The Art of Bruce Pennington

Je l’avoue, j’ai un faible pour les illus­tra­tions de Bruce Pennington, aux cou­leurs très chaudes, au desi­gn assez éton­nant et avec une pointe d’ornementations abs­traites qui me plaisent bien. Le site sui­vant est plus ou moins son site offi­ciel. Si vous appré­ciez son tra­vail, évi­tez de jeter un oeil sur la par­tie Vampires qui semble être son der­nier pro­jet et qui est catas­tro­phique.

comme une boule de flipper

une valse à toute seule

il manque une fille en string

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

10 commentaires

  • Qui croyait VRAIMENT,du coup,ici qu’on n’allait pas jeter un coup d’oeil sur la par­tie “Vampires”..?(Si j’avais aimé,j’aurai l’air fin)

  • Pareil. J’ai évi­dem­ment fon­cé voir les vam­pires. C’est pas du maso­chisme, mais moi aus­si j’aime bien le tra­vail de Bruce, alors for­cé­ment ça intrigue. Effectivement c’est .. hum pas­sons. Mais les illus de cet artiste sont assez inégales depuis long­temps, il me semble. C’est peut-être ça aus­si qui le rend si tou­chant. Il n’en demeure pas moins qu’il a pon­du quelques mer­veilles inou­bliables. Toute une époque …

    • J’ai un peu de mal à bien voir sa pro­gres­sion. C’est vrai que les illus­tra­tions pour des livres plus grand public sont assez fai­blardes. Au point que je me demande s’il n’a pas eu des pro­blèmes de san­té.

  • C’est vrai qu’on a du mal à croire que c’est fait par la même per­sonne. Je par­tage aus­si ta sus­pi­cion sur ses pro­blèmes de san­té.

  • Les images que l’on trouve médiocres, de la part d’un artiste qu’on aime par ailleurs, inter­rogent tou­jours. C’est nor­mal de s’y attar­der.

    D’autant que dans son cas, avant même de pen­ser à des sou­cis de san­té, c’est bien d’une dif­fé­rence cultu­relle entre la france et le monde anglo-saxon qu’il s’agit. Il y a dans l’art de Bruce Pennington quelque chose de ter­ri­ble­ment “sucré”, tota­le­ment bri­tish, qui nous séduit par cet exo­tisme là et qui, pous­sé à l’extrême comme dans ses cou­ver­tures très grand public, paraissent alors trop sucrées pour nous, jusqu’à l’écœurement. C’est trou­blant parce que je pense que d’une cer­taine façon ce qui nous déplait par moments dans son œuvre pro­vient pré­ci­sé­ment de ce qui nous le fait appré­cier à d’autres moments. La dif­fé­rence tient à peu de choses et nous semble évi­dente pour­tant. Mais je suis convain­cu que nombre de ses admi­ra­teurs anglais n’ont pas le même regard.

  • Je ne te suis pas dans ce sens: les cou­ver­tures en ques­tion me semblent man­quer de per­son­na­li­té et de ren­du tech­nique. Il se peut que les thèmes ne l’intéressaient pas (ain­si qu’une maquette pau­vrette) mais on peut quant même ima­gi­ner qu’il aurait pu don­ner un tra­vail plus inté­res­sant. Enfin, il vau­drait mieux lui poser la ques­tion, si on ose :-)

  • (Si on ose,oui!)
    Ce qui m’a tou­jours troublé,c’est un fort chouette des­si­na­teur bien aimé,qui a eu de gros pépins,lourde dépression,puis une fin choisie…Eeet…Et ça ne res­sent à aucun moment dans son travail,rien;pas un signe,pas un gros coup,une faille…Troublant,non?
    Quant à l’ami Bruce,on peut gen­ti­ment lui indi­quer qu’il pour­rait sans pro­bleme rejoindre les peintres de rue ins­tal­lés à Montmartre(Euh,c’est bien là?):Il est fin pret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *