Plein de couvertures du New Yorker

Le New Yorker a été fondé en 1925 et est devenu une référence dans la presse états-unienne pour la quali­té de ses journa­listes et de ses textes. Une de ses tradi­tions, c’est la couver­ture illus­trée. On peut consi­dé­rer que seul le gratin mondial du graphisme – d’un certain graphisme – est digne de figurer en couver­ture du New Yorker. Sempé, Mattot­ti ou Blutch sont quelques noms épars parmi tant d’autres.
De nombreux ouvrages ont été publié – et même des DVD – sur la partie graphique du magazine mais j’igno­rais qu’il existait un site qui permet de voir l’inté­gra­li­té des couver­tures

new-yoker-2014-peter-de-seve
Peter de Seve
Rea Irvin
Rea Irvin
new-yorker-peter-arno-1929
Peter Arno
new-yoker-2014-swaarte
Joost Swarte
new-yoker-2014-01-mattoti
Mattot­ti

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

4 commentaires

  • Oui,d’une certaine façon,tout un pan (trés large) d’illus­tra­teurs est écarté du fameux cercle.On va pas bouder;surtout vu la quali­té de l’élite,une élite pleine de vraies surprises et de choix.Sacré Peter Arno,il raconte ma vie,sous mes yeux en croix..!

    • Ouahou, tu as fréquen­té les boîtes à la mode des années 30 :-) ? On remar­que­ra que Peter de Seve n’a pas le graphisme ”à la mode” qu’on attend de ces couver­tures.

    • J’ai pensé à toi : il paraît que les correc­teurs du New Yorker sont connus pour leur intran­si­geance. Perso, je travaille sur une couver­ture de l’ Albijo­ha­ni­cien, une presti­gieuse revue locale – c’est une blague.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *