Lucien Laforge

Lucien Laforge (1889-1952) était un illustrateur engagé qui n’a jamais eu de succès en tant que peintre et qui a travaillé en grande partie pour la presse de gauche. Il revient à la mode avec son trait moderne quelque fois presque suggestif avec la publication récente d’un abécédaire (La Mercurie) et d’un recueil de contes de Perrault (Albin Michel). Mais il aura fallut que Ma galerie à Paris fasse un billet consacré aux Guetteuses de nuit pour que je me décide à faire ce petit billet.

lucien-laforge_02

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

8 commentaires

  • Evidemment,je vais citer l’Italien ALTAN,facilité,qui l’a peut être lu,vu abondamment;mais on perçoit bien combien Lucien Laforge jette ici en traits les bases d’un mouvement,d’aspiration d’une oeuvre de peintre…On voudrait toujours un petit apport;savoir ce qui trottait dans la tête d’un artiste,en son époque.Mais le savons-nous pour nous…

  • Au risque de paraître répétitif (et monomaniaque), voici encore un auteur découvert dans Charlie Mensuel (numéro d’avril 1976). Wolinski le présente ainsi: « Lucien Laforge 1889-1952. Un grand ancêtre, un grand pessimiste. S’il avait vécu un peu plus longtemps, il nous aurait donné un coup de main à Charlie Hebdo. Dommage ! ». Le numéro publie l’intégralité de son « Film 1914 », « célébration sarcastique de la toute récente guerre, à laquelle une calligraphie expressionniste e la déformation systématique des certains mots donnent le ton d’un pamphlet dadaïste ».

    Un extrait de ce film:
    -L’armistice: nous sommes foutus!
    -Que voulez-vous, il fallait bien en arriver là!!
    -Oui mais le plus tard possible!!!
    -Maintenant il faudra attendre au moins dix ans POUR REMETTRE CA

    Visionnaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *