Serge Huo-Chao-Si et le point G

Serge Huo-Chao-Si, compagnon de route du Cri du Margouillat et dessinateur de la Grippe coloniale avec Appollo au scénario expose en ce moment au Blanc-Mesnil dans la banlieue parisienne des dessins autour du décès de sa soeur morte d’un cancer.

repos

sommeil

fin

L’exposition regroupe de nombreux artistes et vous pouvez lire une interview et visualiser des vidéos sur le site du webzine Point G qui se consacre au dessin en général.

Vous pouvez aussi lire la chronique de Hobopok sur cette exposition (plus rigolo).

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

5 commentaires

  • Il parait que ces dessins auraient choqué sa famille, ce que je n’arrive pas à comprendre.
    Si Serge peut faire son deuil de cette manière, il faut respecter son choix.
    Je comprends qu’un dessinateur ait besoin de « communiquer » avec une personne aimée via son dessin ; n’est-ce pas une manière de la garder avec/en soi pour l’éternité ?

    Je trouve cet hommage vraiment très émouvant.

  • Hum,, tu ne connais pas la culture de la communauté chinoise en Outre mer. Enfin, je dis, ça, je pense que la plupart des gens réagiraient de la même manière si un membre de la famille photographierait en continu la mort d’un proche. C’est juste que « ça ne se fait pas ». Le rapport à la mort est quelque chose de difficile et beaucoup préfèrent la discrétion et le silence. Serge a eu du courage d’aller au bout de son envie de mémoire (mais il n’en manque pas en général). Et cela peut donner l’impression aux autres qu’il leur vole leur part de chagrin… Sans compter qu’il va graver des souvenirs que l’on essaie justement d’oublier pour se concentrer sur les moments heureux. Pas facile…

  • Ce serait indécent de vouloir juger;comprendre serait bien difficile,car c’est comme vouloir justifier ou expliquer le pourquoi d’un suicide…Il y a aussi une part de courage dans la démarche de M.HUO-CHAO-SI;je suis presque certain que pour lui la question ne se posait meme pas;ces dessins sont une évidence,pas nécessairement un échappatoir,un prolongement instinctif de ses sentiments les plus profonds,les plus évidents.
    Ma seule réserve-mais c’est une opinion toute personnelle et que je ne demanderai jamais à partager-tient à l’exposition de ces dessins sensibles,prolongement de cette démarche louable et émouvante.

  • Comme vous tous, j’ai pensé qu’il fallait être courageux pour pouvoir entreprendre ce type de démarche. Je n’aurais jamais été capable d’en faire autant dans la même situation. Je suppose que les personnes vraiment habitées par leur art, éprouvent cette nécessité de rendre ce dernier hommage à ceux qu’ils ont aimés. Cela s’est vu par le passé avec de grands artistes et leurs amis proches. On peut se souvenir aussi des moules en plâtre réalisés sur le visage de défunts qui avaient marqué leur époque. Enfin, comme Julien, je suis étonné de son désir d’exposer ces dessins. Peut-être est-ce pour prolonger, et partager avec tous le souvenir de sa soeur?…

    Sinon, quel dommage de ne pouvoir visiter cette exposition. Du bien « beau monde » présent, avec notamment des anciens de renom.

  • Bien sûr qu’il n’y a personne à juger, de toute manière, nous voyons forcément cela d’un œil extérieur.
    Je suis personnellement plus choqué et écœuré lorsque je tombe parfois par hasard sur des « images choc » de Paris Match (par exemple) avec lesquelles des gens se font du fric sur le dos des morts en épatant les badauds …
    Mais là ça ne choque plus personne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *