Joli choix (je crois qu’il en a fait quelques autres dans ce style).
    Il a tou­ché, lit­té­ra­le­ment, à tout ; en novembre-décembre der­niers, une expo­si­tion chez Mar­tel était cen­trée sur le ver­sant le plus sombre de son tra­vail.

  • Oui,très joli choix;je suis sur­pris de la réson­nance-média à l’annonce de sa disparition;il me sem­blait moins connu qu’un Searle,ou les tou­jours vivaces Quen­tin Blake,Ralph Steadman.J’étais pas­sé à côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *