Mystery Leagues Plus

Myste­ry Leagues Plus est une petite collec­tion anglaise de romans policiers des années 30. Les couver­tures créées par ArthurGene Hawkins (mais pas en même temps) sont d’une sobrié­té et d’une élégance rare que l’on aimerait revoir un peu par chez nous.

3303181914_be918fc94f_o

3303167646_b384bfec68_o

3303975209_3e9c76f0cf_o

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

12 commentaires

  • Assez étonnant. C’est quasi­ment du travail d’affi­chiste. On pense aussi au Bauhaus, à la gravure sur bois, à Folon, tout ça dans la…foulée. Plus des lettres un peu pop art des 60. C’est net, c’est franc, massif, beau quoi. Enfin c’est qu’est-ce que je pense.

  • Oui, c’est carré­ment de l’affiche. En farfouillant sur le Flickr du bonhomme, on trouve d’autres couver­tures de romans policiers dans le même genre qui devait être assez à la mode à l’époque.

  • C’est triste à dire mais on peut trouver ce meme impact,cette force dans nombre d’affiches de propa­gande de années 30/40;c’est assez logique du reste,que certains artistes aient été choisi en vue de ”séduire”(et là on pourrait dévier sur les auteurs bd qui ont formé un petit groupe pour un journal approu­vé par le nazisme:Ils étaient talen­tueux et c’était ‑bien qu’exempt de propa­gande-aussi et beaucoup de la collaboration)…Sinon,l’oeuvre des HAWKINS est-elle l’illus­tra­tion d’un mouvement,d’une école?Je pense à Marcel Gromaire,par exemple…
    ”il faut se laver les mains”:Trés trés drole.

  • @julien : d’un autre côté, il n’y a pas de raison objec­tive pour qu’un artiste qui ait des idées politiques pourries soit obliga­toi­re­ment un mauvais artiste. Je n’aime pas l’idée contem­po­raine que l’on se fait de l’artiste qui aurait obliga­toi­re­ment raison, qui serait capable de faire les bons choix à chaque moment… Une espèce de sage prophé­tique.
    Je pense que leur travail est issu en effet du moder­nisme, futurisme et autres ‑ismes de l’époque. On voit bien qu’Hergé travaillait dans cette même optique.

    @Hobopok : simpli­ci­té et élégance traver­se­ront les âges en ricanant.

  • LI AN:Ah,mais justement,j’excluais de mon propos les ”carica­tures” outran­cières et/​ou antisémites,et je visais des propos plus ”neutres”(mais dont l’existence-bd,affiches…-est déjà en soit un engage­ment sinistre).Et je ne suis pas certain de leurs idées abjectes ancrées en eux(cela me parait pire encore:)mais d’un oppor­tu­nisme absolu et…Décomplexé.
    Je remarque aussi combien le roman policier,avant l’emploi de la photo que chéris­sait un Simenon par exemple,fut un nid remar­quable de ces talents là,parfois trés novateurs comme tu le montres ici.

  • Moi non plus, je ne pensais pas à la carica­ture engagée :-). Mais je le répète, je ne crois pas trop à l’omni­science de l’Artiste.
    Le décalage de ces images vient aussi du fait que l’on associe mainte­nant ce genre d’his­toires avec un décor très daté, Hercule Poirot, etc… alors que ces gens présentent ça comme quelque chose de moderne (ce qui était le cas d’ailleurs). On retrouve la même chose avec l’édi­tion SF qui était capable de recherche et d’inno­va­tion et qui retourne vers quelque chose de plus classique (voire pompier quelque fois). J’aime bien aussi cette approche figura­tive mais la SF peut se permettre de la moder­ni­té visuelle.

  • Je croyais que tu parlais du graphisme, Totoche… Euh, en fait, je suis perdu. À quoi fait référence, ce ”cf” ?

  • Aux grands artistes qui n’ont pas forcé­ment été aussi inspi­rés en politique. (les Nazis étaient plutôt sympa­thiques aux yeux d’Emil Nolde. Heureu­se­ment pour lui, ce n’était pas réciproque.)

  • Sur un autre chapitre, être artiste à l’époque, dans le Reich, ne devait pas forcé­ment être une évidence non plus… Il y aurait matière à discu­ter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *