Jean-Georges Corné­lius illustre Les fleurs du mal

Voilà un peintre/illus­tra­teur français qui est passé sous mes radars. Peut-être parce que son inspi­ra­tion chré­tienne le met à l’écart des chemins artis­tiques vali­dés, certains diraient « pari­siens » mais je ne suis pas de ceux-là, non monsieur ! Jean-Georges Corné­lius est né en 1880 à Stras­bourg et meurt en Bretagne en 1963. Une mono­gra­phie consa­crée à son oeuvre est publiée en 2009.
L’in­croyable Book Graphics présente les illus­tra­tions réali­sées pour Les fleurs du mal de Charles Baude­laire dont le trait n’est pas sans m’évoquer le travail de Poïvet ou de Masse.

jean-georges-cornelius-fleurs_02-site

jean-georges-cornelius-fleurs_06-site

jean-georges-cornelius-fleurs_08-site




  • Étiquettes

    8 commentaires

    • Inspi­ra­tion chré­tienne ou pas, il y a quelque chose de convul­sif, de grotesque dans les poses contour­nées et les visages cris­pés qu’il affec­tion­ne… ça va parfois jusqu’à rappe­ler ce Raphaël Freida dont tu nous avais parlé l’an dernier. Et à d’autres moments, bien sûr, Gus Bofa.

        • @Li-An: Ma foi, Bofa, je le retrouve un peu dans le visage aux yeux écarquillés du person­nage du haut, dans la première illus­tra­tion: même type de visages émaciés à l’ex­pres­sion tendue, sur le site donné en lien…… et dans le cerné nerveux de ses illus­tra­tions de scènes de l’évan­gile (on en retrouve pas mal avec Google images, avec le même trait épais: du crayon litho­gra­phique, je suppose?). Ses person­nages donnent l’im­pres­sion d’avoir été forte­ment secoués (comme ceux de Bofa) puis cloués contre un mur (la touche perso ^___^).

    • Blutch l’a peut être lu-vu-aimé si l’on songe à son superbe PEPLUM.Mais les liens,les influences s’en­tre­mêlent,et on fini­rait par réunir tout le monde…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *