Michel Casarramona




Michel Casarramona réa­lise notam­ment des affiches séri­gra­phiées pour concert rock et elles sont magni­fiques (et trop chères pour moi). En fait, j’ai envie de savoir des­si­ner comme ça.
Le site http://​www​.casar​ra​mo​na​.ch/

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

15 commentaires

  • Oui oui, je connais­sais le tra­vail de Ryden, mais c’est typi­que­ment le genre de type qui que j’hésite à mettre sur le blog. C’est plu­tôt de la pein­ture que de l’illustration et si je com­mence, j’en ai une tétra­chiée à chro­ni­quer vu qu’il appar­tient à un mou­ve­ment qui est très actif en ce moment.

  • Oui et non. Dans le cas de Ryden et ses aco­lytes, l’inspiration et la thé­ma­tique sont en géné­ral basés sur les réfé­rences à une pop culture très US ( Disney, fan­tasmes urbains , séries télés etc…) alors que Verlinde (comme Roosevelt ou d’autres) sont dans une tra­di­tion pic­tu­rale qui passe par Dali ou Magritte. Je parle de l’esprit de la chose. Du point de vue pure­ment tech­nique, ces deux peintres sont des réfé­rences pour les deux cou­rants (le grand père com­mun étant cer­tai­ne­ment Bosch). C’était Li-An qui par­lait d’un sujet qui lui échappe à savoir l’histoire de la pein­ture.

  • Li-An, je suis sûr que tu es capable de des­si­ner aus­si bien que Casarramona.
    (Et puis arrête de te faire du mal ou je t’appelle Cali-an-méro ! )
    Je ne connais­sais pas ce des­si­na­teur, et ce qui me séduit dans ses images ce n’est pas tant le des­sin que le mélange gra­phique et l’usage qu’il fait de la cou­leur.
    Le résul­tat “moderne vin­tage” ne peut que séduire l’amoureux des cou­ver­tures, de pulps ou de romans de gare, que je suis. Merci !

  • En effet, son tra­vail de cou­leur très brut de brut donne un côté pulp, je suis tout à fait d’accord (et les filles ont elles mêmes un look très 60/70s, ce qui accen­tue le phé­no­mène).

  • C’est bien le “côté” Bosch qui m’a fait tilt, avec notam­ment l’aspect ani­mal et monstres divers qui appa­raissent chez les deux, mais aus­si le four­mille­ment de détails et la façon très fouillée de décrire les choses par la pein­ture. (C’était la minute indis­pen­sable de mon­sieur “pap­py”) En tout cas, cha­peau à tous les deux, les trois… enfin, tous ceux qui nous font ain­si rêver.

  • N’ayant pas de “for­ma­tion artis­tique” , l’ignare que je suis a tou­jours eu du mal à tra­cer la fron­tière entre l’illustration et la pein­ture …

    Son cer­veau, rava­gé par la lec­ture de petits Mickeys depuis trop long­temps déjà (sa mère l’avait pour­tant pré­ve­nu) , com­mence à sur­chauf­fer.

    Soudain une hypo­thèse de dingue jaillit :
    “Putain, quand même, Ryden on dirait trop un peintre qui fait de l’illustration” ! Le truc de ouf ! ).

    Suivie immé­dia­te­ment du contre-coup fatal ! :
    “Et meeeerde … Glen Barr, Ashley Wood, Dave Cooper … Je les mets dans quoi main­te­nant ? C’est malin ! C’était déjà le bor­del dans ma biblio­thèque, v’là qui viens m’embrouiller dans ma tête, l’autre ! ”
    Que ne suis je res­té à la lec­ture des “Tuniques bleues” et autres “Achille Talon” ! Li-An, tu fais chier ! ;-)))

    Une bonne âme pourrait-elle donc m’expliquer une fois pour toute la dif­fé­rence entre illus­tra­tion et pein­ture ? Merci !
    (Ben quoi, y’en a bien qu’on pas honte de deman­der qui est George Best, sui­vez mon regard !

    Oui, bon, ça va, je sors !

  • C’est rigo­lo, dans le der­nier Spectrum, je viens de lire le papier de Arnie Fenner qui pousse une gueu­lante contre un “concur­rent” qui fait, lui, la dis­tinc­tion entre illus­tra­teurs et artistes. Il rap­pelle que si on peut défi­nir comme illus­tra­tion une oeuvre de com­mande pour un sup­port média­tique, l’histoire de l’Art est pleine d’illustrations qui sont consi­dé­rées comme des chefs d’oeuvre de la pein­ture (les Artistes étant, par oppo­si­tion, de purs esprits créant à par­tir de rien une oeuvre éblouis­sante qui mets en lumière leur per­son­na­li­té propre et rare). Bah, moi je m’en fiche un peu “y’a ce qui me plaît et ce qui me plaît pas”. Déjà que dans la BD y’a ceussent qui en font, ceux qui font de la Bande Dessinée, ceux qui font du roman gra­phique et ceux qui pensent que les autres font de la m… Ça ne fait guère avan­cer les albums…

  • Merci, mon cer­veau était arri­vé à peu près à la même conclu­sion (après une bonne nuit répa­ra­trice quand même !).
    Ce que j’apprécie ici, c’est qu’il n’y a pas d’à prio­ri et sur­tout que la “fron­tière” que j’évoquais plus haut reste bien floue … voire n’existe pas !
    Pas besoin de test ADN pour que les illus­tra­tions, pein­tures et autres bandes des­si­nées puisse figu­rer sur ce blog.

  • Ah si, j’ai plein d’a prio­ri. Par exemple –cen­su­ré– est un cré­tin fini qui ne sait même pas des­si­ner alors que je n’ai rien lu de lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *