Leporello (Joost Swarte – Glénat)

swaarte-leporello-couv

Vous le savez peut-être mais les édi­tions Glé­nat ont inves­ti un ancien couvent du centre ville de Gre­noble (le port d’attache his­to­rique des édi­tions) com­plè­te­ment réno­vé et Jacques Glé­nat a deman­dé à Joost Swarte de réa­li­ser de nou­veaux vitraux pour l’édifice. Cette année, le couvent Ste Cécile héberge une grande expo­si­tion de l’oeuvre du Batave jusqu’au 16 avril 2010. Lepo­rel­lo est le cata­logue asso­cié à l’expo, par­cou­rant qua­rante années de car­rière d’un illustrateur/auteur de BD dont la ligne claire joue avec les idées visuelles. Si je regarde avec assez de sus­pi­cion une ligne claire nos­tal­gique et tirant vers le clas­sique, celle de Swarte m’a tou­jours enchan­té, flir­tant avec l’abstraction chère à Her­gé. Un beau livre avec plus de 340 images et planches qui m’a un peu sur­pris chez un édi­teur peu connu pour ce genre d’ouvrages.

tête de majuscule

rock photo

pêche à la note

Com­plé­ment : le livre est un fait une réédi­tion – l’original a été publié par l’éditeur alle­mand Edi­tion 52.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

15 commentaires

  • On peut dire ça comme ça mais à mon avis le sys­tème de la ligne claire est tou­jours valable et je ne serais pas sur­pris d’une remise au goût du jour…

  • Mais d’abord qu’est que la ligne claire ? :)

    On en voit pleins de lignes claires non ? : un des­sin defi­ni par un trait noir simple et une mise en aplat a l’interieur .

    Juillard , Dodier , et d’autres font de la ligne claire non ?

  • Je parle ici de la ligne claire Her­géenne tel qu’on l’entendait dans les années 80. J’ai déjà abor­dé ce pro­blème et je suis d’accord avec toi mais je parle de la tra­di­tion her­géenne ici (quelque chose de non réa­liste).

  • Voi­là un album que je ne vais pas rater (je suis un fan abso­lu de Swarte). Sinon, il ne faut pas trop médire de Glé­nat. Il publie quand même par­fois de beaux albums ;-)

  • Il y a le beau livre « Swarte : Hors col­lec­tion » publié chez Futu­ro­po­lis pen­dant les années 80. Il y a eu aus­si le petit cata­logue « Pla­no » un peu plus tard. Je sup­pose que ce nou­vel « art-book » com­plète les deux autres.

  • Il y a cer­tai­ne­ment des dou­blons, mais je ne pense pas qu’il y en ait tel­le­ment. Swarte a pro­duit beau­coup de choses depuis 20 ans. C’est ain­si qu’aucune des images que tu montres dans ce billet ne figure dans le « Swarte Hors col­lec­tion ».

  • Vous n’imaginez tout de même pas que Glé­nat de sa propre ini­tia­tive aurait pon­du un truc aus­si clas­sieux sur Swarte ! Non non non que nen­ni, il s’agit de la ver­sion fran­çaise d’une pro­duc­tion de 2004 de l’éditeur alle­mand Edi­tion 52, déjà pré­sente dans toutes les bonnes biblio­thèques.

  • Ah, je com­prends un peu mieux… Sur­tout qu’il me sem­blait avoir vu le bou­quin aupa­ra­vant mais sans le logo Glé­nat d’où une sur­prise légi­time…

  • Voi­là, je n’ai pas résis­té et je me suis ache­té ce livre superbe en fai­sant « les courses » le week-end der­nier. C’est tout sim­ple­ment la suite du « Swarte hors série » de 1984, puisque je n’y trouve pra­ti­que­ment pas d’image à double, et ça donne un bon aper­çu de tout ce qu’il a créé depuis 25 ans. Par rap­port au pre­mier art-book, on y découvre moins de BD et il y a en revanche plus de tra­vaux qui sortent du domaine habi­tuel du des­sin (pro­jets archi­tec­tu­raux, vête­ments ou objets divers). Je ne connais­sais qu’une toute petite par­tie de ces oeuvres (à tra­vers le site Web de Swarte) et ce livre consti­tue un par­fait flo­ri­lège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *