Spectrum 12 (Cathy Fenner & Arnie Fenner – Underwoodbooks)


Tous les ans, Cathy et Arnie Fen­ner se démènent comme de beaux diables pour sor­tir ”the Best Contem­po­ry Fan­tas­tic Art”, concept fourre-tout qui regroupe des illus­tra­tions de SF, fan­tas­tiques, héroïques fan­tai­sies et n’importe quoi d’autre qui sorte un peu de l’ordinaire. En fait, le concept du bou­quin en limite la por­tée et dis­qua­li­fie légè­re­ment l’adjectif ”best”. En effet, les Fen­ner lancent chaque année un appel aux artistes pour qu’ils envoient leurs œuvres. Ensuite, un jury de pro­fes­sion­nels recon­nus votent à ”bul­le­tin secret” (c’est un peu plus simple et com­plexe à la fois) pour sélec­tion­ner les illus­tra­tions à publier et mettent en avant les deux meilleures dans chaque caté­go­rie ( publi­ci­té, livres, comics, scu­pl­tures, presse, ”ins­ti­tu­tion­nal”(?) et non publiés). On ima­gine très bien que beau­coup de très grands noms n’ont pas le cou­rage ou l’envie d’envoyer quoi que ce soit ce qui limite la por­tée de l’évènement (sans comp­ter ceux qui pour­raient ren­trer dedans mais qui ne connaissent pas le bou­quin, sur­tout hors des USA) mais du fait de l’ouverture d’esprit des Fen­ner, que leur car­net d’adresse soit bien rem­pli (ils tra­vaillent dans l’édition à ce que j’ai cru com­prendre) et de la bonne dis­tri­bu­tion de l’objet, chaque paru­tion de Spec­trum reste un grand moment dans le monde de l’illustration ”de genre”. De nom­breux fran­çais y par­ti­cipent (Man­chu fait même la 4° de cou­ver­ture cette année) et j’imagine que le nombre de par­ti­ci­pants est crois­sant.
Le livre est décom­po­sé à chaque fois de la même manière. D’abord un petit édi­to, une pré­sen­ta­tion du jury (cette année Jon Fos­ter, Irène Gal­lo, Ani­ta Kuntz, Karen Palin­ko, David Ste­ven­son et William Stout), une chro­nique très riche sur l’état du monde du gra­phisme de genre aux USA durant l’année écou­lée (où on suit la dégrin­go­lade régu­lière du mar­ché du comics notam­ment), un Grand Mas­ter Award (cette année H.R. Giger. Moe­bius l’a obte­nu en 2001) et enfin les œuvres dans l’ordre des caté­go­ries indi­qué plus haut . On ter­mine avec un index de tous les artistes publiés avec leurs coor­don­nées pro­fes­sion­nelles. Il y a 208 page en cou­leurs et cela fait un très bel ouvrage à un prix conve­nable (29,95 $ aux USA pour la ver­sion souple).
Cette année est un peu en retrait (à mon goût) par rap­port aux numé­ros 9 ou 10. Il faut être conscient que si tous les artiste publiés sont d’excellents tech­ni­ciens, il y a quand même énor­mé­ment d’œuvres ”pom­pières” dans le mau­vais sens du terme. À côté de cela, beau­coup de choses éton­nantes trouvent leur place et méritent le coup d’oeil et l’achat.
Pour ce numé­ro 12, j’ai choi­si une aqua­relle de Omar Rayyan, qui s’est spé­cia­li­sé dans les illus­tra­tions ani­ma­lières. Mon côté Mache­rot, sans doute…


clic l’image

Le site offi­ciel ici.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

4 commentaires

  • Trés belle aqua­relle mais ça me rap­pelle un autre illus­tra­teur de conte dont j’ai oublié le nom ;o(

  • Laure ou l’art de res­sor­tir les supers vieux trucs ;)Je ne connais­sais pas du tout ces art­books et ma fois je vais m’y pen­cher d’un peu plus près…En tous cas, c’est trés joli :)

  • C’est étrange que tu sois pas­sée à côté parce qu’ils sont bien dis­tri­bués en France. Le pro­chain en octobre (si tout va bien).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *