Serge Huo-Chao-Si et le point G

Serge Huo-Chao-Si, com­pa­gnon de route du Cri du Margouillat et des­si­na­teur de la Grippe colo­niale avec Appollo au scé­na­rio expose en ce moment au Blanc-Mesnil dans la ban­lieue pari­sienne des des­sins autour du décès de sa soeur morte d’un can­cer.

repos

sommeil

fin

L’exposition regroupe de nom­breux artistes et vous pou­vez lire une inter­view et visua­li­ser des vidéos sur le site du web­zine Point G qui se consacre au des­sin en géné­ral.

Vous pou­vez aus­si lire la chro­nique de Hobopok sur cette expo­si­tion (plus rigo­lo).

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

5 commentaires

  • Il parait que ces des­sins auraient cho­qué sa famille, ce que je n’arrive pas à com­prendre.
    Si Serge peut faire son deuil de cette manière, il faut res­pec­ter son choix.
    Je com­prends qu’un des­si­na­teur ait besoin de “com­mu­ni­quer” avec une per­sonne aimée via son des­sin ; n’est-ce pas une manière de la gar­der avec/en soi pour l’éternité ?

    Je trouve cet hom­mage vrai­ment très émou­vant.

  • Hum„ tu ne connais pas la culture de la com­mu­nau­té chi­noise en Outre mer. Enfin, je dis, ça, je pense que la plu­part des gens réagi­raient de la même manière si un membre de la famille pho­to­gra­phie­rait en conti­nu la mort d’un proche. C’est juste que “ça ne se fait pas”. Le rap­port à la mort est quelque chose de dif­fi­cile et beau­coup pré­fèrent la dis­cré­tion et le silence. Serge a eu du cou­rage d’aller au bout de son envie de mémoire (mais il n’en manque pas en géné­ral). Et cela peut don­ner l’impression aux autres qu’il leur vole leur part de cha­grin… Sans comp­ter qu’il va gra­ver des sou­ve­nirs que l’on essaie jus­te­ment d’oublier pour se concen­trer sur les moments heu­reux. Pas facile…

  • Ce serait indé­cent de vou­loir juger;comprendre serait bien difficile,car c’est comme vou­loir jus­ti­fier ou expli­quer le pour­quoi d’un suicide…Il y a aus­si une part de cou­rage dans la démarche de M.HUO-CHAO-SI;je suis presque cer­tain que pour lui la ques­tion ne se posait meme pas;ces des­sins sont une évidence,pas néces­sai­re­ment un échappatoir,un pro­lon­ge­ment ins­tinc­tif de ses sen­ti­ments les plus profonds,les plus évi­dents.
    Ma seule réserve-mais c’est une opi­nion toute per­son­nelle et que je ne deman­de­rai jamais à partager-tient à l’exposition de ces des­sins sensibles,prolongement de cette démarche louable et émou­vante.

  • Comme vous tous, j’ai pen­sé qu’il fal­lait être cou­ra­geux pour pou­voir entre­prendre ce type de démarche. Je n’aurais jamais été capable d’en faire autant dans la même situa­tion. Je sup­pose que les per­sonnes vrai­ment habi­tées par leur art, éprouvent cette néces­si­té de rendre ce der­nier hom­mage à ceux qu’ils ont aimés. Cela s’est vu par le pas­sé avec de grands artistes et leurs amis proches. On peut se sou­ve­nir aus­si des moules en plâtre réa­li­sés sur le visage de défunts qui avaient mar­qué leur époque. Enfin, comme Julien, je suis éton­né de son désir d’exposer ces des­sins. Peut-être est-ce pour pro­lon­ger, et par­ta­ger avec tous le sou­ve­nir de sa soeur?…

    Sinon, quel dom­mage de ne pou­voir visi­ter cette expo­si­tion. Du bien “beau monde” pré­sent, avec notam­ment des anciens de renom.

  • Bien sûr qu’il n’y a per­sonne à juger, de toute manière, nous voyons for­cé­ment cela d’un œil exté­rieur.
    Je suis per­son­nel­le­ment plus cho­qué et écœu­ré lorsque je tombe par­fois par hasard sur des “images choc” de Paris Match (par exemple) avec les­quelles des gens se font du fric sur le dos des morts en épa­tant les badauds …
    Mais là ça ne choque plus per­sonne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *