Mezzo chez Picsou

Peut-être utili­sez vous le service de ”favoris” de ce blog qui apparait après chaque billet et qui permets de garder en mémoire une page parti­cu­lière. J’ai été surpris de voir dans le top 5 débar­quer le nom de Mezzo. J’ai déjà parlé de son travail de à l’occasion d’un très joli petit livre qui repre­nait notam­ment ses hommages à Carl Barks/​fausses couver­tures dans le beau magazine Picsou. J’adore quand un auteur consi­dé­ré comme ”pointu” ou ”diffi­cile” s’empare de thèmes très grand public… Un site reprend la totali­té (?) de ces travaux et ça mérite un petit coup de projec­teur.

en plus c'est de saison

bad luck for the duck

amour toujours

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

14 commentaires

  • C’est trés beau,et ne se voulant pas ”malin” dans le sens perni­cieux ou cynique quant à l’oeuvre qu’il aborde​.Et puis(je me gourre peut etre com-plé-te-ment)il y a un bonheur de dessiner,de réali­ser ses pudiques fantasmes de gosse:Dessiner du ”mickey”.Claude Marin avouait sa naive et assumée joie de ne faire que ça.Mosquito a publié un beau livre de MEZZO.On n’est pas à l’abri d’un recueil des dits-dessins que tu présentes là..?Et puis c’est bien de parler de MEZZO.

  • Oh,tiens.Les m^mes MOSQUITO qui vont publier du Wasterlain(Aaaah!),récent(Ooooh…).Etonnant mais peut etre une chouette surprise;hein?(Pardon de la digres­sion)

  • Du Waster­lain récent ? J’avoue que je ne sais plus trop à quoi m’attendre…
    Le livre en question reprend des images Picsou et du coup je ne pense pas que l’ ”intégrale” soit publiée rapide­ment.
    Bon, dessi­ner du Mickey, ça va un moment mais il faut le faire à haute dose et alors là, bonjour…

  • Dans mes tablettes je ne vois rien de récent à venir de Waster­lain par contre il ya en prévi­sion chez Pan pan édition l’intégrale de Bob moon et Titania prévue pour le 8/​10/​2009 mais pas encore dispo ?
    Pour Mezzo je ne retrouve pas sa ”patte” dans tous les hommages présen­tés le ”Miss Daisy ” est lui fort réussi !

  • Voilà une nouvelle intéres­sante… Sur le site de Mosqui­to, le Waster­lain est bien annon­cé mais ils n’ont pas de couver­ture. Ça va être cher, ce Peter Pan ?
    Pour ce qui est de Mezzo, c’est sûr que ce n’est pas tout à fait son univers mais on recon­nait des choses dans les couleurs, dans la technique…

  • C’ est génial ce côté ” pompier qui fout le feu ” !
    On s’ apper­çoit qu’ un univers fort et resser­ré comme celui de Picsou (à l’ instar de Batman par ex.) se prête à de multiples variations/​déclinaisons.
    A noter aussi l’ ouver­ture édito­riale que je ne saurais suspec­ter d’ être unique­ment commer­ciale ou oppor­tu­niste ; les choix étant souvent judicieux, pointus voire osés (des Dirs Art’ geek ?); d’ une licence que l’ on prétend (à tort à mon avis)frileuse.

  • Le magazine Picsou a eu quelques bonnes années, réédi­tant de grands classiques et invitant des auteurs à faire des choses plus décalées. Je ne sais pas si ça se poursuit encore…

    • C’est moins visible qu’au temps de Coin Coin, mais Picsou fait toujours bosser des dessi­na­teurs alter­na­tifs ; Pierre Ouin et Laurent Van Beughen illus­trent les jeux, Franky Baloney (Felder) et Cizo présentent le dossier du mois. Ah, ils ont aussi un jean-foutre qui leur écrit des textes :

  • Waster­lain… :
    j’ été voir sur inter­net les dessins de l’ expo. Au début on se dit ”Merde, ce mec sait plus dessi­ner ! Et qu’ est ce que c’ est que ces couleurs ? ” Puis, en y regar­dant de plus près je trouve qu’ il est au contraire arrivé à un détache­ment vis à vis du ” beau dessin” une effica­ci­té réelle dans la repré­sen­ta­tion (la mer, les matières…), une retrou­vaille avec un traité enfan­tin auquel je crois rèvent tous les dessi­na­teurs (entre autres objec­tifs secrets/​inconscients à la base de leur envie de dessi­ner) et la saine absence de crainte de l’ utili­sa­tion imita­tive voire kitch de la couleur. Comme quoi on peut se tromper, changer d’ avis et qu’ il faut des fois se méfier de sa première impres­sion…
    Je crois donc en fait que contrai­re­ment à ma première impres­sion il n’ a jamais été aussi bon dessi­na­teur, s’ étant détaché de la virtuo­si­té, du ”regarde comme j’ dessine trop bien !” pour rentrer dans le dessin langage ? Ce qui n’ empêche nulle­ment le plaisir du dessi­na­teur.
    J’ ai souvent été dubita­tif vis à vis de son évolu­tion graphique (par excès de nostal­gie de l’ époque, du dessin, de l’ encrage et de la poétique folle de Dr Poche) mais je pense qu’ il est avant tout un racon­teur d’ histoires, que le dessin n’ est pour lui que l’ un des moyens d’ arriver à ce but et qu’ il a peut-être rééqui­li­bré le dosage dessin-autres médiums. Il faut aussi recon­naitre que la produc­tion de ”beaux dessins” prend parfois beaucoup de temps et que des fois lorsque l’ on dessine on rève d’ un ”dessin-écriture” qui nous permet­trait de coucher sur papier plus vite nos idées (voir l’ évolu­tion de Pratt par ex. ou le dessin d’ un Authe­man, je ne parle­rais pas des gars de l’ Assoc’ parce qu’ ils trustent exces­si­ve­ment le côté soi-disant respec­table de la BD, ”la guerre d’Alan” ne m’ a pas du tout fait envie et je ne pense pas que ce soit plus perti­nent qu’un Jeannette Pointu qui avait en plus le mérite de s’ adres­ser à des enfants/​jeunes qu’ elle pouvait prétendre éveiller à la géopo­li­tique)
    Quand on regarde en plus toute sa produc­tion on ne peut que saluer en lui un auteur majeur de sa généra­tion à la charnière des grands anciens et des modernes. Sa mise à jour perma­nente et pas du tout oppor­tu­niste prouvent sa capaci­té d’ artiste à réagir en perma­nence à l’ évolu­tion du monde qui l’ entoure et de sa grande capaci­té de création.
    Peut-être est-ce dû aussi au fait que Waster­lain n’ est artis­ti­que­ment pas que dessi­na­teur…

  • Ce qui me gène pour le moment chez Waster­lain, c’est qu’il ne raconte pas vraiment des histoires passion­nantes ces derniers temps au point de bégayer un peu. Je regrette aussi le temps où il réflé­chis­sait sur son dessin. Peut-être pourrait-on faire un compa­ra­tif avec Mache­rot pour lequel la dernière partie de son oeuvre est remise à l’honneur par de nombreux jeunes auteurs ? Mais les histoires étaient très étranges…
    Quant à La guerre d’Alan je n’ai jamais accro­ché.

  • Je suis trés étonné de vos réticences quant à LA GUERRE D ALAN..!Avec LE PHOTOGRAPHE ce sont les livres qui m’ont récon­ci­lié avec la BD…Est-ce qu’un HERGE ne tendait pas vers cette maturi­té là..?Pour Wasterlain,les réflexions d’ORALIK sont trés pertinentes;quand l’auteur de Jeannette Pointu rejoint Sfar ou Autheman…Y a du vrai,mais la mise en couleur à la ”regarde mes dégradés”ont tendance à noyer cette ”beauté” parfois oui proche des derniers Macherot.Mais LI AN a bien raison:Ce dessin ne sert plus aucun propos,aucune histoire véritable.Wasterlain avouait combien le dessin lui a toujours été pénible et combien ce charme fou de KARABOUILLA,L ILE DES HOMMES PAPILLON,LE DRAGON VERT(…)n’avaient rien de naturel​.Sa santé,ses ennuis ont eu raison de ce trait mais l’imagination,alors..?Etonnant aussi comment Waster­lain a pu pecher parfois par un lourd et gauche didac­tisme dans quelques JEANNETTE lui qui mélait si bien la documen­ta­tion avec un gout pronon­cé pour le roman,la fiction…Un peu comme si Romain Gary s’était mis à pondre du (au choix).

  • Je connais en effet plein de gens très biens qui ont eu un coup de foudre pour Le photo­graphe mais rien à faire, je ne rentre pas du tout dans le dessin de Guibert qui me frigo­ri­fie. Je me contente d’admirer la quali­té graphique et narra­tive. En fait, je le préfère large­ment en tant que scéna­riste :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *