L’Odyssée d’Homère par Sir William Russell Flint

Sir William Rus­sell Flint (1880 – 1969) est un artiste écos­sais connu pour la qua­li­té de ses aqua­relles pleine de cou­leurs enso­leillées. Visi­ble­ment, il a ter­mi­né sa car­rière en pei­gnant moultes demoi­selles désha­billées, un grand clas­sique pour les peintres figu­ra­tifs du XX° siècle semble-t-il… Quoiqu’il en soit, The Pic­to­rial Art pro­pose les repro­duc­tions de ses illus­tra­tions pour l’Odyssée et ça vaut le dépla­ce­ment.

gaffe, il est tout nu

il faudrait du 44

on n'est jamais tranquille à la plage

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

2 commentaires

  • A LIRE ABSOLUMENT !

    « Ques­tions Homé­riques ». Un recueil de presque 1200 pages de com­men­taires les plus inté­res­sants sur l’œuvre d’Homère, prin­ci­pa­le­ment orien­tés vers le sens phy­sique et théo­lo­gique de ses poèmes.

    Des com­men­taires tout à fait inédits, et aus­si variés que les époques dont ils sont issus, Cor­nu­tus, Héra­clite, Plu­tarque, Por­phyre ou Pro­clus le Dia­doque, Eustathe, Tzet­zès, Mat­thieu d’Éphèse, Chris­tophe Can­to­léon, Hypo­lite de Rome, et Michel Psel­los, sans oublier l’exégèse alchi­miques avec P. le Bon, O. Bor­ri­chius, J. Bra­ces­co, L. Cat­tiaux, J. Char­tier, J. Chry­sippe Fanien, A. Cnoef­fel, C. Del­la Rivie­ra, J. Dorat, R. Duval, J. d’Espagnet, Fabre du Bos­quet, Géber, Claude Ger­main, Th. De Hoghe­lande, J. Isaac de Hol­lande, Frère Home­rus, G. John­son, D. Lagneau, H. de Lin­taut, Pseu­do-R. Lulle, M. Maïer, G. Men­nens, J. De Monte-Sny­der, Orthe­lius, Pan­ta­léon, Para­celse, A.-j. Per­ne­ty, J. Pic de la Miran­dole, J. Reu­chlin, Ser­vius, J. De Sponde, B. Valen­tin, Th. Vau­ghan, B. de Vige­nère, Denis Zachaire et Emma­nuel d’Hooghvorst.

    » En emprun­tant à Por­phyre, pour inti­tu­ler ce flo­ri­lège, l’expression « ques­tions homé­riques », nous enten­dons lui rendre son titre de noblesse. Il ne s’agit pas tant de savoir si l’Iliade et l’Odyssée sont l’œuvre d’un seul poète ou de plu­sieurs, ni si le nom d’Homère s’applique à un per­son­nage his­to­ri­que­ment exis­tant ou non, que de per­ce­voir l’intention de l’auteur dans tel vers ou tel pas­sage. »

    Tra­duc­tion de Hans van Kas­teel, émi­nent phi­lo­logue et spé­cia­liste en langues anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *