Max Klinger (Nicolai)

Lors de mon périple new-yorkais, je suis passé par la Neue Galerie, un petit musée consacré à l’Art germano/austro/hongrois entre 1870 et la Seconde Guerre Mondiale approximativement. On y voit en collection permanente quelques Klimt, des meubles et vaisselle Art Moderne et il y a une exposition temporaire (malheureusement pour nous, c’était Kokoschka et il faut se le farcir). Comme pour le musée Guggenheim, il faut donc tomber sur la bonne expo temporaire pour ne pas trouver ça un peu court. La Neue Galerie propose aussi un café très couru (le seul à la ronde sur le Museum Mile, c’est à dire là où sont parqués tous les grands musées new-yorkais) et une librairie d’art. C’est là-bas que j’ai feuilleté ce gros pavé de petit format allemand en me disant si c’était une bonne idée de se trimballer un bouquin au prix import à l’époque d’Internet. En effet, il était bien disponible sur Am…de.
Max Klinger (1857-1920) est un artiste multi cartes symboliste qui a aussi influencé les surréalistes. Son travail est assez étonnant puisque la facture est très classique mais les images peuvent être très étranges. Tardi a reconnu que son ptérodactyle d’Adèle Blanc-Sec est directement issu de la gravure que je vous mets ci-dessous. Elle est tirée d’une suite de gravures comme il en a beaucoup fait et qui sont l’objet du bouquin en question. Celle du gant est une rêverie amoureuse fétichiste pas loin de l’écriture automatique (et j’aime ça). Dommage que le format des reproductions soit un peu petit. Vous pouvez aussi les trouver chez Dover pour ce qui est des plus connues.

c'est encore loin l'Amérique ?

la vraie vie sauvage

klinger03

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

5 commentaires

  • Ah mince;t’es vache avec KOKOSCHKA…Boh,moi je préfère Schiele mais ça n’est pas le sujet…Dites;la dernière image ne vous rappelle pas(du pied,et fortement)une case,un style d’un certain Giuseppe B.que dessinait un certain Milo M.?
    Le travail de gravure(Eau-forte,non?)est proche du sublime;c’est un bonheur que de se pencher longuement sur cette approche.On peut parier que Franquin revait de se joindre à cette « patte » là avec ses idées noires,aboutissant alors le plaisir jouissif du dessin.

  • c’était pas Alfred Kubin le premier à avoir fait ce ptérodactyle en rase-motte, qui a inspiré Tardi? J’ai souvenir de l’avoir vu sur un de tes anciens billet…

  • @Julien : il adorait le travail de Doré notamment.

    @Boyington : naon, Kubin a inspiré la statue silencieuse qui n’a été vue que dans des planches d’essai. Kubin était aussi fan du travail de Klinger.

  • Doré:Oui,c’est vrai;il a été abondemment publié dans la presse,les journaux et livres pour « enfants » et Dieu sait combien un gamin peut etre marqué au fer rouge par ces premiers « émois » artistiques.

  • Mais on ne le voit plus de nos jours (sauf peut-être en affiche). Bizarrement, les États-Uniens semblent plus intéressés par son travail de nos jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *