Manolo Prieto

Manolo Prieto est un artiste espa­gnol (1912–1991) qui a tou­ché à tout (illus­tra­tion, publi­ci­té, pein­ture…). J’ai beau­coup aimé la série de cou­ver­tures d’ouvrages fan­tas­tiques pro­po­sée par Eldesvandelabuelito: une sim­pli­ci­té de cou­leurs et de formes qui sortent de l’ordinaire. Et une très belle maquette, il faut bien l’avouer.

croque monsieur

le jeu d'une seule erreur

encore le Colonel Moutarde

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

17 commentaires

  • Et c’est pas tout, voilà-t-y pas que j’apprends sur son site que c’est Manolo Prieto l’inventeur la fameuse sil­houette de toro aux grosses cou­cou­gnettes qui bor­dait les auto­routes espa­gnoles (cf Jamon jamon).

  • C’était com­ment déjà le titre de ce film, en noir et blanc me semble-t-il, qui se dérou­lait aux abords du fameux toro noir, posé en haut de sa col­line espa­gnole, avec les ébats amou­reux de per­son­nages assez typés? A l’aide, je perds la mémoire (en plus des tifs, euh… des che­veux, par­don Hobopok)

  • Bon, j’ai retrou­vé la mémoire, mais pas les che­veux, “Jamon, jamon” de Juan José Bigas Luna. Avec P. Cruz. Merci Saint Gougueule. Par contre c’est en cou­leurs, et je croyais le film plus ancien…

  • Jamon Jamon” excellent film ! Assez éro­tique d’ailleurs ( si mes sou­ve­nirs son bons ;)
    et le tau­reau au bord des routes espa­gnol oui je me sou­viens ! sou­ve­nir , sou­ve­nir !

  • OK pour Amandine, mais j’espère que le CD est plus embal­lant que son titre en direct… Le pire c’est que je dois attendre le 20 du mois pour l’écouter (mon anniv…)
    La finale de la nou­velle star c’est sans moi: ces cons ont éli­mi­né Camelia-Jordana! Et ce qui reste, fatch!!!(pardon Hobopok, “mince ou zut!”) Comment? Ah c’est un billet sur Manolo Prieto! Ah bon déso­lé! Faut dire c’est Li-An qui m’a rebran­ché hein.
    Li-An il faut voir “Jamon jamon”. Comment?…, débrouille-toi (la média­thèque d’Orléans par exemple). Vois comme le film a trou­blé Olivier d’ailleurs. Il en devient singe :-)

  • Cet Olivier se trouble faci­le­ment… Bon, allez, un nou­veau billet pour chan­ger de sujet de conver­sa­tion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *